Reconnaître le bruit mental qui augmente votre stress

31 octobre 2015 dans Psychologie 0 Partagés

Notre cerveau réalise constamment des patrons de routine « automatiques ». Il reconnaît l’heure habituelle à laquelle on se couche et l’heure à laquelle on mange habituellement.

Tout comme il reconnaît nos comportements, il forme également un bruit mental ou des « distorsions cognitives«  qui produisent des effets négatifs sur nos activités quotidiennes.

Selon la théorie cognitivo-comportementale, malgré ce que l’on pense populairement, nous ne devons pas chercher les véritables causes du stress dans des circonstances extérieures, car le stress peut être lui-même généré à partir de ces distorsions de la pensée.

A présent, nous allons identifier certaines d’entre elles:

– Les attitudes mentales dirigent nos activités quotidiennes, elles font partie de notre personnalité et à long terme, elles déterminent notre succès ou notre échec dans la vie.

Un « bruit mental » nocif peut être de penser souvent d’abord en termes de « noir ou blanc ». Autrement dit, on ne donne pas de place au gris ni aux différentes nuances.

Par exemple, parfois nous croyons que quelque chose que nous avons planifié, doit se dérouler exactement de cette façon, car dans le cas contraire, ce serait un échec total.

– Une autre distorsion cognitive très commune est le « raisonnement émotionnel ». Il s’agit de penser que les choses vont mal simplement parce que nos émotions nous l’indiquent de cette façon.

Le fait de raisonner en fonction de nos émotions peut nous causer beaucoup de problèmes dans tous les domaines de notre vie.

Robert Greene, auteur des « 48 lois du pouvoir« , nous conseille de toujours chercher à observer les choses telles qu’elles sont. La pensée stratégique du succès fonde son raisonnement sans aucune sorte d’émotion impliquée.

Raisonnements illogiques: Ce type d’argument mental déforme constamment notre perception de ce qui se passe autour de nous. Il est possible que nous ayons tendance à trop généraliser les mauvaises choses qui nous arrivent et à penser que nous sommes les responsables.

Comme les Grecs anciens le disaient, la chance est pour tous, sans distinction. C’est aussi absurde que de penser qu’un nuage s’arrête au dessus de nous pour que la pluie tombe uniquement sur nous, comme cela arrive dans les dessins animés.

Un autre bruit mental commun est de se précipiter à tirer des conclusions hâtives. Autrement dit, face à une situation, nous concluons – avec peu de données-  qu’elle va mal se terminer ou qu’elle va nous affecter dans les évènements futurs.

Le mieux que nous pouvons faire pour lutter contre ce bruit mental, est de nous concentrer sur une analyse minutieuse du cadre, sans toujours chercher une solution pour que cela ne nous arrive pas.

Des perceptions diffuses: Ce type de distorsion mentale a lieu lorsque nous voyons d’une façon exagérée ce qui se présente à nous.

Les gens qui ont tendance à avoir une vision catastrophique de la réalité exagèrent l’importance des choses et leur impact sur notre notre vie. C’est comme si elles portaient une loupe intégrée qui agrandissait la taille des choses qui ne sont pas si importantes.

– Nous avons également une perception erronée connue sous le nom de  « Personnalisation« . Cela signifie que nous nous sentons responsables de tous les problèmes qui se produisent autour de nous.

Nous confondons l’influence avec le contrôle. Par exemple, si l’économie va mal, nous croyons que nous faisons quelque chose de mal.

– Enfin, une autre distorsion mentale « populaire » consiste à tout voir d’une manière négative.

Que ce soient des nouvelles locales ou des événements qui se produisent autour de nous, nous prenons toujours le négatif de la nouvelle et nous oublions les avantages qu’elles pourraient avoir sur nos vies.

Les distorsions cognitives affectent notre raisonnement et nos décisions quotidiennes. La meilleure façon de les combattre est de créer une nouvelle attitude, avec laquelle nous pouvons répéter des déclarations qui sont contraires au raisonnement.

Si nous nous écoutons faire un commentaire négatif, nous devrions penser intérieurement, « mais cela pourrait être autrement, » ou penser « que cela ne me touchera probablement pas ».

Tony Robbins recommande de faire des exercices de positivité avec un ami, pendant 10 jours. Il s’agit de ne faire aucun commentaire négatif à propos de quelque chose ou de quelqu’un et faire un pari avec cet ami. Le premier à faire un commentaire négatif devra commencer de nouveau à compter du premier jour.

Et vous, combien de fois pensez-vous de manière négative et automatique? Quelles stratégies utilisez-vous pour lutter contre les distorsions cognitives?

Image reproduite avec l’aimable autorisation de Daniela Vladimirova

A découvrir aussi