Thérapie psychologique dans la phobie des pulsions

Qu'est-ce que la phobie de conduire ? Pourquoi le même type de pensées peut-il avoir des conséquences si différentes pour un groupe de personnes ? Dans cet article, nous parlerons de ce type de phobie et des possibilités d'intervention.
Thérapie psychologique dans la phobie des pulsions
Ebiezer López

Rédigé et vérifié par Psychologue Ebiezer López.

Dernière mise à jour : 16 novembre, 2022

La phobie des pulsions est une condition psychologique qui peut causer beaucoup de souffrance chez ceux qui en souffrent. Dans ces cas, les pensées génèrent une anxiété énorme qui peut amener les personnes qui en souffrent à s’isoler de leurs proches et de l’environnement. Pour cette raison, le rôle de la thérapie psychologique dans la phobie des pulsions est crucial pour la qualité de vie de ces personnes.

Fréquemment, ceux qui souffrent de ce trouble développent des mécanismes pour lutter contre ces pensées. Cependant, la plupart du temps, ces stratégies sont inefficaces et, à long terme, elles peuvent aggraver le problème.

Grâce à la psychothérapie, nous pouvons mieux comprendre le rôle que ces pensées jouent dans la vie du patient. En plus d’identifier les comportements qui les renforcent et de les modifier pour des comportements plus sains.

Qu’est-ce que la phobie des pulsions ?

Les gens font souvent face à des pensées qui peuvent être considérées comme « intrusives ». Ce sont souvent des idées que, parce qu’absurdes, on finit par oublier facilement. Cependant, il y a ceux qui, pour une raison ou une autre, commencent à développer une sorte de fixation sur certaines pensées. C’est quelque chose de caractéristique du trouble obsessionnel-compulsif (TOC).

Les personnes atteintes de TOC ont des pensées intrusives et anxieuses récurrentes. Comme stratégie pour les éliminer, la personne renforce certains schémas comportementaux, qui deviennent dysfonctionnels en raison du temps qu’ils nécessitent et des souffrances qu’ils provoquent.

Par exemple, une personne atteinte de TOC peut avoir des pensées intrusives sur le fait d’être sale et de tomber malade. Par conséquent, il pourrait développer des compulsions comme nettoyer toutes les surfaces avant de les toucher.

En ce sens, la phobie pulsionnelle est une variante du trouble obsessionnel-compulsif dans lequel le sujet est les pulsions personnelles. Pour mieux l’illustrer, prenons une situation typique : vous attendez l’arrivée du train et vous vous ennuyez. Soudain, vous regardez vers les rails et pensez : que se passerait-il si je sautais là ? Vous allez très probablement rire de vous-même et finir par rejeter cette idée comme si absurde.

Cependant, pour une personne atteinte de phobie des pulsions, ces types de pensées deviennent quelque chose d’obsédant qu’elle ne peut pas éviter. En conséquence, elle peut commencer à développer certains comportements, comme éviter les couteaux par peur de l’envie de se faire mal. Ou même s’éloigner de son partenaire ou de ses enfants de peur de les blesser par pulsion.

homme anxieux
La phobie des pulsions se caractérise par des pensées intrusives liées au fait de faire du mal à quelqu’un ou à soi-même.

Comment se passe la thérapie psychologique dans la phobie des pulsions ?

Une condition importante pour diagnostiquer la phobie des pulsions est que les obsessions et les compulsions occupent au moins une heure par jour. Ajouté à cela, qu’elles causent un inconfort important en raison des restrictions qui en découlent. Une fois le diagnostic établi, dans la thérapie de la phobie des pulsions, nous pouvons trouver :

Psychoéducation

Tout d’abord, le diagnostic est communiqué à la personne afin qu’elle commence à prendre conscience de sa propre maladie. Lors des séances de psychoéducation, le patient peut poser différentes questions sur le trouble auxquelles les psychologues répondront. Le but de la psychoéducation est que la personne reconnaisse ce qui se passe et comment cela affecte sa vie quotidienne.

Thérapie cognitivo-comportementale

La thérapie cognitivo-comportementale est l’une des principales approches de la psychothérapie contemporaine. Son objectif est d’évaluer, d’identifier et de traiter les pensées et les comportements qui génèrent de l’inconfort chez la personne. Parce que la phobie de la pulsion est un trouble où il y a des pensées et des comportements défavorables au patient, c’est généralement l’option préférée.

En effet, des preuves scientifiques indiquent qu’il est assez efficace pour améliorer les symptômes du TOC (McKay et al., 2015). Grâce à la thérapie cognitivo-comportementale, les patients peuvent apprendre des techniques pour réguler leur anxiété.

Par exemple, les techniques de respiration diaphragmatique facilitent la relaxation. De même, les techniques de relaxation musculaire permettent d’éliminer les tensions accumulées qui sont associées à des émotions telles que l’anxiété ou le stress. Le résultat attendu est que la fréquence d’apparition des pensées anxieuses est réduite, régulant également l’inconfort qu’elles provoquent.

De même, la psychothérapie dans la phobie pulsionnelle permet de travailler sur les pensées ruminantes et irrationnelles qui provoquent des obsessions. Ainsi, la technique d’arrêt de la pensée peut être appropriée pour ces patients. Dans ce cas, ce qui est fait est de l’entraîner à être capable d’identifier les pensées obsessionnelles et répétitives afin qu’il puisse les arrêter. Ceci est réalisé grâce à des vocalisations telles que “assez !” ou “d’accord !” et des stimuli sensoriels dans le but d’arrêter la pensée ruminante et obsessionnelle.

Techniques d’exposition

L’exposition aux stimuli qui déclenchent des pensées et des compulsions obsessionnelles peut aider dans ces cas. Par exemple, si un patient a peur d’être à proximité de couteaux parce qu’il a peur de se blesser ou de blesser les autres avec, il y serait exposé. Cette exposition doit se faire progressivement et en combinaison avec des techniques de relaxation et de respiration pour contrôler l’anxiété produite par le stimulus.

Si l’on réfléchit à ce cas hypothétique, les premières séances d’exposition pourraient consister à placer le patient dans une pièce avec des couteaux. Là-bas, l’image des couteaux est susceptible de déclencher des pensées anxieuses et la personne a envie de s’éloigner. C’est à ce moment que les techniques de relaxation et de respiration doivent être utilisées pour contrer l’anxiété et éviter la réaction de fuite.

Une fois que les niveaux d’anxiété ont diminué, la phase suivante pourrait être pour lui de marcher vers les couteaux et de les tenir. Le processus serait répété de la même manière qu’à l’étape précédente avant de passer à un autre exercice qui pourrait être la préparation d’aliments avec le couteau. Cela a deux objectifs : premièrement, empêcher que l’obsession et la compulsion ne soient encore renforcées, et deuxièmement, amener le cerveau à voir qu’il n’y a pas de danger.

Thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT)

La thérapie d’acceptation et d’engagement est une autre des principales alternatives de traitement de la phobie de la pulsion. Une revue systématique de Rodríguez (2022) a conclu que les essais cliniques soutiennent l’efficacité de la TAC comme traitement du TOC.

Dans le même ordre d’idées, la thérapie d’acceptation et d’engagement se concentre moins sur la suppression des symptômes de la maladie et davantage sur le fait de les rendre moins contraignants pour l’interaction adaptative avec l’environnement. Lorsque nous parlons d’acceptation, nous nous référons au fait d’accepter son expérience émotionnelle. Il s’agit d’être plus compatissant et de comprendre ce que nous ressentons.

Pour sa part, s’engager consiste à donner plus de poids à nos valeurs lors de la décision, par rapport à d’autres variables, telles que l’interaction avec l’environnement. En planifiant des actions cohérentes, il est plus facile d’amener les patients à s’engager à initier le changement.

De cette façon, il est facile de comprendre pourquoi la tomodensitométrie est une option courante pour traiter la phobie impulsive. En aidant les patients à s’adapter à leur expérience émotionnelle et à l’accepter, au lieu de la juger et de la rejeter, l’anxiété et le stress sont réduits. De plus, si le traitement est adapté aux valeurs et aux aspirations de la personne, il sera plus facile de favoriser un réel changement dans sa vie.

Homme en thérapie psychologique
La thérapie d’acceptation et d’engagement et la thérapie cognitivo-comportementale peuvent être utilisées avec la phobie de la pulsion.

Pharmacothérapie

Dans certains cas, une consultation psychiatrique peut être nécessaire pour permettre la partie pharmacologique de l’intervention. Les psychopharmaceutiques pourraient aider à stabiliser l’humeur du patient, facilitant ainsi le déroulement de la thérapie. Après tout, il peut être difficile de surmonter des croyances irrationnelles si une réaction anxieuse extrême s’ensuit.

Pour conclure, gardons à l’esprit que la thérapie psychologique de la phobie des pulsions prend du temps. Les changements se produisent progressivement, mais avec de la persévérance et de l’engagement, les patients parviennent à s’améliorer et à mener une vie normale. Si vous pensez que vous ou quelqu’un que vous connaissez en êtes atteint, demandez de l’aide dès que possible.

Cela pourrait vous intéresser ...
Anthropophobie : symptômes, causes et traitement
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Anthropophobie : symptômes, causes et traitement

L'anthropophobie est la peur des gens, connus et inconnus. C'est une phobie qui peut être très limitante.



  • McKay, D., Sookman, D., Neziroglu, F., Wilhelm, S., Stein, D. J., Kyrios, M., … & Veale, D. (2015). Efficacy of cognitive-behavioral therapy for obsessive–compulsive disorder. Psychiatry research, 225(3), 236-246.
  • Pareja, M. Á. V. (2001). Tratamientos psicológicos eficaces para el trastorno obsesivo compulsivo. Psicothema, 13(3), 419-427.
  • Rodriguez Mariategui Jahnsen, K. A. (2022). Efectividad de la terapia de aceptación y compromiso para pacientes con trastorno obsesivo compulsivo.
  • Vellosillo, P. S., & Vicario, A. F. C. (2015). Trastorno obsesivo compulsivo. Medicine-Programa de Formación Médica Continuada Acreditado, 11(84), 5008-5014.