Ana Julia Torres, soeur des animaux

Ana Julia Torres est une femme qui consacra sa vie à la protection des animaux abandonnés, maltraités ou malades. Elle leur a construit un refuge avec ses propres ressources et reçut d'eux une affection inconditionnelle et émouvante.
Ana Julia Torres, soeur des animaux

Dernière mise à jour : 05 août, 2022

Ana Julia Torres est une femme dotée d’une sensibilité particulière envers les animaux, notamment ceux qui sont exploités de différentes manières par les hommes. Cette complicité avec d’autres êtres de la nature l’amena à entreprendre une tâche que beaucoup trouvent chimérique. Elle consiste à secourir les spécimens victimes d’une forme quelconque d’abus.

Pour accueillir les animaux et leur fournir tout ce dont ils ont besoin, Ana Julia Torres créa un espace appelé Villa Lorena, dans un quartier pauvre de la ville de Cali, en Colombie. Là, et pendant plus de deux décennies, elle a construit une maison pour différentes espèces.

Le travail d’Ana Julia Torres devint célèbre non pas tant pour le travail lui-même, qui est merveilleux, mais pour la relation particulière que différents animaux établirent avec elle. Les images d’elle embrassant un énorme lion devinrent en effet célèbres. Il ne cacha pas son attachement à la femme et l’exprima non seulement à travers ces étreintes uniques, mais aussi avec des “baisers”.

« Tant qu’on n’a pas aimé un animal, une partie de l’âme reste endormie.

-Anatole France-

Ana Julia Torres

Ana Julia Torres et un travail remarquable

Ana Julia Torres est enseignante depuis longtemps et se soucia d’inculquer à ses élèves un grand amour pour la nature. Il y a environ 22 ans, elle demanda aux élèves d’amener leurs animaux de compagnie à l’école et de les présenter à d’autres enfants. A cette occasion, et pour la première fois, elle remarqua que de nombreuses personnes possédaient de la faune exotique chez elles.

Quelques mois plus tard, un de ses amis lui offrit un hibou qu’il avait acheté sur un marché clandestin. L’homme l’avait acheté parce qu’il le trouvait curieux, mais se lassa rapidement de son achat. Sachant qu’Ana Julia aimait les animaux, elle le lui offrit. Cela suscita en elle le désir de sauver tous ces spécimens qui, peut-être, traversaient des situations similaires.

C’est ainsi qu’elle commença progressivement à acquérir des terrains dans un quartier pauvre de Cali, car il y avait suffisamment de terres là-bas et ce n’était pas très cher. Elle se fixa par ailleurs pour objectif de sauver tous ces animaux que leurs propriétaires abandonnaient, ou qui vivaient des situations d’exploitation. Au final, elle parvint à construire le refuge sur un terrain de 25 hectares. Ce dernier compte aujourd’hui plus de 900 animaux.

Les histoires des rescapés

Ana Julia Torres orienta sa recherche principalement dans un cadre où se trouvent habituellement des animaux en mauvais état : le cirque. Elle rendit également public son projet afin que toute personne ayant connaissance d’abus de quelque nature que ce soit le signale. Au cours de toutes ces années, elle parvint à recueillir de nombreuses histoires d’amour et de douleur impliquant ses protégés.

Elle se souvient avec une tendresse particulière de « Yeyo », un singe-araignée qui vivait avec un homme alcoolique. Elle le connaissait parce que les voisins rapportèrent qu’ils entendaient les cris de l’animal presque quotidiennement. Elle-même signala le cas à la police et les agents vérifièrent que l’homme donnait fréquemment des coups de pied au singe. Des traces de sang et de blessures furent trouvées sur tout le corps de l’animal.

Elle évoque également avec une émotion particulière un éléphant qu’elle sauva d’un cirque. L’animal était aveugle d’un œil, présentait des blessures aux jambes, n’avait pas de queue et une oreille avait été sectionnée. Ana Julia Torres dut  trouver un groupe d’amis pour protester chaque jour devant le cirque jusqu’à ce qu’ils lui donnent le spécimen. L’éléphant l’étreignit avec sa trompe, après qu’elle l’ai sauvé.

Anna Julia Torres

Le cas de Jupiter

L’invité le plus célèbre d’Ana Julia Torres était un lion nommé Jupiter. Il avait été sauvé d’un cirque alors qu’il n’avait que trois mois. À ce moment-là, ses ongles avaient déjà été arrachés. Il montrait également des signes de maltraitance. Depuis, elle l’adopta, le nourrit et devint sa meilleure amie.

À côté d’Ana Julia, Jupiter ressemblait à un animal domestique. Il grandit en étant un animal affectueux, sociable et très agité. Il avait déjà 16 ans lorsque l’autorité environnementale visita le refuge Villa Lorena et détermina qu’il n’était pas adapté pour abriter un lion comme Jupiter. Par des moyens légaux, ils décidèrent qu’il devait être transféré dans un refuge de l’État dans une autre ville du pays.

Quelques années plus tard, Ana Julia décida de rendre visite à son vieil ami. À sa grande surprise, elle le trouva gravement malade et distant. Lorsqu’elle l’avait livré, l’animal pesait 240 kilos. Son poids n’était plus que de 90. Il n’était pas content de la voir. Il ne s’assit même pas car il n’en avait pas la force de le faire.

Ana Julia sollicita le soutien des médias et réussit à se le faire livrer à nouveau. Elle l’emmena à la Villa Lorena et, après une semaine, réussit à le faire commencer à manger à peu près normalement. Il était par ailleurs de nouveau amical avec elle. Cependant, deux semaines plus tard, il mourut. L’affaire est en cours d’instruction. Ana Julia, la Quichotte, pleura abondamment lorsqu’elle perdit cette bataille, mais elle sait que son combat doit continuer.

Cela pourrait vus intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
Tant que l’on n’a pas aimé un animal, notre âme est endormie
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Tant que l’on n’a pas aimé un animal, notre âme est endormie

Quelque chose se réveille dans notre intérieur quand nous adoptons un animal, comme si une lumière intérieure s'allumait. Nous vous invitons ici à ...



  • Seguel, P. A. V. (2009). El discurso de los y las jóvenes ambientalistas, veganos, vegetarianos y animalistas; y la construcción de la identidad juvenil (Doctoral dissertation, Universidad de Chile).