Les personnes machiavéliques, ou lorsque la fin justifie les moyens

20 février 2018 dans Psychologie de la personnalité 148 Partagés
personnes machiavéliques

Pour les personnes machiavéliques, la meilleure façon de manipuler leurs pairs est de les flatter et de leur dire tout ce que ces derniers souhaitent entendre. Il existe dans ce profil de personnalité un profond détachement émotionnel combiné à une attitude cynique et un caractère charismatique, faisant d’eux de grands maîtres de la manipulation et de la fraude. En somme, ils correspondent à des profils de partenaires affectifs à haut risque.

Quiconque a lu Le prince de Machiavel reconnaîtra certainement ces caractéristiques qui marquent, une à une, les traits des personnes machiavéliques. Les personnes auxquelles le classique philosophe et homme politique du XVIe siècle a donné son nom à travers son oeuvre. Rappelons, par exemple, que Machiavel lui-même dit au sujet de toute personne se trouvant dans une telle position de pouvoir : elles passent outre des vertus telle que l’honnêteté chaque fois que la tromperie ou la trahison leur permet d’atteindre l’objectif visé.

“Contrairement aux sociopathes, les personnes machiavéliques ont un contrôle absolu et parfait sur tout ce qu’elles font à chaque moment.”
Partager

Mais les personnes machiavéliques n’ont pas besoin de lire Machiavel pour sentir (selon à eux) que la fin justifie les moyens. Il n’est par ailleurs pas nécessaire d’être en politique pour faire usage de ce types de stratégies. Le machiavélisme est un trait de personnalité assez commun et confirme souvent ce qui est connu en psychologie clinique comme la “triade noire, là où la psychopathie, le narcissisme et machiavélisme construisent un type de caractère tant dangereux qu’inquiétant.

Cependant, il convient de souligner qu’il est plus fréquent de voir ces dimensions au quotidien de manière séparée, le machiavélisme étant l’une des plus fréquentes. Approfondissons le sujet dans la suite de cet article.

portrait de femme

Les personnes machiavéliques : naissent-elles ou deviennent-elles ?

Nous pouvons tous, à un moment donné, pratiquer la tromperie et manipuler plus ou moins quelqu’un pour atteindre un objectif. Cependant, ce modèle de comportement est souvent isolé, plutôt bienveillant, voire répond à un mécanisme de protection ou de survie. Par exemple : “Je vais faire croire ceci à cette personne pour qu’elle me laisse seul, pour qu’elle ne me dérange plus et se rende compte que je ne m’intéresse pas à elle”.

Les personnes machiavéliques, quant à elles, pensent qu’utiliser les autres pour obtenir quelque chose est une attitude normale, elles considèrent même souvent que ceux qui n’y ont pas recours ne méritent pas beaucoup de considération : ils seraient peu “malins”.  Comme nous l’expliquent les psychologues Richard Christie et Florence Geis, créateurs de l’échelle “Mach IV. High Machs” destinée à mesurer le Machiavélisme, ce profil d’individu pense qu'”un imbécile naît à chaque minute et qu’il convient d’en profiter”.

Si le monde de la politique ne manque pas de personnes exerçant ce mauvais art qui utilise des aptitudes et des stratégies calculées afin d’acquérir et de conserver le pouvoir, nous pouvons rencontrer au quotidien un grand nombre de personnes qui mettent en oeuvre ce type de stratégies dans lesquelles les autres sont considérés comme un instrument, ce de manière naturelle. Est-ce que cela signifie que nous avons affaire à un trait génétique, que nous naissons machiavélique ?

enfant turbulent

Les experts nous disent que, bien que dans certains petits cas isolées il existe une prédisposition à la psychopathie, machiavélisme, quant à lui, résulte principalement d’une éducation déficiente ou d’une éducation où la personne tend à imiter les modèles de comportement de certains de ses progéniteurs.

Comment sont les personnes machiavéliques ?

Nous avons tous plus ou moins eu à travailler avec le typique leader, le manager ou le chef d’équipe habitué à toujours se sortir d’affaire, à exploiter les autres pour obtenir un avantage personnel. Ce comportement apparaît également dans les relations de couples et même chez les enfants qui extorquent, menacent et maltraitent leurs camarades de classe.

La mentalité machiavélique existe, abonde et laisse des séquelles chez ceux qui la subissent. Il est donc important de reconnaître ses principales caractéristiques :

  • les personnes machiavéliques sont très habiles à détecter les faiblesses des autres.
  • Elles sont de très douées pour planifier, elles élaborent des stratégies sophistiquées pour manipuler les autres, pour dire le bon mot au bon moment et ainsi obtenir la proximité de leur victime.
  • Elles sont ambitieuses, elles contrôlent bien leurs impulsions pour toujours obtenir le bénéfice maximum. Elles préfèrent les profits importants qu’elles peuvent obtenir à long terme, elles sont très patientes si l’objectif est rentable.
  • Elles sont charismatiques, souvent charmantes et semblent humbles.
  • Les personnes machiavéliques sont très utiles dans des environnements de travail compétitifs, pour réaliser des débats, des négociations, etc. Cependant, sur le plan personnel, il est fréquent qu’elles n’aient pas de relations solides et durables.

Comment traiter le machiavélisme ?

La plus grande difficulté à laquelle nous devons faire face avec ce type de traits de personnalité est que généralement la personne “machiavélique” ne voit aucun problème dans sa façon d’être. Elle se perçoit comme hautement fonctionnelle et capable d’accomplissement, et il s’agit précisément de la seule chose qui compte pour elle. Son approche de la vie est basée sur l’utilitarisme et le matérialisme, et le fait qu’elle ne donne aucune valeur au niveau émotionnel fait qu’elle est rarement consciente de l’impact qu’elle produit sur les autres à travers ses approches.

Ainsi, dans les rares cas où des personnes machiavéliques ont eu recours à un psychologue, cela n’était que le résultat de la pression de la famille ou, plus communément, du fait d’une ordonnance du tribunal. Nous devons garder à l’esprit que ce type de profil est courant en criminologie en raison de sa tendance à escroquer.

homme avec un masque

En général, la stratégie la plus recommandée dans ce type de cas est la thérapie cognitivo-comportementale. Elle permet d’obtenir (dans certains cas) que la personne prenne conscience de son comportement, identifiant les pensées et les sentiments désordonnés, pour transformer et façonner un comportement plus inclusif et respectueux.

Néanmoins, et pour conclure, il convient de noter que des professionnels très expérimentés sont nécessaires pour traiter les personnes machiavéliques. Ce n’est que de cette façon que nous serons en mesure de pressentir et désactiver leurs habiles astuces de tromperie, les suggestions et manipulations dont elles usent habituellement.


A découvrir aussi