À quoi est dû le succès d'audience de la série Jeffrey Dahmer ?

À la suite de la série Netflix, la figure de Jeffrey Dahmer a de nouveau acquis une notoriété que les proches des victimes déplorent et dénoncent.
À quoi est dû le succès d'audience de la série Jeffrey Dahmer ?
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 10 octobre, 2022

Ted Bundy, John Wayne Gacy, Richard Ramírez, Charles Manson… L’histoire de la criminologie nous a donné les noms et personnalités les plus terrifiants. Beaucoup d’entre eux, comme nous le savons bien, ont fait l’objet d’un programme réussi de True Crime. Pourtant, on assiste depuis quelques jours à un phénomène télévisuel aussi saisissant qu’intéressant.

Neftlix a créé la série Monstre : l’histoire de Jeffrey Dahmer le 21 septembre. La plateforme l’a fait sans quasiment avoir recours à une quelconque promotion, cette série apparaissant sur la grille du site de manière presque soudaine et inattendue. Cependant, en voyant qui étaient son créateur, Ryan Murphy, et son personnage principal, Evan Peters, la proposition elle-même annonçait déjà que le résultat pourrait être brillant.

Et ce fut le cas. Cependant, tout le monde n’avait pas prédit le succès d’audience de cette mini-série sur le redoutable boucher de Milwaukee. Les données parlent d’elles-mêmes. La production compte actuellement 196,2 millions d’heures de visionnage, se rapprochant presque de la dernière saison de Stranger Things.

Cependant, au-delà de l’exploit médiatique incontestable, il y a la fascination que suscite le meurtrier lui-même (décédé en 1994). Si, lors de son procès, toute une légion de fans capable de créer des bandes dessinées, des t-shirts et même des chansons à son effigie a émergé, aujourd’hui, cette attirance inexplicable semble refaire surface… Mais pourquoi ?

Le mal dérange et enflamme la curiosité de l’être humain. Nos esprits ont du mal à comprendre pourquoi certaines personnes peuvent être capables d’actes odieux, comme ceux commis par le cannibale de Milwaukee.

Série Jeffrey Dahmer
Entre 1978 et 1991, Jeffrey Dahmer a assassiné 17 hommes, cannibalisant même certains de ces corps.

Les clés du succès de la série Jeffrey Dahmer

Il y a quelques jours à peine, nous avons appris que des pages comme Cult Collectibles vendaient aux enchères des objets liés à Jeffrey Dahmers à des prix exorbitants. À l’heure actuelle, il existe déjà un chiffre de départ pour la vente de ses lunettes iconiques : 150 000 dollars. Si ce type de marketing sadique est frappant, il est encore plus déconcertant de penser qu’il existe des personnes prêtes à payer pour de tels objets.

En outre, un autre exemple de cet intérêt robuste pour le personnage est Milwaukee. Des dizaines de touristes ont afflué dans cette ville dans l’espoir de visiter le bâtiment où Dahmer a commis plusieurs de ses crimes. Cet immeuble a été démoli, mais les curieux n’hésitent pas à demander aux voisins si quelqu’un l’a connu.

L’un des meurtriers les plus infâmes et les plus troublants de l’histoire de la criminologie est revenu sur le devant de la scène 28 ans après sa mort. Le pouvoir des médias et de la télévision peut ressusciter des personnages du passé et les transformer en icônes pop temporaires. C’est ce qui s’est passé avec la série Jeffrey Dahmer, et beaucoup se demandent pourquoi. Essayons de l’expliquer.

La série sur le tueur de Milwaukee a réussi à figurer dans le Top 10 des streamers dans 92 pays.

1. Une production controversée

Le cannibale de Milwaukee a assassiné 17 jeunes (pour la plupart homosexuels, noirs, asiatiques ou latinos), en toute impunité, entre 1978 et 1991. La série a pour apport novateur de ne pas se focaliser exclusivement sur le meurtrier lui-même. Le but de ses créateurs était de montrer le point de vue des victimes et le fond de racisme et d’homophobie dont la police a fait preuve.

Cette idée d’enquêter sur la violence systémique de la société et l’échafaudage d’un meurtrier psychopathe a fini par céder la place à la controverse. Les proches des victimes ont dénoncé Netflix pour ne les avoir contactés à aucun moment, et pour avoir révélé des données effrayantes qu’ils ignoraient complètement des crimes.

De plus, une autre particularité a été ajoutée. La plate-forme a inclus la balise LGTBI sur la série Jeffrey Dahmer, ainsi que celles de « sinistre, psychologie, horreur, crime ancien et sombre ». Après des critiques, elle a dû la retirer.

2. La fascination pour le mal et notre tentative de le comprendre

Des barils avec des torses sans tête, des polaroids avec des images de cadavres, du cannibalisme, du fétichisme… Comment des millions de personnes ont-elles pu voir une production avec des scènes aussi dérangeantes ? La réponse est simple : le mal dérange et trouble, mais il nous attire aussi parce que nous essayons de le comprendre, de lui donner une explication.

Comme l’explique le criminologue Vicente Garrido dans son livre True Crime, la fascination du mal, l’esprit criminel est l’un des plus grands mystères de l’être humain. C’est déconcertant, mais nous aspirons à donner un sens compréhensible à tout acte violent et totalement irrationnel. Au cours des procès de Dahmer, des juges, des psychologues et des psychiatres ont tenté de déterminer de quel type de trouble il souffrait.

Le sadisme, la nécrophilie ou la splanchnophilie pourraient être intégrés à un trouble de la personnalité schizotypique ; cependant, cela n’a jamais été tout à fait clair. Son enfance pourrait, selon beaucoup, être la clé de tout.

« Il est difficile pour moi de croire qu’un être humain aurait pu faire ce que j’ai fait, mais je sais que je l’ai fait. »

3. La série Jeffrey Dahmer fascine car elle brode parfaitement le tueur en série

Evan Peters exécute magistralement le cannibale de Milwaukee. Chaque geste, mouvement, silence et regard dessine en profondeur la figure du psychopathe. On le voit évoluer dans des espaces sordides et des couleurs grises, jaunâtres et brunes qui évoquent ses traumatismes et ses démons intérieurs. Le scénario est impitoyable et brut, il n’hésite pas à nous montrer toutes ses filiations. Y compris ses goûts culinaires.

Comme nouveauté, les victimes ne sont pas des femmes et ce récit est également attrayant car il est nouveau pour le spectateur. C’est un homme qui tue des hommes, un homme qui a soif de compagnie et qui collectionne les restes de ses amants. Ryan Murphy, son créateur, s’applique à nous montrer ces failles et ces lambeaux de notre société en matière d’homophobie.

Et ici, il transforme le True Crime en dénonciation et aussi en art pour la perfection dans chaque élément : mise en scène, photographie… La série Jeffrey Dahmer fascine par son portrait prenant de l’un des meurtriers les plus sinistres de l’histoire. Mais lui rendre un culte, c’est franchir une autre ligne moins logique, moins éthique et orchestrée, essentiellement due à la morbidité et au chant des sirènes des réseaux sociaux.

Cela pourrait vous intéresser ...
5 films pour comprendre l’esprit des criminel-le-s
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
5 films pour comprendre l’esprit des criminel-le-s

Nous allons vous présenter dans cet article cinq films contemporains qui permettent de mieux comprendre l'esprit des criminels.



  • Backderf, Derf (2012). My Friend Dahmer. Abrams Comic Arts.
  • Davis, Donald (1991). The Jeffrey Dahmer Story: An American Nightmare.  Macmillan. ISBN 978-0-312-92840-7.
  • Masters, Brian (1993). The Shrine of Jeffrey Dahmer, Hodder & Stoughton. ISBN 978-0-340-59194-9.