Pourquoi les stylos verts sont-ils moins utilisés ?

· 21 septembre 2018

La société a un penchant pour la tristesse. Nous avons tendance à nous focaliser sur les erreurs, à nous punir et à nous torturer avec elles. Nous soulignons tout au stylo rouge et oublions complètement le stylo vert…

Les petites failles qui n’ont pas d’importance deviennent le pire des crimes, la plus grande des violations, la preuve la plus absolue de notre inutilité. Nous agitons ce fouet en nous faisant du mal et en en faisant aux autres. Après cela, nous essayons de soigner nos blessures avec une main maladroite qui refuse de suivre un rythme différent de celui marqué par la société.

S’il y avait un manuel des personnes malheureuses, ce trait apparaîtrait sûrement en première page. Beaucoup de gens savent très bien se torturer. Elles le font même devant les autres, et pas seulement quand elles sont seules. À l’école, on ne nous apprend pas à canaliser nos émotions pour qu’elles jouent en notre faveur. On utilise le stylo rouge au lieu du stylo vert. Les erreurs sont lourdes et les bonnes réponses sont prises pour acquises.

Le stylo vert dans l’enfance

Les professeurs réclament l’attention de leurs élèves pour ces points à travers lesquels l’erreur respire. Si vous avez du mal avec les mathématiques et n’avez pas la moyenne, vous passerez probablement votre été à faire des exercices de calcul et à résoudre des problèmes. L’anglais ou votre propre langue sont mis de côté car vos très bonnes notes n’ont pas attiré l’attention.

J’ai été élève et maintenant, je suis professeur. Sur mon chemin, j’ai vu des centaines de devoirs corrigés sur lesquels les mêmes choses étaient soulignées. Celles qui n’allaient pas. Le travail pouvait être propre et bien pensé, mais peu importe: une petite faute d’orthographe, un oubli au moment d’inscrire les unités ou une faute d’inattention avec un signe se détachaient toujours, comme le nez au milieu de la figure. 

enfant triste

Le stylo vert est une attitude

Ainsi, ce sont les erreurs qui, très souvent, conditionnent la distribution que nous faisons du temps. La philosophie consiste à faire diminuer les fissures par lesquelles l’eau peut entrer. Sur l’autre face de la monnaie, nous retrouvons une didactique plus attrayante et stimulante. Celle qui consiste à souligner les réussites, la différence entre l’avant et l’après, le résultat de l’effort. Ceci, traditionnellement, se fait en vert et non en rouge. C’est pour cela qu’on utilise ces deux couleurs.

Car nous les utilisons tous, même si nous ne corrigeons pas d’examens. Nous rentrons chez nous, notre conjoint-e a préparé le dîner, a tout rangé mais a oublié de faire le lit. Qu’allons-nous dire, et après, et après…? Qu’allons-nous signaler? Le verre à moitié plein ou à moitié vide n’est pas seulement une question de pessimisme ou d’optimisme. C’est un filtre dans notre regard.

Nous utilisons aussi des stylos avec les autres adultes. La question est de savoir quelle couleur est la plus employée avec les autres. Et avec nous-mêmes. Finissons-nous notre journée en pensant à ces données qui n’ont pas répondu aux prévision économiques de notre département ? Ou à ces exercices que nous avons réalisé pendant des jours et qui ont fait disparaître notre douleur au genou ?

pouces levés

Le stylo rouge ou le stylo vert parlent de la façon dont nous traitons les autres et dont nous nous traitons nous-mêmes. Nous pensons que la générosité est une grande valeur mais il faut admettre que nous ne l’appliquons pas beaucoup dans ce champ. Nous admirons les personnes qui motivent et réconfortent les autres mais… Pourquoi ne nous admirons-pas nous-même quand nous le faisons? Est-il vrai que l’encre verte est extrêmement chère et que l’encre rouge ne coûte rien?

Aller au-delà des erreurs nous permet d’aspirer à un équilibre où toutes les couleurs peuvent se conjuguer. Acquérir une palette polychrome nous rendra plus forts sur le terrain personnel. Et nous transformera en exemple pour les autres sur le terrain social.