Selon la science, les réseaux sociaux ne soulagent pas l'ennui

Parfois, pour pallier l'ennui et se vider l'esprit, il vaut mieux prendre un crayon et du papier que de se tourner vers les téléphones portables et les réseaux et sociaux.
Selon la science, les réseaux sociaux ne soulagent pas l'ennui
Valeria213

Rédigé et vérifié par la psychologue Valeria213 dans 15 novembre, 2021.

Dernière mise à jour : 15 novembre, 2021

Nous utilisons tous nos téléphones portables à des moments perdus pour nous divertir. Nous examinons les notifications, les messages, les commentaires, les photos publiées, les dernières nouvelles… Par ailleurs, nous tenons pour acquis que ces moments nous aident à nous vider l’esprit lorsque nous en avons le plus besoin. Cependant, selon la science, les réseaux sociaux ne soulagent pas l’ennui. Ils produisent même quelque chose de très différent.

Certains soulignent que certaines plates-formes ressemblent presque à des salles pleines de gens qui se crient dessus. Malgré le fait de ne pas écouter l’échange de mots, la cacophonie de certains tweets, par exemple, s’incruste dans nos esprits comme des échos stressants. Quelque chose de similaire se produit dans d’autres réseaux. On y entre pour se divertir quelques minutes et en sortons parfois plus agacé que détendu.

Certains soulignent que cette lassitude des réseaux sociaux amène de nombreux utilisateurs à se désabonner ou pratiquer ce qu’on appelle une « detox numérique ». Le problème le plus frappant réside cependant peut-être chez les jeunes : ils sont de plus en plus intolérants à l’ennui et éprouvent de fortes doses d’anxiété lorsqu’ils n’ont pas d’écran devant eux.

“Une génération qui ne supporte pas l’ennui sera une génération de peu de valeur.”

-Bertrand Russell-

les réseaux sociaux ne soulagent pas l'ennui

Pourquoi les réseaux sociaux ne soulagent-ils pas l’ennui ?

Les réseaux sociaux ne soulagent pas l’ennui et pas seulement : ils aggravent la santé mentale de nombreuses personnes. Nous n’inventons rien. Cette affirmation nous vient en effet d’une étude réalisée en 2020 à l’Institute of Behavioral Neurosciences and Psychology en Californie. Il est vrai que cet impact n’est pas le même partout dans le monde, que certains en font bon usage et obtiennent des bénéfices agréables.

Cependant, les chiffres sur le mal-être et le stress en lien avec leur utilisation intensive sont remarquables et frappants. Certains deviennent accros au like, à ce petit shot de dopamine quotidien obtenu dans chaque publication. D’autres ne comprennent la vie qu’à travers cet univers numérique dans lequel se comparer et où, bien sûr, il est impensable de rater quoi que ce soit qui vient d’être publié.

D’une manière ou d’une autre, beaucoup de ces choses ne nous sont pas inconnues. La science n’avait toutefois pas encore abordé l’effet des réseaux sociaux lors de moments brefs. Autrement dit, nous aident-ils à nous divertir et à soulager le stress ou l’ennui occasionnel au travail, pendant les pauses, dans le métro, etc ? La réponse est non. Voyons maintenant les arguments.

Les brefs  moments avec le mobile n’améliorent pas notre humeur

C’est l’université Radboud aux Pays-Bas qui réalisa cette intéressante étude pour découvrir si les réseaux sociaux, comme tout le monde le croit, nous aident à nous vider l’esprit lorsque nous sommes stressés ou lorsque nous avons un bref moment de repos. Les résultats furent publiés dans la Royal Society Open Science et ne pouvaient pas être plus intéressants.

  • Les réseaux sociaux n’atténuent pas l’ennui. De plus, les gens se sentaient plus fatigués et même stressés.
  • Il était par ailleurs possible d’observer quelque chose sur lequel nous serons tous d’accord. Nous n’utilisons pas le mobile uniquement pendant les pauses. On ne se tourne pas vers les réseaux sociaux uniquement dans les moments perdus. Le mobile n’est pas un loisir, c’est un mode de vie. Nous utilisons nos appareils même dans les situations les plus inexplicables. Il est donc difficile de différencier les moments de repos des moments de travail.

Les gens font un usage intensif et malsain des mobiles. Nous consultons les réseaux sociaux très fréquemment, quelle que soit la situation, ce qui peut nous rendre davantage stressés pendant le travail et encore plus dépassés lorsque nous devrions nous reposer.

La sensation d’urgence : si vous ne vérifiez pas votre téléphone, vous ratez quelque chose

Le besoin que nous avons souvent de vérifier le mobile n’est pas quelque chose d’accidentel. Les réseaux sociaux ne réduisent en outre pas l’ennui pour ne finalité bien précise. Chaque application cherche quelque chose de très spécifique : que nous en fassions un usage intensif.

Toutes les plateformes utilisent des techniques très sophistiquées pour nous y attacher. Le sentiment d’urgence, l’idée que si l’on ne regarde pas le mobile nous ratons quelque chose est une expérience très récurrente.

De sorte que cet univers numérique n’est pas conçu pour pallier à l’ennui ou encore moins, pour être un divertissement dans les moments perdus. Il recherche à nous rendre dépendant, à faire de nous des consommateurs permanents.

les réseaux sociaux ne soulagent pas l'ennui

Les réseaux sociaux ne soulagent pas l’ennui : trouvons d’autres moyens de nous évader

Il existe de nombreuses façons de gérer l’ennui, mais le plus important est d’apprendre à le tolérer sans désespérer. En effet, cet état d’esprit nous permet de chercher d’autres sources pour nous occuper, lesquelles peuvent être aussi enrichissantes que gratifiantes si nous les choisissons bien.

Lire, écouter de la musique ou pratiquer une activité artistique sont des ressources exceptionnelles pour l’esprit et notre bien-être psychologique. Ils harmonisent les émotions, régulent le stress et stimulent la créativité.

Si nous essayons, nous nous rendrons compte qu’il existe des univers merveilleux au-delà de l’écran d’un téléphone portable et du bruit incessant des réseaux sociaux.

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
Apathie et ennui : deux dimensions très différentes
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Apathie et ennui : deux dimensions très différentes

Nous vous invitons ici à découvrir quelles sont les différences entre apathie et ennui afin de mieux les reconnaître au quotidien.



  • Bai, J., Mo, K., Peng, Y., Hao, W., Qu, Y., Lei, X., & Yang, Y. (2021). The Relationship Between the Use of Mobile Social Media and Subjective Well-Being: The Mediating Effect of Boredom Proneness. Frontiers in psychology11, 568492. https://doi.org/10.3389/fpsyg.2020.568492
  • Dora J, van Hooff M, Geurts S, Kompier M, Bijleveld E. Fatigue, boredom and objectively measured smartphone use at workR Soc Open Sci. 2021;8(7):201915. doi:10.1098/rsos.201915
  • Firth, J., Torous, J., Stubbs, B., Firth, J. A., Steiner, G. Z., Smith, L., Alvarez-Jimenez, M., Gleeson, J., Vancampfort, D., Armitage, C. J., & Sarris, J. (2019). The “online brain”: how the Internet may be changing our cognition. World psychiatry : official journal of the World Psychiatric Association (WPA)18(2), 119–129. https://doi.org/10.1002/wps.20617
  • Karim, F., Oyewande, A. A., Abdalla, L. F., Chaudhry Ehsanullah, R., & Khan, S. (2020). Social Media Use and Its Connection to Mental Health: A Systematic Review. Cureus12(6), e8627. https://doi.org/10.7759/cureus.8627