Biais de désinformation : faux souvenirs et fake news

L'impact des fake news sur le cerveau humain s'explique par le biais de désinformation. Cela se produit lorsque de nombreuses fausses données sont écrasées sur ce que nous savons, au point de douter de nos connaissances.
Biais de désinformation : faux souvenirs et fake news

Dernière mise à jour : 02 juin, 2022

Chaque jour, nous tombons sur des dizaines de fausses nouvelles. Certaines que nous identifions immédiatement ; d’autres viennent nous convaincre. Une façon de comprendre les mécanismes de la manipulation psychologique est de passer par le biais de désinformation. Cet effet se produit lorsque, malgré la connaissance d’un fait, le bombardement de données biaisées finit par altérer notre opinion.

On pourrait dire que ce que disait Joseph Goebbels, du ministère de la Propagande du Reich, cadre très bien avec ce parti pris : « un mensonge mille fois répété devient une vérité ». D’une manière ou d’une autre, lorsque de nouvelles informations nous sont apportées de manière convaincante et constante après avoir reçu des informations, cela peut nous faire douter de nos croyances.

Cela fait que, même si parfois nous connaissons un fait ou avons été informés d’une réalité spécifique, si chaque jour nous sommes informés (ou bombardés) de messages faux mais constants, tôt ou tard nous assumerons ces idées biaisées et fausses. Il n’est pas toujours facile de s’en tenir à une idée, et nous n’avons pas toujours le temps de vérifier ce qui nous vient.

“Internet est comme n’importe quelle autre technologie, fondamentalement neutre, vous pouvez l’utiliser de manière constructive ou nuisible. Les manières constructives sont réelles, mais très peu nombreuses.”

-Noam Chomsky-

Mobile avec de nombreuses notifications symbolisant le biais de désinformation
Nous sommes tous susceptibles d’être manipulés et biaisés dans notre mémoire.

Qu’est-ce que le biais de désinformation et comment l’affecte-t-il ?

Le biais de désinformation est bien connu dans le monde du droit pénal. Lorsqu’une personne est témoin d’un crime, nous savons que ce qu’elle peut nous dire n’est pas toujours fiable à 100 %. Parce que la mémoire n’est pas parfaite et que l’esprit est une jungle complexe de biais cognitifs. L’un d’eux concerne précisément ce qui se passe immédiatement après l’événement criminel.

Imaginons que quelqu’un voit comment une personne agresse une jeune femme dans la rue et la bat pour lui voler son sac. Ce témoin est celui qui a eu une meilleure vue de ce qui s’est passé, mais quand il quitte cette zone, il rencontre plus de gens. Certains commentent que le voleur portait un chapeau rouge, d’autres qu’il était très grand, certains qu’il ne portait pas de chapeau rouge, mais qu’il était chauve et qu’il portait un sac à dos rouge… Au final, il finit par douter de ce que l’agresseur était vraiment comme.

La mémoire d’une expérience spécifique peut être contaminée par ce qui se passe plus tard, au point de supposer de fausses images valables qui ne se sont jamais produites. De plus, la psychologue Elizabeth Loftus explique dans une étude comment le simple fait de poser des questions trompeuses ou rusées à un témoin déforme parfois sa mémoire au point d’invalider sa déclaration.

Le biais de désinformation est également connu sous le nom d’effet de vérité entachée. Cela se produit lorsque ce que nous tenons pour acquis peut être modifié lorsque des données trompeuses nous sont proposées.

Quand dans les médias ils cherchent à transmettre des idées fausses et des souvenirs

Les réseaux sociaux et ceux qui les contrôlent peuvent-ils nous introduire dans de faux souvenirs ? Bien que cette idée ressemble à de la vraie science-fiction, le fait est que le biais de désinformation apparaît fréquemment lors des campagnes électorales. Ce sont les moments où l’ingénierie de la manipulation est la plus nécessaire pour mobiliser le vote vers un camp ou un autre.

Par exemple, lors de nombreuses élections, il est courant de voir sur les réseaux sociaux des personnalités politiques serrer la main de dirigeants antidémocratiques ou de terroristes. Ces photos (faux audiovisuels) apparaissent sous des rubriques telles que “tu ne te souviens pas de ce moment ?”. On nous présente également des images décontextualisées pour nous convaincre de choses qui ne se sont jamais produites.

Ces gardiens de l’ingénierie de l’intelligence artificielle et des programmeurs de robots cherchent à modifier notre volonté. Ils interrogent nos souvenirs et nos croyances en nous présentant des créations visuelles à fort impact ou de fausses données pour nous faire douter. Plus ils apparaissent, plus tôt nous supposerons ce qu’ils veulent.

Mobile représentant le biais de désinformation
Quiconque cherche à nous manipuler par le biais de fausses nouvelles tentera de contaminer notre vérité, de la mettre en échec et de nous faire douter en permanence.

Comment lutter contre les biais de désinformation ?

Le meilleur antidote à la désinformation est l’éducation. Il est essentiel que dans les programmes scolaires, à côté des mathématiques, des sciences et des langues, soit mise en place une matière sur le bon usage des réseaux sociaux. Cela impliquerait d’apprendre aux enfants dès leur plus jeune âge que tout ce qu’ils voient et lisent sur leurs écrans n’est pas vrai.

Développer en eux un esprit critique, la capacité de remettre en question ce qui leur arrive et d’être capable d’avoir leur propre opinion sur les choses est la clé. Le biais de désinformation se produit lorsque, après avoir assumé une idée ou vécu une expérience, quelqu’un la remet en question. Beaucoup chercheront la même chose, à boycotter notre vérité, à la contaminer, à l’amener sur un autre terrain.

Rester ferme, nous positionner dans nos croyances et nos vérités est notre meilleure bouée de sauvetage à cette époque où le numérique règne. La littératie dans les médias numériques est cette matière fondamentale que les jeunes et les adultes doivent acquérir.

Être prudent sur ce que nous tenons pour acquis et appliquer des compétences d’enquête appropriées sont les meilleurs outils pour faire face au monde complexe et souvent trompeur d’aujourd’hui.

Cela pourrait vous intéresser ...
10 astuces pour ne pas dépendre du téléphone portable
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
10 astuces pour ne pas dépendre du téléphone portable

À l'heure actuelle, le téléphone portable est le compagnon indissociable : on sort avec, on l'emmène au travail, il nous accompagne



  • English, Shaun; Nielson, Kristy A. (2010). “Reduction of the misinformation effect by arousal induced after learning”
    Cognition. 117 (2): 237–242. doi:10.1016/j.cognition.2010.08.014
  • Saudners, J.; MacLeod, Malcolm D. (2002). “New evidence on the suggestibility of memory: The role of retrieval-induced forgetting in misinformation effects”. Journal of Experimental Psychology. 8 (2): 127–142. CiteSeerX 10.1.1.515.8790
  • Lee, Kerry (2004). “Age, Neuropsychological, and Social Cognitive Measures as Predictors of Individual Differences in Susceptibility to the Misinformation Effect” Applied Cognitive Psychology. 18 (8): 997–1019. doi:10.1002/acp.1075
  • Loftus EF. Planting misinformation in the human mind: a 30-year investigation of the malleability of memory. Learn Mem. 2005;12(4):361-6. doi:10.1101/lm.94705
  • Loftus EF. Leading questions and the eyewitness report. Cognitive Psychology. 1975;7(4):560-572. doi:10.1016/0010-0285(75)90023-7
  • Yuhwa, Han (2017). “The Misinformation Effect and the Type of Misinformation: Objects and the Temporal Structure of an Episode” The American Journal of Psychology. 130 (4): 467–476. doi:10.5406/amerjpsyc.130.4.0467