Akathisie : je ne peux pas rester immobile

L'akathisie est souvent confondue avec le syndrome des jambes sans repos. La symptomatologie est la même, mais la cause à l'origine de ce trouble est très différente : il s'agit d'un effet secondaire de la prise de certains médicaments.
Akathisie : je ne peux pas rester immobile

Dernière mise à jour : 17 décembre, 2020

Nervosité, incapacité de rester immobile pendant longtemps, besoin intense d’être toujours en mouvement, mal-être et sensation de vertige… L’akathisie n’a rien à voir avec le syndrome des jambes sans repos. Il s’agit en fait d’un syndrome causé par l’effet secondaire de divers médicaments très spécifiques (et fréquemment prescrits).

Nous négligeons souvent toute l’ampleur des manifestations résultant des médicaments, ceux que nous sommes parfois obligés d’ingérer. À tel point que nous pensons parfois souffrir d’une maladie spécifique alors qu’il s’agit en réalité d’un effet de cette pilule pour l’anxiété ou de ce médicament pour les problèmes cardiovasculaires.

Cela amène de nombreuses personnes à présenter certaines altérations spécifiques qui se confondent avec certaines maladies. L’akathisie est l’une d’entre elles.

Il s’agit d’une manifestation plutôt défavorable, gênante et invalidante qui est souvent diagnostiquée à tort comme un syndrome des jambes sans repos. Il serait néanmoins inutile de recevoir le traitement pour ce trouble neurologique.

Il est donc important de toujours prendre en compte davantage de facteurs, davantage d’origines qui ont pour résultat ce besoin incontrôlable de bouger. Nous analysons cela ci-après.

Un homme qui souffre d'akathisie.

Akathisie : symptômes, origine et traitement

L’akathisie est essentiellement un trouble du mouvement qui empêche une personne de rester immobile. Il s’agit d’une situation beaucoup plus intense et problématique que le syndrome des jambes sans repos.

Elle ne se concentre en effet pas uniquement sur les membres inférieurs : le besoin de bouger affecte tout le corps. Et ne pas pouvoir le faire génère le désespoir de ceux qui en souffrent.

Des symptômes psychologiques apparaissent également, car une agitation émotionnelle s’ajoute à cette agitation physique : l’angoisse de ne pas pouvoir rester immobile pour travailler dans une position adéquate, de ne pas pouvoir conduire ou de s’allonger pour dormir. Ce trouble affecte les personnes de tout âge.

Il existe des cas de patients qui ont vécu des situations totalement surréalistes, car ils n’ont pas reçu le bon diagnostic. Par exemple, certains ont perdu leur emploi, car ils ne pouvaient pas se concentrer ou rester à leur place sans bouger.

Les symptômes de l’akathisie

Le domaine responsable de l’étude de ce type d’altération est la neurologieS’il est vrai qu’il est assez fréquent de confondre ce trouble avec le syndrome des jambes sans repos, nous avons déjà souligné que ses symptômes sont beaucoup plus amples. Voici donc les caractéristiques les plus courantes de l’akathisie :

  • Besoin de marcher et de bouger.
  • Picotements et démangeaisons dans les jambes.
  • Bascule du buste.
  • Tapotement constant des doigts.
  • Peau qui gratte
  • Stress et anxiété.
  • Difficulté à dormir
  • Des crises de panique dans les cas les plus graves.

L’origine

Nous l’avons signalé au début. L’étiologie de ce trouble du mouvement est l’effet secondaire de certains médicaments. L’origine réside presque toujours dans le traitement à base de médicaments antipsychotiques ou d’antidépresseurs, tels que les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS).

Des manifestations ont également été observées avec les médicaments pour le traitement des vomissements et des étourdissements. Il est en outre fréquent qu’une akathisie apparaisse chez les patients atteints de la maladie de Parkinson en raison du traitement dopaminergique lui-même. Il convient de noter que cet effet secondaire n’apparaît pas chez tous les patients.

Ces manifestations s’observent généralement lorsque les doses administrées sont élevées. Il s’agit donc d’un état qui apparaît chez les personnes qui prennent des antipsychotiques de première génération, tels que l’halopéridol, et de deuxième génération, tels que la rispéridone.

L'akathisie est un effet secondaire de certains médicaments.

Le diagnostic

Le professionnel de la santé pense généralement que ces symptômes peuvent être l’effet de psychotropes. Certaines personnes présentent une manifestation indésirable aux antidépresseurs classiques ou même à une pilule pour des vertiges. Les critères diagnostiques généralement suivis pour déterminer la présence ou l’absence d’akathisie sont les suivants :

  • Connaître à l’avance les antécédents médicaux du patient.
  • Savoir quand ces symptômes commencèrent.
  • Évaluation visuelle des mouvements de la personne (l’akathisie est souvent très évidente car elle implique un mouvement constant).
  • Déterminer si le patient souffre d’anxiété et de stress.

Le traitement de l’akathisie

Contrairement au syndrome des jambes sans repos, l’akathisie a un bon pronostic. Il suffit en effet de réduire la dose du médicament ou de le retirer complètement en optant pour un autre. Le problème est que certains patients doivent maintenir leur traitement à base d’antipsychotiques à fortes doses.

Les médecins doivent alors évaluer la possibilité d’offrir un autre médicament aux propriétés similaires. il s’agit donc d’essayer différentes options jusqu’à trouver celle qui correspond le mieux aux besoins du patient.

Pour conclure, connaître ce type de troubles et d’altérations nous conduit à une évidence. Le bien-être et la santé dépendent souvent de traitements médicamenteux. Rien ne peut être aussi dangereux que l’automédication. Il est donc essentiel de toujours disposer d’une bonne attention médicale et de ne pas négliger l’apparition d’éventuels effets indésirables.

It might interest you...
Robert Whitaker et sa critique sévère des médicaments psychotropes
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Robert Whitaker et sa critique sévère des médicaments psychotropes

Robert Whitaker a été l'une des voix les plus critiques contre la psychiatrie ces dernières années. Fait intéressant, il n’est ni psychiatre ni psy...



  • Linazasoro G. Trastornos del movimiento inducidos por fármacos. En:López del Val J, Linazasoro G. Los Trastornos del Movimiento. 3ª Edición. Madrid. Línea de Comunicación. 2004; 249-262.
  • Gershanik OS. Drug induced dyskinesias. En Jankovic J, Tolosa E. Parkinson Disease and Movement Disorders. 4a edición. Philadelphia. Lippincott Williams & Wilkins 2002; 368-369.
  • Kahn EM, Munetz MR, Davies MA, Schulz SC. Akathisia: clinical phenomenology and relationship to tardive dyskinesia. Compr Psychiatry 1992; 33(4): 233-236.