Que nous ont appris les « héros de Fukushima » ?

Dans la culture japonaise, ceux qui accomplissent de grandes actions individuelles, qui conduisent à mettre en valeur les vertus d'une personne, ne suscitent pas l'admiration. Ce qui prévaut dans cette culture, c'est le sens du collectif, comme le prouvèrent les « héros de Fukushima ».
Que nous ont appris les « héros de Fukushima » ?
Sergio De Dios González

Relu et approuvé par le psychologue Sergio De Dios González.

Écrit par Edith Sánchez

Dernière mise à jour : 26 avril, 2023

La première chose que les « héros de Fukushima » enseignèrent au monde est que le Japon et l’Occident pensent radicalement différemment en matière d’héroïsme. Ce sont les journaux occidentaux qui baptisèrent ces hommes et ces femmes de héros, alors qu’au Japon on les méprise, leur sacrifice n’ayant rien d’étonnant.

Autour du groupe se trouvent deux mots fréquemment répétés : devoir et honneur. Les deux termes font allusion à des valeurs profondément ancrées dans la culture japonaise. Ils ne considèrent pas cela comme quelque chose d’extraordinaire, mais comme un minimum éthique auquel tous les Japonais sont obligés.

L’équipe était clairement consciente que tôt ou tard cette tâche leur coûterait la vie. Ils ont été exposés à un niveau de rayonnement qui provoque des maladies graves, principalement le cancer. Ils savaient parfaitement ce qu’ils risquaient, mais le sentiment du devoir envers les autres prévalait en eux, synonyme d’honneur dans leur culture.

“Montrez-moi un héros et je vous écrirai une tragédie.”

-Francis Scott Fitzgerald-

La tragédie au Japon

La tragédie de Fukushima est considérée comme l’une des deux grandes catastrophes nucléaires de l’histoire, avec Tchernobyl. Les bombes atomiques ne comptent pas, car elles furent délibérément larguées à des fins de guerre. En revanche, à Fukushima et Tchernobyl, un accident, avec la complicité de l’erreur humaine, était en cause.

Rappelons que le 11 mars 2011, le Japon subit un tremblement de terre de magnitude 9,0, qui donna lieu à un tsunami dévastateur, sur la côte nord-ouest. Cela entraîna des dysfonctionnements à la centrale nucléaire de Fukushima, propriété de la société TEPCO. Il y eut une panne électrique dans le système principal, puis l’eau transportée par le tsunami détruisit les systèmes électriques de secours.

Tout cela provoqua l’effondrement de la réfrigération de l’usine. La conséquence fut une série d’explosions qui, à leur tour, entraînèrent une libération de contamination radioactive. La zone fut entièrement évacuée, mais le danger d’une explosion nucléaire à grande échelle contraint de nombreux travailleurs de TEPCO à retourner sur le site pour l’éviter.

Fukushima
Le tremblement de terre et le tsunami de Fukushima furent le prélude à la catastrophe nucléaire de la ville.

Les “Héros de Fukushima”

Au départ, 180 travailleurs de TEPCO restèrent sur place, faisant tout leur possible pour contenir la catastrophe. Ils entrèrent dans l’usine par groupes de 50. Il furent initialement surnommés les “Fukushima 50”. Tous étaient bénévoles, beaucoup d’entre eux à la retraite ou proches de la retraite.

Il y avait une raison pratique à cela : les personnes âgées étaient évidemment plus proches de la mort. Et le cancer déclenché par les radiations met plusieurs années à apparaître. Sur la base de ces données, il était probable que beaucoup soient morts avant que la maladie ne se manifeste pleinement. Ils entrèrent avec des combinaisons spéciales, mais celles-ci ne les protégeaient pas des particules radioactives invisibles.

Sa mission centrale était de maintenir les réacteurs au frais. Leurs lourdes combinaisons ne leur permettaient pas de se déplacer librement et entrer sur le site de la catastrophe était comme entrer en enfer, à cause de la température et de l’inconfort. S’ils n’empêchaient pas l’explosion de la centrale, les conséquences seraient très graves non seulement pour le Japon, mais pour la planète entière.

Fukushima
Des retraités et des personnes sur le point de se retirer de la centrale nucléaire entrèrent pour refroidir les réacteurs et empêcher de nouvelles explosions.

Devoir et honneur

Alors que l’Occident les appelait des “héros”, au Japon, le mépris de la société pour eux grandissait. Chacun dans le pays a le souvenir vivant des souffrances causées par les radiations produites par les bombes atomiques dont il a été victime. Personne n’a pu expliquer comment la société TEPCO a échoué dans la construction de l’usine. Ils ont été obligés de créer des installations à l’épreuve de tout.

Ainsi , la plupart des Japonais pensaient que le moins qu’ils pouvaient faire était d’essayer de corriger les erreurs. Ils estimaient qu’en tant que membres de la société TEPCO, ils étaient tenus d’assumer la responsabilité de leur négligence. Et beaucoup de travailleurs ressentaient la même chose. Ils firent donc leur travail en pensant à leurs compatriotes et avec l’idée qu’ils faisaient simplement leur devoir.

La culture japonaise ne conçoit pas la vie collective comme une somme d’individualités. Pour la population, il y a un projet d’entreprise et de pays dans lequel l’équipe est l’essence de tout. Ils n’aiment pas les “génies” qui se démarquent des autres.

Ils valorisent principalement la capacité de travailler avec et pour les autres. En fin de compte, c’est le secret de son succès dans le monde. La signification collective à son meilleur est le grand enseignement des “héros de Fukushima”.

Cela pourrait vous intéresser …


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique


  • García Mestres, M., Mateu, A., Domínguez, M. Fukushima en la prensa española: El debate científico sobre la energía nuclear a través de los géneros de opinión. https://metode.cat/wp-content/uploads/2012/01/226.pdf
  • Leyva, M. L. (2011). Lecciones de Fukushima (Colección Endebate). Endebate.

Ce texte est fourni à des fins d'information uniquement et ne remplace pas la consultation d'un professionnel. En cas de doute, consultez votre spécialiste.