Attitude et inspiration : le professeur qui enseigne l’informatique au Ghana avec un tableau et une craie

1 mai 2018 dans Actualité et psychologie 0 Partagés
professeur au Ghana

Sans ressources mais plein de motivation. Sans ordinateur mais avec la volonté suffisante pour enseigner l’informatique à ses élèves avec un tableau, une craie et beaucoup d’énergieL’image de ce professeur au Ghana dessinant l’interface de Word dans sa salle de classe est devenue virale, nous invitant à réfléchir et à penser que, parfois, pour changer le monde (ou l’améliorer), il faut seulement adopter une bonne attitude et avoir de la volonté.

Le protagoniste de cette histoire est Owura Kwadwo, un professeur de Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) qui travaille dans une petite école de Kumasi au Ghana. Il s’agit d’un environnement rural avec peu de ressources éducatives et aucune connexion à Internet. Cependant, et même si cela peut nous sembler paradoxal, dans le programme scolaire, on stipule que les enfants acquièrent des compétences basiques en matière d’informatique.

La passion pour ce que nous faisons est ce qui nous permet de comprendre que, dans la vie, les seules limites qui existent sont celles qui se trouvent dans notre esprit.
Partager

Mission impossible? Bien sûr que non. Car même si les conditions ne sont pas optimales, l’être humain peut surmonter chaque obstacle avec son attitude et peut même inspirer les autres afin qu’ils ne voient pas de carences mais des possibilités infinies.

C’est ce que parvient à faire le professeur Kwadwo avec ses élèves au quotidien. Il n’y a aucun petit garçon ou aucune petite fille qui ne se sente pas motivé-e dans cette classe car ils savent que les nouvelles technologies représenteront un progrès pour leur pays; quand le moment viendra, quand ils auront enfin un ordinateur devant eux, ils sauront certainement comment s’en servir grâce à la volonté de ce professeur du Ghana.

professeur

Le professeur au Ghana qui donne des cours d’informatique sans ordinateur

La facilité avec laquelle des images font le tour du monde en à peine quelques minutes est étonnante. Il y a quelques mois, nous avions été émus par l’histoire de Wang Fuman, un petit garçon de huit ans vivant dans une province chinoise qui marche chaque jour environ 4,5 km pour aller à l’écoleLa température, au mois de janvier, y frôle les -10° et Wang est un jour arrivé en classe avec les cheveux et les sourcils gelés.

Ses camarades l’ont accueilli en riant et son professeur a décidé de le prendre en photo pour partager une réalité qui nous est totalement méconnue et improbable. La même chose se produit dans cette petite salle de classe d’un village du Ghana. Ici, le protagoniste n’est pas le froid mais l’ironie; c’est l’histoire d’un professeur d’informatique sans ordinateur, d’élèves qui doivent avoir des compétences en informatique car, chaque année, on leur demande de passer un examen pour démontrer leur habileté dans cette matière.

Nous pourrions maintenant parler des différences que l’on connaît déjà entre le premier monde et le tiers monde ; cependant, avant de dériver vers des réflexions sur lesquelles nous sommes probablement tous d’accord, concentrons-nous un instant sur ces protagonistes. Sur les petites histoires qui ont des noms propres. Owura Kwadwo enseigne le fonctionnement d’un programme auquel il n’a pas eu accès ; or, ceci ne représente pas le moindre obstacle pour ses élèves, qui se familiarisent avec l’image d’une ressource basique en informatique.

professeur au Ghana qui fait cours

Chaque jour, à l’aide de craies de différentes couleurs et d’un tableau, il dessine cette page Word avec précision et en n’omettant aucun détail. Selon lui, il adore ses élèves et fait le nécessaire pour que ces derniers retiennent chaque leçon. Chaque professeur, dans cette école, se dévoue corps et âme à l’éducation de ces enfants, et cet instituteur essaye de réaliser tous ces dessins le plus tôt possible pour que chaque processus, fonction et commande soient bien clairs. Il sait que, parmi toutes les matières que les enfants peuvent étudier, l’informatique fera d’eux des personnes plus compétitives et intéressantes pour les entreprises qui s’implantent dans leur pays.

Attitude et inspiration

Ces élèves apprendront-ils vraiment à maîtriser Word à travers un tableau et les explication d’un professeur qui n’est pas non plus habitué à se servir d’un ordinateur ? Beaucoup peuvent penser que non. Cependant, ces enfants sont chaque jour pleins de curiosité, de motivation et s’appuient sur un stimulus visuel et imaginatif qui place leur esprit devant celui de n’importe quel enfant du premier monde. Ils se nourrissent du rêve d’avoir un véritable ordinateur devant eux et de savoir s’en servir.

Nous devons nous rappeler que des figures notoires dans le domaine des technologies, comme peut l’être Bill Gates, ont appris sans ordinateur. Elles ont suivi leurs études sans cette ressource technologique et ont quand même réussi à dépasser les autres dans ce domaine. Ce professeur du Ghana parvient à capter l’attention des enfants ; s’il y a bien une chose que nous savons à propos de l’éducation, c’est que l’un des composants les plus basiques pour stimuler les élèves est la motivation. L’attitude est essentielle.

cerveau

Owura Kwadwo enseigne avec son cœur. Il sait que donner un cours d’informatique sans ordinateur est comme apprendre à conduire sans voiture. C’est difficile, mais pas impossible. Pas si l’on y met de la volonté et si l’on parvient à éveiller l’intérêt des enfants avec des images et des craies de couleurs qui leur permettent de visualiser chaque étape et de schématiser chaque fonction.

Ainsi, quelques jours après que l’image de ce professeur du Ghana soit devenue virale, Microsoft a fini par contacter cette école pour lui fournir un ordinateur. Par ailleurs, la solidarité qui s’est développée avec cette histoire a aussi été très inspirante. En fait, on attend dans les prochaines semaines l’arrivée de nouveaux équipements pour ce village et d’autres écoles du Ghana. Parfois, les petites histoires et l’attitude des personnes les plus humbles parviennent à faire changer le monde et à nous ouvrir les yeux.

A découvrir aussi