5 manières de manipuler notre esprit

4 septembre 2017 dans Emotions 152 Partagés

L’esprit humain n’a de cesse de nous émerveiller. La science lui a consacré et lui consacre toujours des années et des années d’étude, mais à ce jour, nous sommes toujours loin de connaître tous ses secrets les plus profondes. Plus on approfondit, plus de nouvelles énigmes apparaissent.

Nous partons du principe que nous connaissons la réalité au travers de notre esprit, et avons également l’illusion que plus on est “rationnel-le-s”, plus on se rapproche de la vérité. Cependant, diverses études démontrent que peut-être cela n’est pas si certain.


“Les sens sont notre pont entre l’incompréhensible et le compréhensible.”

– Auguste Macke –


Il y a plusieurs manières de tromper notre esprit. Diverses études ont prouvé que l’on peut faire en sorte qu’il perçoive des réalités inexistantes, mais aussi qu’il déforme les existantes. De manière à ce que l’esprit non seulement organise les raisons, mais peuple aussi notre monde d’idées imaginaires. Dans la suite de cet article, nous vous présentons cinq expériences qui le prouvent.

1. L’esprit et l’illusion de la main de marbre

En 2014, un groupe de neuro-scientifiques de l’Université de Bielefeld (en Allemagne) a réalisé une curieuse expérience quant à la perception de l’esprit. Les chercheur-se-s ont réuni plusieurs volontaires et leur ont demandé de s’asseoir et de poser leurs mains sur une table. Ensuite, iels ont tapoté leur main droite avec un petit marteau, alors qu’en même temps les volontaires entendaient un énorme marteau frappant un morceau de marbre.

Quelques minutes plus tard, tou-te-s les participant-e-s ont commencé à sentir que leur main était plus rigide, plus lourde et plus dure, comme si elle était faite de marbre. Leur cerveau a combiné la perception tactile ainsi que la perception sonore, et comme cette dernière était plus forte, elle s’est imposée et à créé l’illusion de la main de marbre.

2. Le dilemme du prisonnier et de la température

Le dilemme du prisonnier est une situation hypothétique proposée dans la théorie des jeux qui démontre que la meilleure solution pour toutes les personnes impliquées dans un problème compétitif consiste en ce que toutes coopèrent de manière organisée.

Dans ce dilemme, on part de l’hypothèse qu’il y a deux prisonniers complices. On les sépare et on les invite à dénoncer l’autre. On leur offre différentes alternatives, telles qu’une libération contre une dénonciation, ou que personne ne dénonce l’autre, et que les deux reçoivent seulement un an de condamnation.

Ce dilemme s’est reproduit comme une expérience réelle, mais on a mis dans la main d’un prisonnier un objet chaud, et dans celle de l’autre un morceau de glace. La même expérience a été réalisée auprès de différents couples de prisonniers. Le résultat a toujours été le même ; le prisonnier qui avait l’objet chaud dans sa main était moins égoïste. Il semblerait que la température ait une incidence sur la manière dont notre esprit traite l’information.

3. L’isolement prolongé

Il a été prouvé que l’isolement prolongé exerce des effets importants sur l’esprit. Un cas très impactant est celui de Sarah Shourd qui a été emprisonnée et isolée par les iraniens pendant 10 000 heures. Sarah a commencé à avoir des hallucinations tout le temps, et en est même arrivée au point de ne plus pouvoir distinguer si c’était elle ou une autre personne qui criait.

Sarah Shourd

Il a aussi été prouvé que l’isolement prolongé, couplé à l’obscurité, provoque de graves altérations dans la capacité de perception du cerveau. La plus importante d’entre elles est que l’on perd la notion du temps et le rythme corporel. Le cycle quotidien peut augmenter de 48 heures : 36 heures d’activité et 12 de sommeil.

4. L’effet McGurk

La science a prouvé que les sens fonctionnent d’une manière combinée. Il s’agit d’une sorte de “mix”. Ce que l’on entend n’est pas indépendant de ce que l’on voit, de ce que l’on touche ou de ce que l’on sent. L’esprit unit ces perceptions et construit un sens global. Par exemple, il a été prouvé que lorsqu’une personne voit l’aiguille d’une seringue, elle ressent plus de douleur que pendant une injection. Ce n’est donc pas si illogique de fermer les yeux quand on s’apprête à se faire piquer.

Différentes études ont été menées à ce sujet, avec différents sens. Dans une étude réalité en Angleterre, on a donné aux convives un appétissant bifteck dans le noir. Tou-te-s l’ont trouvé délicieux. Cependant, lorsqu’on leur a allumé la lumière et qu’iels ont vu que la viande était de couleur bleue, la plupart ont eu envie de vomir.

5. L’illusion du corps invisible

Le cerveau humain confond la réalité et l’imagination avec une facilité stupéfiante. Une expérience qui a été réalisé à l’Institut Karolinska en Suède il y a quelques années le prouve : 125 volontaires ont chacun-e reçu une paire de lunettes de réalité virtuelle. En les mettant, iels se voyaient elleux-mêmes. A leurs côtés se trouvait une personne qui passait un pinceau sur elleux, et à chaque coup de pinceau, iels disparaissaient un peu plus.

En même temps, une personne passait physiquement un pinceau sur leurs corps. Le résultat était que chaque participant-e a ressenti qu’iel devenait invisible. Ensuite, on les a exposé-e-s face à un auditoire exigent et leurs réactions ont été contrôlées. Tou-te-s montraient un faible niveau de stress face à l’auditoire. Iels se sentaient plus à l’aise car iels avaient l’impression d’être invisibles.

Comme nous venons donc de le voir dans cet article, il n’est pas si difficile de tromper notre esprit. Toutes ces expériences prouvent que les perceptions du cerveau peuvent aller d’un côté et la réalité d’un autre. Dans ce cas, il s’agit d’expériences physiques, les expériences abstraites présentent également des résultats.

A découvrir aussi