En vivant dans la hâte, on ne vit pas vraiment

23 juin 2017 dans Emotions 314 Partagés

Vivre en pensant au moment suivant, vivre connecté-e au « je dois », vivre déconnecté-e de soi ou de tout ce qui nous entoure. Arrêtez-vous un instant et prenez le temps de regarder, de ressentir, d’être là, dans le moment présent. Profitez-en. Connaissez-vous la légende des Ahoras (« maintenant », en français) ? Il y a des années et des années de cela, les humains vivaient avec des oiseaux appelés les Ahoras. Ils passaient tout leur temps avec eux, évoluant au milieu de leurs chants et de leur plumage.

A chaque fois que les humains voyaient un beau paysage, qu’ils parlaient avec quelqu’un ou qu’ils ressentaient quelque chose de spécial, le Ahora leur donnait un petit coup sur la tête et chantait ; c’est alors que les humains prenaient conscience du moment présent et qu’ils le gardaient en souvenir. Ils profitaient du moment présent et ils étaient heureux.

Les Ahoras s’alimentaient des émotions ressenties lors de ces moments qui permettaient aux humains de profiter plus intensément de la vie, même sans écrans haute définition. Or, un jour, quelque chose a changé, et les humains ont commencé à cohabiter avec d’autres oiseaux : le Antes (« avant », en français), au plumage noir, et le Después (« après », en français), au plumage blanc.

Peu  peu, les oiseaux Ahoras ont perdu leur chant, à croire qu’ils n’avaient alors presque plus de voix. Les moments de conscience ont été perdus. Or, la légende ne s’est pas terminée ainsi : même si les Ahoras ne volent plus juste au-dessus de nos têtes et si leur chant a perdu de sa force, ils demeurent en chacun-e de nous, attendant que l’on profite de chaque moment que l’on vit.


« Certains disent que si on ferme les yeux, qu’on respire profondément et qu’on sourit, on pourra sentir dans notre coeur et dans notre esprit le chant et le picotement des Ahoras. »

– Oscar Soria –


Il n’a jamais été bénéfique pour personne de vivre dans la hâte

On passe notre vie à courir d’un côté et de l’autre, nos journées sont rythmées par les horaires, les obligations, les réunions, etc. Même les plus petit-e-s ont les agendas pleins d’activité. Surgit alors la fameuse phrase que tout le monde a déjà entendu… « La vie ne me fait vraiment pas de cadeaux ». La vie est là pour vous donner des choses, mais c’est vous qui devez les trouver. Il est vrai que souvent, elle nous réserve des surprises, mais cela représente une occasion pour nous de trouver quelque chose que l’on cherchait.

Ainsi, si je ne peux pas changer mon agenda, il me faudra alors changer ma manière de voir mon agenda. Prendre conscience de mon « Ahora » intérieur pour réussir à être là à chaque endroit où je me trouve, me connecter avec mon esprit et avec mon corps et pas avec hâte ou en pensant à ce qu’il pourra se passer dans le futur. Les secondes passent, de même que les heures, les jours, les mois ou les années.

Que « l’oiseau de l’après » ou « les susurrements du passé » ne réussissent pas à éteindre la voix de notre conscience immédiate. Faisons un effort pour apporter à notre esprit ce chant du Ahora et valoriser ce que l’on a à chaque moment. Dites-vous bien que plus on alimente son influence, plus il sera avec nous.

Vivre et se connecter avec le moment présent

Chaque jour est un nouveau commencement et nous donne l’opportunité de vivre un autre moment présent, de garder hier en mémoire, de nous laisser surprendre par demain et d’alimenter le jour présent. Pour se forger des souvenirs, il nous faut vivre pleinement le moment présent. Si on parvient à s’inscrire dans le moment présent, on mettra alors tout en oeuvre pour réussir à l’ancrer en nous et pouvoir ainsi y accéder plus tard en y repensant.

Si au contraire on vit dans la hâte sans prendre le temps de s’arrêter et de vivre chacun moment, alors on ne se donne pas l’opportunité de voir et d’observer là où on se trouve, la manière dont on se sent, ce qui se passe autour de soi au moment présent. Pourtant, le plus important, c’est d’être là où on veut être.

Je me connecte, je prends le temps de profiter et je ressens. Je ressens et je suis touché-e. Je souris et j’enregistre dans ma mémoire les souvenirs du moment présent. J’arrive à mettre de côté l’extérieur et à vivre ce moment exact. Vivre dans le moment présent, cela me pousse à profiter de chaque moment ; le temps n’existe pas sans moi, et je suis celui/celle qui donne du sens au temps et qui le fais mien. Si nous arrivons à prendre conscience de nous à chaque moment, nous pourrons profiter de chaque seconde au maximum.

A découvrir aussi