Ce que cinq minutes de silence peuvent faire pour votre cerveau

8 août 2018 dans Cerveau 0 Partagés
cinq minutes de silence

Parfois, cinq minutes de silence suffisent pour retrouver le calme, l’équilibre et voir les choses telles qu’elles sont. Juste un bref moment de paix, loin du bruit et des conversations qui ne s’arrêtent jamais et soudainement, notre cerveau commence à travailler à un autre niveau. Ainsi, comme le révèlent plusieurs études, l’être humain a aussi besoin de silence pour créer de nouvelles connexions et cellules cérébrales.

Le sujet est certainement plus qu’intéressant. Nous avons tous, d’une certaine manière, senti que jouir d’un temps de silence choisi est un acte d’une grande puissance thérapeutique. Nous disons « choisi » parce que s’il y a une chose que diverses expériences ont également montrée, c’est que le fait de soumettre les êtres humains à un état d’isolement complet et de silence rigoureux pendant des jours ou des semaines a souvent des effets néfastes.

« Le principe de sagesse est le silence. »
-Pythagore-

Les humains sont des êtres sociaux et nous avons besoin d’interaction et d’environnements pleins de stimuli pour vivre et grandir. Maintenant, tout comme nous avons besoin de ces lieux habités par le dialogue, la musique et la rumeur de la sociabilité, notre cerveau a aussi besoin de leurs moments de silence. Et ce n’est pas un caprice, c’est un besoin physiologique. Tout comme manger ou dormir.

En fait, on pourrait dire, presque sans crainte de se tromper, qu’entre les différents niveaux de la pyramide des besoins de Maslow, il devrait y avoir un silence entre les liens les plus fondamentaux.

cinq minutes de silence pour notre cerveau

Cinq minutes de silence pour changer votre cerveau

Cinq minutes de silence peuvent-elles vraiment avoir autant d’avantages ? La réalité, c’est que c’est le cas, et ce n’est pas nous qui le disons, ni aucun gourou de la croissance personnelle. Une étude publiée dans la revue « Brain, Structure and Function » le révèle. La neuroscience du silence à l’ère du bruit devient de plus en plus importante, au point que le tourisme visant à faciliter le contact avec cette dimension prolifère de plus en plus.

Les fameuses « retraites silencieuses » sont déjà combinées avec ces forfaits touristiques dans des pays comme la Finlande, des endroits qui ont des environnements idéaux pour nous permettre d’embrasser ce calme, cette absence de bruit, de sons et d’urbanité. Toutefois, avant de nous laisser emporter par ces propositions, nous devons appliquer la logique. Vous n’avez pas besoin d’aller très loin pour donner ce cadeau à votre cerveau.

Le silence nous aide à développer de nouvelles cellules cérébrales

Nous vivons dans un monde saturé de décibels. La télévision, nos groupes préférés jouant dans nos écouteurs lorsque nous parcourons les rues, la circulation, les conversations, la musique dans les magasins et les supermarchés…Nous vivons dans des villes où le silence n’existe pas, où le son modèle la vie et notre consommation.

Maintenant, si nous pouvions jouir de cinq minutes de silence complet par jour, plusieurs choses se produiraient. L’une d’entre elles est que de nouvelles cellules se développeraient dans l’hippocampe. Cette zone du cerveau est liée à notre mémoire et à nos émotions. La deuxième est que ces cellules nous permettraient de penser plus clairement et de mieux nous connecter à notre environnement et à nous-mêmes.

cinq minutes de silence neurones

Le silence améliore notre sensibilité et notre empathie

C’est un fait intéressant. Comme nous le savons déjà, de nombreuses zones du cerveau sont associées à la sensibilité émotionnelle et à l’empathie. L’une d’entre elles est sans aucun doute la circonvolution supramarginale droite. Ainsi, et c’est une chose qui a été observée, c’est que lorsque cette zone est endommagée ou a peu d’interconnexion, notre empathie est réduite. De plus, nous devenons plus lents à prendre des décisions et nous montrons moins d’intérêt pour ce qui nous entoure.

Profiter de moments de paix ou s’accorder cinq minutes de silence par jour améliore l’activité de la circonvolution supramarginale droite de notre cerveau. Par conséquent, notre capacité à être ému et empathique s’en trouve renforcée.

Moins de stress, pour de meilleures décisions

Lorsque notre environnement est surchargé de bruit, l’amygdale cérébrale est activée. Cette petite structure est comme notre détecteur de danger et de menaces, cellz qui interprète qu’il y a un risque autour de nous et que nous devons fuir. Ainsi, et aussi frappant que cela puisse paraître, les bruits forts ou même la simple rumeur du trafic sont pour cette zone quelque chose d’ennuyeux, quelque chose dont nous pouvons nous défendre. Il génère donc une réponse au stress en stimulant la libération de cortisol.

De cette façon, nous pouvons déjà sentir ce que cela peut signifier de se donner cinq minutes de silence. Comme le révèle une étude publiée dans l’American Psychological Association, le silence n’est pas seulement un excellent moyen de réduire le stress. Grâce à elle, nous libérons de la sérotonine, des endorphines, de l’oxytocine…

De plus, il améliore notre sentiment de bien-être et avec lui, nous nous sentons plus confiants et plus concentrés lorsque nous prenons des décisions. Nous ne pouvons pas non plus négliger son effet positif sur nos processus cognitifs. La mémoire est renforcée, l’attention est mieux ciblée, l’information est traitée plus rapidement et notre conscience est « éveillée ». Nous nous sentons plus connectés au présent et préparés à tout ce qu’il peut apporter.

cinq minutes de silence bonheur

Pour conclure, comme l’a dit Friedrich Nietzsche, « Le chemin vers toutes les grandes choses passe par le silence« . Permettez-nous donc d’y passer plus fréquemment. Apprenons à éteindre le bouton de nos mondes extérieurs troublés de temps en temps pour une promenade dans nos univers intérieurs. Quand nous sortirons d’eux, nous ne serons plus les mêmes.

A découvrir aussi