Pseudo-perceptions : qu'est-ce que c'est et pourquoi les ressentez-vous ?

Croire que ce parapluie au fond de l'armoire est une personne qui nous regarde. Souffrir de paralysie du sommeil et voir soudainement devant nous quelque chose qui n'existe pas ? Les pseudo-perceptions sont des phénomènes fréquents que beaucoup d'entre nous ont expérimentés.
Pseudo-perceptions : qu'est-ce que c'est et pourquoi les ressentez-vous ?

Dernière mise à jour : 17 juillet, 2021

Les pseudo-perceptions sont des phénomènes courants et le plus souvent non pathologiques que beaucoup d’entre nous ont expérimentés à un moment ou à un autre. Un exemple de ceci est l’image classique qui apparaît soudainement dans notre esprit lorsque nous nous endormons et qui nous fait rapidement sursauter.

Les paréidolies – le fait d’attribuer à un stimulus concret comme une feuille, la forme d’un visage qui nous regarde – sont d’autres faits connexes. Il faut noter qu’au-delà de l’anecdote ou même de l’ironie de ces situations, elles suscitent toujours une certaine inquiétude.

Elles ne cessent pas pour autant d’être une altération de la réalité et une manière spécifique d’entrer en contact avec l’étrange, l’inhabituel et même le paradoxal. C’est pourquoi le scénario où les pseudo-perceptions causent le plus d’impact – et de perturbations – est dans le monde des rêves.

Les pseudo-perceptions nous font voir soudainement des objets qui n’existent pas ou qui acquièrent une apparence différente ou altérée. Ce sont des phénomènes qui répondent principalement à de petites erreurs de perception du cerveau.

Les mécanismes du cerveau.

Que sont les pseudo-perceptions ?

Elena est caissière dans un supermarché. Chaque jour, elle fait l’expérience de multiples pseudo-perceptions. Chaque fois que le mégaphone sonne pour que quelqu’un aille à la caisse pour servir les clients, elle pense qu’elle a été appelée.

Le fait qu’elle fasse cette expérience ne signifie pas qu’elle a un problème psychologique ou une hallucination auditive. C’est juste le résultat du stress et de la pression quotidienne.

Nous pourrions donc définir les pseudo-perceptions comme des anomalies mentales ou des erreurs dans le processus de perception du cerveau. Il s’agit de situations dans lesquelles l’esprit évoque des images ou même des sons qui n’existent pas réellement.

Il est important de souligner qu’il s’agit d’expériences très courantes. Et, souvent, elles ne relèvent pas du pathologique (comme l’hallucination que peut connaître un patient atteint de schizophrénie).

Le Dr Humberto Maturana, le célèbre biologiste chilien, a déclaré que le cerveau interprète constamment la réalité pour donner un sens à tout. Il est parfois normal de faire des erreurs et des fautes dans la façon dont nous traitons chaque stimulus ou situation.

Cela nous amène à expérimenter différents types de pseudo-perceptions tout au long de notre vie. Et bien qu’elles soient déconcertantes, beaucoup d’entre elles sont tout à fait normales.

Combien de types d’erreurs de perception le cerveau peut-il subir ?

Nous avons parlé au début des paréidolies. Il s’agit peut-être de l’une des pseudo-perceptions les plus courantes. Attribuer un visage humain à une pierre est très courant. Regarder les cratères de la Lune et croire y voir un visage imprimé est un autre phénomène assez récurrent. La science a étudié ce phénomène et nous offre une explication simple.

Des travaux de recherche tels que ceux menés à l’Université de Sydney (Australie) affirment que les animaux connaissent également des pseudo-perceptions. Par exemple, les singes rhésus souffrent de paréidolie tout comme nous. Et cet effet n’est rien d’autre qu’une tendance naturelle du cerveau à chercher des “visages” partout où nous regardons.

L’esprit détectera toujours un visage avant un objet inanimé et parfois, des erreurs de perception apparaissent, tant chez les humains que chez les primates. Cependant, il est courant de souffrir d’autres types de pseudo-perceptions. Ce sont les suivantes :

Le phénomène des images consécutives

Imaginons que nous regardions un livre avec des images d’oiseaux. Nous tournons les pages l’une après l’autre et soudain, notre téléphone portable sonne. Lorsque nous le prenons, nous pensons voir soudain un oiseau passer devant nous.

Est-il vraiment là ? Évidemment non, ce n’est qu’une fausse perception et une erreur de notre cerveau. Le phénomène des images consécutives apparaît après avoir été exposé à une série de stimuli spécifiques de manière soutenue dans le temps.

L’expérience des images parasites

L’expérience des images parasites survient à la suite d’un épuisement physique et mental. Imaginons que nous soyons restés toute la journée dans un aéroport à attendre notre vol retardé. Plus tard, lorsque nous nous coucherons le soir, l’image de cet aéroport pourra soudainement nous venir à l’esprit lorsque nous fermerons les yeux.

Pseudo-perceptions : images mnésiques

Parler d’images mnésiques, c’est plonger dans la manière dont le cerveau construit ses souvenirs. Un phénomène courant est de transformer complètement l’image d’un souvenir – par exemple, ce rendez-vous que nous avons eu avec une personne spécifique – et de ne pas savoir si ce dont nous nous souvenons était vraiment comme cela ou si notre esprit l’a déformé.

Illustration d'une femme les yeux fermés.

Les perceptions hypnagogiques

L’un des types les plus courants de pseudo-perceptions est l’hypnagogie. Il s’agit d’expériences perceptives très vives qui apparaissent juste entre l’éveil et le sommeil. Ces phénomènes peuvent interrompre notre repos et nous faire nous réveiller brusquement lorsque nous subissons un phénomène visuel, tactile et auditif de grand impact.

Cependant, l’aspect le plus complexe de cette expérience est qu’elle apparaît généralement dans des parasomnies telles que la paralysie du sommeil. La personne perçoit cette hallucination et est incapable de réagir, la vivant comme quelque chose de très perturbant.

Pour conclure, comme nous pouvons le constater, toutes ces réalités sont des événements spécifiques que la plupart d’entre nous ont vécu à un moment donné et auxquels nous ne savons pas donner d’explication. Ce ne sont qu’un autre exemple de la complexité du cerveau humain et de ces petites défaillances de la perception que l’on peut expérimenter de temps en temps.

Cela pourrait vous intéresser ...
Pourquoi certaines personnes souffrent-elles d’hallucinations ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Pourquoi certaines personnes souffrent-elles d’hallucinations ?

Les patients qui souffrent d'hallucinations auditives, visuelles, olfactives ou gustatives ressentent des sensations corporelles et physiques anorm...



  • Ohayon, M. M., Priest, R. G., Caulet, M., & Guilleminault, C. (1996). Hypnagogic and hypnopompic hallucinations: pathological phenomena?. The British Journal of Psychiatry169(4), 459-467.
  • Broughton, R. (1982) Neurology and dreaming@ Psychiatric Journal of the University of Ottawn, 7,101-110.
  • Taubert J, Wardle SG, Flessert M, Leopold DA, Ungerleider LG. Face Pareidolia in the Rhesus Monkey. Curr Biol. 2017 Aug 21;27(16):2505-2509.e2. doi: 10.1016/j.cub.2017.06.075. Epub 2017 Aug 10. PMID: 28803877; PMCID: PMC5584612.