7 conseils pour affronter la perte affective

· 7 mai 2017

La dimension affective est liée à l’approche ou à la disposition positive envers quelque chose ou quelqu’un. C’est un état d’empathie qui implique l’univers des émotions. La vie se compose de différentes phases de souffrance, comme c’est le cas des pertes affectives, celles qui ne peuvent être surmontées qu’en passant par le deuil. Dans cet article, nous allons vous donner quelques recommandations qui vous aideront à vous remettre de ces expériences douloureuses.

Tout d’abord, le deuil implique un processus au cours duquel on cherche à équilibrer nos émotions après une perte affective. Ce processus de deuil s’établit et se déroule dans un contexte marqué par la douleur, la négation, la tristesse, la confusion, la haine et la culpabilité.

Cela donne ensuite du contenu à la résignation et la reconstruction. Un deuil bien résolu nous renforcera face aux autres adversités et représente une expérience qui nous permette de mener une vie plus heureuse et plus saine.


« Ne vous affligez pas. Toute chose que vous perdez revient à vous sous une autre forme. »

– Rumi –


Quand vous traversez une perte affective, vos émotions sont plus intenses et plus profondes. Les pertes affectives peuvent être diverses : la mort d’un proche ou d’une personne très proche, la rupture avec votre compagnon/compagne, l’apparition d’une maladie catastrophique comme le cancer, la perte d’un emploi voire même la retraite, sont certaines exemples.

Quelques aspects généraux de la perte affective

Un aspect important dont vous devez tenir compte, c’est que plus la perte affective est inattendue, plus il sera difficile de surmonter le deuil. Imaginez par exemple que vous ayez un-e ami-e proche malade et que sa condition se complique de plus en plus. La détérioration lente de sa santé est évidente et iel finit par mourir. Cette nouvelle ne nous surprendra pas. En revanche, si nous discutions hier avec un-e ami-e et qu’aujourd’hui on apprend qu’iel est décédé-e, l’impact est plus grand et plus difficile à surmonter.

Pendant le processus de surpassement de la perte peuvent surgir des comportements auto-destructeurs, comme une réaction à la douleur qui s’expérimente. Ces comportements peuvent être associés aux excès et aux pensées obsessionnelles.

En général, cela s’établit en fonction du degré de dépendance que l’on a envers quelqu’un, et quand survient la perte, cette partie de nous meurt avec l’autre personne. On se sent alors démuni-e-s.

Généralement, quand les gens traversent une étape de deuil, ils expérimentent un manque d’intérêt pour les choses dont avant ils profitaient. Dans certains cas, ils en arrivent à excéder dans la consommation de nourriture, de médicaments ou d’alcool, ce qu’ils envisagent comme un recours pour prendre de la distance par rapport à la douleur. Or, ce genre de comportements ne fait qu’empirer la situation.

4 conseils clés pour surmonter la perte affective

Ce sont les 4 recommandations basiques pour faire face à la perte affective. Il s’agit d’actions positives permettant d’éviter que le deuil ne prenne un mauvais rythme. Ce sont des éléments que vous devez appliquer pour aller de l’avant.

  • Le processus du deuil met du temps, les blessures guériront graduellement et c’est quelque chose qui ne peut pas se précipiter. Le deuil doit s’assumer, tôt ou tard. Et la pire décision que l’on puisse prendre, c’est d’opter pour des raccourcis afin de diminuer la souffrance, ou du moins essayer de l’ignorer.
  • Dans le cas où le deuil obéit à une perte affective provoquée par la mort de quelqu’un de proche, il n’est pas positif d’occulter l’affliction et d’éviter de parler de la personne morte. Contrairement à ce que l’on peut penser, parler de la personne disparue soulage. Cela aide aussi à l’évolution saine du deuil.
  • Quand la douleur semble empirer, il se peut que vous expérimentiez le désir de vous blesser voire même d’avoir des pensées suicidaires. Dans ce cas, le mieux est de partager vos pensées avec une personne en qui vous avez confiance ou de chercher de l’aide d’un-e thérapeute.
  • Il n’existe pas une méthode correcte ou incorrecte de surmonter un deuil. Ce processus se réalise par étapes et n’a pas un temps spécifique de développement. Cela dépendra de chaque personne et du type ainsi que de l’intensité de la perte. Il se peut même qu’il y ait des moments au cours desquels vous croyez que nous n’allez pas pouvoir vous en sortir, mais vous y arriverez. Sinon, souvenez-vous de ces moments dans le passé où vous avez eu cette même sensation.

3 conseils supplémentaires

En plus des recommandations précédentes, il y a d’autres aspects qui résultent importants pour affronter avec succès une perte affective. Ils doivent être en rapport, surtout, avec la gestion des émotions et des perceptions subjectives.

  • Il est important d’exprimer nos émotions ; cela nous libère et nous soulage d’un poids. C’est pourquoi vous ne devez pas réprimer vos envies pleurer, de décharger l’énergie physique accumulée comme résultat de la frustration. Parfois, il suffit de parler avec quelqu’un. Avec le temps, le sentiment sera moins douloureux.
  • Quand la douleur est insupportable et que vous ne parvenez pas à avancer, le mieux consiste à chercher l’aide d’un-e professionnel-le. Cela vous apportera le soutien et la connaissance nécessaires pour que vous avanciez dans votre processus de perte. Dans certains cas surgissent des complications supplémentaires, comme par exemple l’apparition de maladies comme résultat de la somatisation du conflit.
  • Aussi injuste cela puisse-t-il paraître, la vie continue. C’est une imposition pratiquement naturelle de continuer votre vie et d’essayer de ne pas abandonner vos études ou votre travail, l’attention que vous portez à votre animal de compagnie, la pratique d’un sport. Essayez de ne pas fuir vos émotions et de réaliser les choses que vous feriez normalement. Mais surtout, ne vous sentez pas coupable de vous sentir bien.

La fin de quelque chose est le début d’autre chose. Derrière la souffrance peut se cacher un plus grand bien-être. Il se peut que l’on ne le voit pas au départ et que l’on doive attendre un peu pour le visualiser. La perte affective est un moment de crise où on ne peut pas trouver notre vraie force intérieure. La souffrance peut se transformer en assurance et en confiance pour continuer à se risquer à exister et à aimer.

 

Images de Ricor, Three Sisters