Philosophie de Bertrand Russell : paix et logique

En 1950, Bertrand Russell a reçu le prix Nobel de littérature ; ses écrits variés et significatifs sur la liberté de pensée et les idéaux humanitaires, qui font l'objet de cet article, ont été reconnus.
Philosophie de Bertrand Russell : paix et logique

Dernière mise à jour : 12 mai, 2023

Bertrand Russell représente l’une des approches les plus influentes de l’histoire de la philosophie moderne. Il s’agit d’un érudit et logicien britannique dont les travaux ont eu un impact sur l’épistémologie, la métaphysique, la théorie de la connaissance et la philosophie des sciences.

La pensée de cet intellectuel a été marquée par les deux guerres mondiales, à partir desquelles il a stimulé des réflexions sur les conflits armés et leurs effets sur l’humanité. Cet article explore le courant philosophique de Russell, ainsi que les questions liées à l’éthique et à la coexistence dans la société qu’il a également abordées.

Bertrand Russell : figure et transcendance intellectuelle

Bertrand Russell était un philosophe, mathématicien, logicien et pacifiste britannique. Il est né en 1872 à Trellech, une ville du Pays de Galles. Dès l’enfance, il a été impliqué dans des questions politiques, suivant la tradition familiale. Il a été emprisonné à plusieurs reprises, en raison de son idéologie et de sa farouche défense de la liberté d’expression.

Sa vie intellectuelle a été fructueuse. Au sein du cercle de Vienne, Russell a été l’un des pionniers de l’analyse logique, arguant que le langage et la connaissance sont constitués d’atomes linguistiques : des unités de base de sens combinées selon des règles logiques pour former des expressions linguistiques complexes.

De la même manière, il a apporté de précieuses contributions à la logique mathématique moderne :

  • Paradoxe de Russell.
  • Calcul du premier ordre.
  • Introduction à la théorie des types.
  • Défense du logicisme ou logique formelle des mathématiques.

Quelle est la philosophie de Bertrand Russell ?

Illustration de diverses personnes sur papier symbolisant leurs pensées individuelles dans le cadre de la philosophie de Bertrand Russell
Russell a défendu la liberté d’expression, arguant que le pouvoir ne devait pas venir de la coercition.

La conception de la philosophie par Russell était révolutionnaire, puisqu’il considérait qu’il s’agissait d’un moyen terme entre la théologie et la science : la première ne peut prétendre à une connaissance exacte ; la seconde fait appel à la raison humaine pour savoir.

La science est ce que nous savons ; la philosophie, ce que nous ne savons pas.

-Bertrand Russell-

En ce sens, il a tenté de développer une philosophie clarifiante vis-à-vis des spéculations métaphysiques faites jusqu’à présent. Sa méthode s’est centrée sur l’analyse logique du langage. Ainsi, le mouvement philosophique auquel a adhéré Russell est l’atomisme logique.

Cet atomisme considère que le monde est constitué de faits simples qui s’expriment par le langage et peuvent être étudiés à partir de leur forme logique.

De la même manière, les faits atomiques ont la particularité de se référer à un seul objet et à sa propriété à un moment particulier. Un exemple de ceci serait la phrase « la pomme est rouge en ce moment ».

Sur la base de tels faits, des significations ou des structures sémantiques plus complexes se créent. De cette façon, elles pourront couvrir un éventail plus large de réalité. Même ainsi, il faut souligner que pour Russell, les faits atomiques sont la construction de base du monde.

Le rôle du langage dans la philosophie de Bertrand Russell

L’analyse du langage est au cœur de la philosophie de Russell. En quoi consiste-t-elle ? À analyser le sens des mots, puisqu’ils se réfèrent à des objets et des propriétés du monde réel.

Ainsi, l’analyse du langage commence par des phrases comprises comme des propositions. Cela signifie qu’elles sont considérées comme des expressions linguistiques qui ont des valeurs de vérité : vrai et faux. En même temps, chaque phrase ou proposition exprime des faits du monde réel et des abstractions de celui-ci. Par exemple : le ciel est bleu ou le triangle a un angle droit.

Selon cette conception, le langage remplit la fonction d’indiquer les erreurs causées par une mauvaise utilisation de la grammaire et son analyse représente une solution pour les problèmes philosophiques.

L’éthique de Russel

Bertrand Russell n’a pas seulement écrit sur les problèmes relatifs à la philosophie de la connaissance : il s’est aussi intéressé à l’éthique. Il y a établi une relation entre le bonheur et la bonté. Selon le philosophe, l’individu bon et gentil sera nécessairement heureux.

Ainsi, il a développé une éthique de la bienveillance, en raison de son caractère moralisateur et son style compromettant et libéral. Cette dimension de l’éthique est contraire à celle fondée sur l’universalité du devoir et des normes, et elle propose aussi un pseudo subjectivisme.

Mais qu’est-ce que cela veut dire ? Que chaque sujet adopte des valeurs comme guide et que ce choix est personnel. De plus, chacun écrit sa propre définition de ce qu’est une bonne vie ; une activité stimulée par des sentiments et des émotions personnels.

Il semble à première vue que Russell ait travaillé sur le principe d’un individualisme éthique ou d’une morale où chacun est gouverné par ses propres règles. Mais en réalité, il a pris en compte que la gentillesse ou une bonne action avait des répercussions sociales.

La belle vie, telle que je la conçois, est une vie heureuse. Je ne veux pas dire que si vous êtes bon, vous serez heureux, mais que si vous êtes heureux, vous serez bon.

-Bertrand Russell-

Russell et la liberté d’expression

Tout à fait dans l’esprit de l’après-guerre mondiale, Russell a défendu que la liberté était la plus haute aspiration qu’un être humain puisse atteindre. Tenir cette position a causé des problèmes au philosophe, qui a été emprisonné à plusieurs reprises.

Et conformément à ce qui précède, il a soulevé la liberté de pensée ou d’expression, alléguant que le pouvoir ne devrait pas venir par la force, encore moins par la coercition ou la restriction des libertés. Au contraire, il a loué la liberté de dire et de faire ce que l’on pense, indépendamment de toute autorité.

Pièces d'échecs pour représenter l'éthique individuelle promue par Bertrand Russell et sa philosophie.
Ce philosophe britannique a promu l’éthique de la bienveillance et du caractère moralisateur.

Un message pour l’avenir dans la philosophie de Bertrand Russell

Bertrand Russell s’est fait remarquer par sa facette pacifiste, axée sur la défense de la coexistence sociale. En ce qui concerne la connaissance, il a souligné l’importance de se référer aux faits lors de l’étude ou de l’examen de toute philosophie, c’est-à-dire s’interroger sur son véritable parcours et s’interroger sur la véracité des récits ; à partir de cette position, il sera plus difficile pour les désirs de fixer les critères.

Poursuivant son héritage moral, Bertrand Russell a exhorté à parier sur l’harmonie entre les humains, ainsi qu’à apprendre à tolérer malgré les différences que l’on a avec les autres. De cette façon, le philosophe a promu la tolérance et la compassion pour vivre en société.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique



Ce texte est fourni à des fins d'information uniquement et ne remplace pas la consultation d'un professionnel. En cas de doute, consultez votre spécialiste.