Un voyage dans l'optimisme réaliste par Seligman

L'optimisme contre nature et réaliste est celui que nous acquérons de l'observation et de l'apprentissage que nous extrayons de l'expérimentation directe avec la réalité. Creusons et voyons comment le favoriser.
Un voyage dans l'optimisme réaliste par Seligman
Gema Sánchez Cuevas

Relu et approuvé par Psychologue Gema Sánchez Cuevas.

Dernière mise à jour : 14 décembre, 2022

“Si nous n’avions que des émotions positives, notre espèce serait morte depuis longtemps.” C’est ainsi que parle Martin Seligman, dont nous abordons aujourd’hui la théorie de l’optimisme réaliste ou savant. Que veut dire le psychologue avec ces mots ?

En fait, c’est simple. Seligman ne croit pas en ces gens qui semblent vivre dans un état constant d’optimisme naïf et de bonheur constant. Mais il ne juge pas non plus logique et sain de tomber dans un découragement et un pessimisme persistants. Ce psychologue considère que l’état idéal de l’être humain est un optimisme réaliste, savant et positif, capable de voir les revers comme un défi temporaire et limité.

Qui est Martin Seligman ?

Avant de continuer, nous faisons une brève introduction au profil et au travail de l’écrivain et psychologue Martin Seligman. Il est important de souligner que ce chercheur est connu pour ses travaux dans le domaine de l’impuissance acquise. Un état mental lié à la maladie mentale la plus endémique : la dépression.

martin seligman

De plus, Seligman a beaucoup travaillé dans le domaine de la psychologie positive. Ces dernières années, ce directeur du Département de psychologie de l’Université de Pennsylvanie a concentré une grande partie de ses études sur le domaine de l’optimisme.

Quiconque souhaite en savoir plus sur ses études et ses recherches peut lire ses œuvres, dont beaucoup sont traduites en espagnol. Learn Optimism, Positive Psychology ou The Optimistic Child sont peut-être ceux qui ont eu le plus de suivi par le public non spécialiste et reflètent parfaitement l’intérêt vulgarisateur de l’auteur.

L’optimisme réaliste de Seligman

Dans ses premières années en tant que chercheur, Martin Seligman expérimentait avec des chiens. Là, il découvrit que la plupart de ces animaux étaient susceptibles d’entrer dans un état d’impuissance apprise. Face aux stimuli négatifs et à l’impossibilité de les éviter, il est arrivé un moment où les chiens ont cessé d’essayer d’éviter la stimulation et se sont abandonnés à la subir.

Cependant, Seligman a observé que tous les chiens ne mettaient pas le même temps à se rendre et que tous les chiens n’étaient pas affectés de la même manière par le fait qu’ils ne pouvaient pas adopter des comportements subordonnés à l’apparition ou à la disparition du stimulus.

De toute évidence, Seligman a commencé à adapter ces découvertes au domaine de la psychologie humaine. Et là, il a découvert comment les gens réagissaient à différents stimuli. Tant positivement que négativement, ces découvertes ont fasciné le psychologue.

Résultats des études Seligman

Après des années de travail, Seligman a découvert que chaque être humain peut succomber à l’impuissance apprise. De la même manière, il a constaté que nous sommes également capables d’avoir un optimisme réaliste et contre nature, que nous acquérons de l’observation et de l’apprentissage que nous extrayons de l’expérimentation directe avec la réalité.

Cet optimisme appris contrôle les processus d’interprétation que notre esprit effectue, à la fois ceux qui sont effectués sur le passé et ceux qui sont effectués sur le présent. Cela influence également l’établissement de nos attentes futures et le degré de frustration que le fait de ne pas y rencontrer peut causer.

« Nos forces et nos vertus agissent contre le malheur et contre les troubles psychologiques, et sont la clé pour augmenter la résilience »

-Martin Seligman-

Pessimisme contre optimisme

Seligman déclare que grâce à un exercice d’association avec des expériences positives passées, nous pouvons développer l’habitude d’un optimisme réaliste. Une activité qu’il conseille pour consolider cet optimisme est d’écrire trois éléments positifs que la journée a eus, qu’il considère comme Les Trois Bénédictions.

Cependant, Seligman ne croit pas que l’optimisme soit valable dans tous les cas. L’absence de lentilles optimistes dans certaines circonstances est nécessaire. Surtout lorsque le risque ou la perte est ou peut être important, il recommande de mettre l’optimisme de côté.

« Les habitudes de pensée ne doivent pas persister éternellement. L’une des découvertes les plus significatives de la psychologie au cours des vingt dernières années est que les individus choisissent leur façon de penser.

-Martin Seligman-

En d’autres termes, Seligman valide l’activité que l’optimisme réaliste peut générer, par opposition à la passivité que l’optimisme naïf peut générer pour répondre aux défis que nous pose la vie quotidienne. Concernant l’optimisme et le pessimisme, selon la façon dont ils conditionnent notre fonctionnement mental, il en parle dans les termes suivants :

  • Optimisme : nous réagissons aux revers en assumant notre capacité personnelle, sachant qu’ils sont temporaires, particuliers et qu’ils nécessitent des efforts et des compétences pour être surmontés.
  • Pessimisme : nous réagissons avec une certaine impuissance personnelle, sachant que les revers sont longs. Nous avons tendance à nous culpabiliser.

Pour Seligman , la décision personnelle de chacun est vitale. Nous sommes des êtres avec le potentiel d’être actifs face à des stimuli, du moins avant d’entrer dans un état d’impuissance. Le point positif est que notre environnement est généralement riche en outils et en ressources pour que l’optimisme agisse comme le support de notre motivation, face à la tentation de baisser les bras que nourrit le pessimisme.

Comment favoriser un optimisme réaliste ?

Seligman nous conseille de mettre en œuvre la technique des Trois Bénédictions pour favoriser un optimisme réaliste. En complément, nous vous conseillons :

  • Renforcer l’estime de soi et la conviction que nous avons la capacité de surmonter les difficultés. Les moments difficiles sont inhérents à la vie, mais la façon dont nous nous percevons et nous valorisons fera la différence entre une adaptation positive ou la résignation. Par conséquent, dans la mesure où nous aurons une auto-évaluation positive, nous serons moins susceptibles de nous sentir démunis et nous rechercherons les meilleures ressources pour avancer.
  • Renforcer le locus de contrôle interne. Cet aspect nous aidera à supposer que la possibilité de changer le cours des choses négatives est entre nos mains et de tirer le meilleur parti de chaque situation ; au lieu de se lamenter et de blâmer Dieu, le destin, le gouvernement ou d’autres agents extérieurs. Pour cela, apprenez à différencier ce que vous pouvez contrôler et ce que vous ne pouvez pas ; Considérez les critiques comme des opportunités de croissance et assumez la responsabilité de vos actions.
  • Acceptez les défis. L’idée est de sortir de notre zone de confort et d’oser relever des défis. Cela vous aidera à développer votre estime de soi et à avoir une plus grande confiance en vous.
  • Apprenez des erreurs et des échecs. Beaucoup de gens abandonnent leurs objectifs au premier échec. Cependant, les erreurs sont de grands professeurs qui nous apprennent à faire mieux lors des prochaines tentatives. Par conséquent, face à toute erreur, analysez la situation et corrigez les facteurs qui vous y ont conduit.
  • Évitez de vous comparer aux autres. Chacun a son rythme et sa propre histoire. Il est inutile pour nous de nous comparer aux autres, puisqu’il n’y a pas de base équitable sur laquelle les établir. Au lieu de cela, appréciez vos forces et acceptez vos faiblesses, et travaillez-les pour devenir la meilleure version de vous-même.

Bref, l’optimisme réaliste que soulève Seligman nous invite à nous concentrer sur les expériences antérieures et les aspects positifs ; au lieu de se concentrer sur les échecs. En d’autres termes, il s’agit de penser à tout ce qui peut aller bien, avant ce qui peut aller mal.

Bien sûr, il faut éviter de le confondre avec l’optimisme naïf, qui nous amène à voir tout en rose juste parce que, sans aucun fondement ; et où la vraie réalité est évitée afin qu’elle n’affecte pas cette perspective parfaite du monde que nous avons fantasmée. Pour cela, l’expérience et le contact direct avec la réalité sont indispensables.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment cultiver l’OPTIMISME
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Comment cultiver l’OPTIMISME

que nous ne voyions pas tous la vie de la même manière, nous pouvons toujours entraîner notre esprit à générer ou à maintenir l'optimisme.



  • Seligman, M. (2014). Aprenda optimismo: Haga de la vida una experiencia maravillosa. Editorial Atlántida.
  • Seligman, M. (2016). Florecer: La nueva psicología positiva y la búsqueda del bienestar. Editorial Océano.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.