Théorie de la dissociation structurelle : quand la personnalité se dédouble après un traumatisme

La dissociation est un mécanisme de défense que l'esprit met en branle après une expérience traumatisante. Nous vous expliquons ici comment il fonctionne.
Théorie de la dissociation structurelle : quand la personnalité se dédouble après un traumatisme

Dernière mise à jour : 18 juillet, 2021

L’esprit humain est complexe et sa capacité d’adaptation peut être surprenante. Lorsque l’individu subit un traumatisme grave, plusieurs mécanismes de défense sont mis en place afin de résister au stress émotionnel. L’une d’elles est la dissociation, qui permet à la conscience de se dédoubler afin de continuer à fonctionner, malgré les graves circonstances vécues.

Et c’est ce qui explique l’intéressante théorie de la dissociation structurelle. Lorsque nous parlons de personnalité dissociative, nous pensons généralement à l’ancien “trouble de la personnalité multiple”.

Bien qu’elle soit représentative de l’une des formes les plus complexes de dissociation, il existe d’autres conditions qui la présentent également : par exemple, le syndrome de stress post-traumatique ou le trouble de la personnalité limite. Même les individus en bonne santé sont capables de se dissocier à certains moments. Examinons cela plus en profondeur.

Reflet d'une femme.

Qu’est-ce que la dissociation ?

La dissociation est un processus dans lequel des éléments qui sont habituellement associés sont déconnectés. Elle peut affecter la perception, les émotions ou l’identité et peut se présenter de différentes manières. À un degré non pathologique, nous pouvons tous faire l’expérience de la dissociation dans différentes circonstances, par exemple :

  • Lorsque vous conduisez, absorbé par vos pensées et que vous arrivez à destination sans aucun souvenir du voyage. Vous savez qu’un certain temps s’est écoulé depuis que vous avez commencé le voyage, mais votre esprit a écarté tout ce qui s’est passé entre-temps.
  • Alors que vous êtes engagé dans une activité absorbante (par exemple, la peinture ou la lecture), quelqu’un peut vous parler et vous l’entendez, mais vous ne traitez pas l’information.
  • Lorsque vous recevez une nouvelle choquante qui génère une anxiété intense, vous pouvez vous sentir déconnecté de vos émotions ou de votre environnement.

La dissociation à un degré pathologique apparaît comme un mécanisme de défense face à un traumatisme. Et bien qu’elle ait pour fonction de favoriser la survie et le fonctionnement, elle peut être à l’origine de divers problèmes.

La théorie de la dissociation structurelle

La théorie de la dissociation structurelle, postulée par le psychologue Onno van der Hart, tente d’expliquer la dissociation de la personnalité après un événement traumatique. Ce modèle défend l’existence de deux systèmes de personnalité présents chez tous les individus et intégrés chez les personnes en bonne santé :

  • Le système d’action orienté vers la survie : il encourage l’approche de stimuli agréables, plaisants et nécessaires. Par exemple, il nous motive à nous nourrir, à socialiser, à nous amuser, à nous nettoyer ou à travailler.
  • Le système d’action orienté vers la défense : il nous protège des menaces et des situations dangereuses et désagréables. Par exemple, elle nous motive à affronter ceux qui nous attaquent, à fuir un agresseur ou à chercher de l’aide lorsque nous en avons besoin.

Les deux parties de la personnalité

Lorsqu’une expérience traumatique survient, ces deux systèmes se dissocient et la personnalité commence à fonctionner de manière fractionnée. Deux parties distinctes de la personnalité émergent :

  • La partie apparemment normale (PAN) : elle tente de nous faire mener une vie aussi normale et fonctionnelle que possible. Pour y parvenir, elle se sépare du traumatisme et de tout ce qui s’y rapporte.
    • Il se peut qu’elle n’ait pas accès à ces souvenirs ou qu’elle ne s’y connecte pas émotionnellement (elle parle du traumatisme sans en ressentir la douleur). Il est également fréquent qu’elle évite “phobiquement” tout stimulus, lieu ou situation qui pourrait lui rappeler ce qui s’est passé.
  • La partie émotionnelle (PE) : elle détient la charge émotionnelle négative et est restée ancrée dans le moment du traumatisme. Pour la même raison, des flashbacks et des reviviscences apparaissent et l’objectif principal est de rester attentif à d’éventuels nouveaux dangers. Cette partie n’est donc pas fonctionnelle dans la vie quotidienne.
Une femme, les yeux fermés.

Les différents niveaux

Selon la gravité du traumatisme, le moment de la vie où il a été vécu et d’autres facteurs, différents niveaux de dissociation peuvent se produire. Ce sont les suivants :

  • La dissociation structurelle primaire est caractérisée par la présence d’une seule PAN et d’une seule PE. Elle est caractéristique du syndrome de stress post-traumatique et d’autres troubles dissociatifs simples.
  • La dissociation structurelle secondaire est caractérisée par la présence d’une seule PAN et de plusieurs PE ayant des fonctions différentes.
    • Par exemple, une PE peut promouvoir le combat et une autre PE peut promouvoir la soumission. Cet état se produit dans le cas d’un trouble complexe de stress post-traumatique ou d’un trouble de la personnalité borderline résultant d’un traumatisme.
  • Enfin, dans la dissociation de la structure tertiaire, il existe plusieurs PAN et plusieurs PE. Il s’agit du plus haut degré de dissociation et il est caractéristique du trouble dissociatif de l’identité (anciennement connu sous le nom de trouble de la personnalité multiple).

La dissociation est la conséquence

En définitive, ce modèle théorique permet de comprendre les mécanismes complexes que l’esprit met en place pour faire face aux traumatismes. Il nous rappelle que la dissociation n’est pas le problème, mais la conséquence extrême qui survient comme une défense contre une douleur extrême.

Par conséquent, le traitement de ce traumatisme (cause initiale) devrait être l’objectif principal de l’intervention psychologique. Gardons cela à l’esprit.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment se vivent les crises quand vous êtes atteint d’un trouble de la personnalité limite ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Comment se vivent les crises quand vous êtes atteint d’un trouble de la personnalité limite ?

Les crises du trouble de la personnalité limite sont souvent précédées d'événements stressants ou d'un certain facteur biologique.



  • Nijenhuis, E., van der Hart, O., & Steele, K. (2010). Trauma-related structural dissociation of the personality. Activitas Nervosa Superior52(1), 1-23.
  • Steele, K., van der Hart, O., & Nijenhuis, E. R. (2004). Tratamiento secuenciado en fases de la disociación estructural en la traumatización compleja: superar las fobias relacionadas con el trauma. Journal of Trauma & Dissociation6(3), 11-53.