Nous sommes tou-te-s fait-e-s de lumières et d’ombres

· 21 octobre 2017

Les lumières et les ombres habitent notre intérieur. Elles font partie de ce que nous sommes, de ce que nous ne voulons pas être et de ce que nous pouvons être. Elles sont la lutte entre ce que nous reconnaissons, ce que nous évitons, ce que nous admettons et ce que nous ignorons ou ne voulons pas voir. Et, dans ce fragile mais cher équilibre, nous essayons de vivre au quotidien sans qu’aucune des ces parties ne domine notre vie.

La vérité nous dit que l’équilibre entre ce que nous connaissons et ce que nous n’admettons pas est difficile à atteindre. Pour réussir à vivre avec nous-mêmes, nous devons apprendre à accepter la réalité : nous sommes faits de lumières et d’ombres et il existera donc des parties de nous que nous ne voudrons pas accepter.

L’acceptation de nos ombres peut impliquer la douleur, mais cela implique aussi l’évolution, le changement et l’acceptation de nous-mêmes. Cela implique donc de se connaître et de développer une estime de soi saine face à la vie. Tout n’est pas lumière, les lumières n’illuminent pas toujours notre vie, les lumières nous aveuglent parfois et il est possible que les ombres nous apportent les réponses.

« Il n’est pas possible d’éveiller la conscience sans douleur. Les individus sont capables de faire n’importe quoi, aussi absurde que cela puisse paraître, pour éviter de faire face à leur propre âme. Personne ne s’illumine en imaginant des figures de lumière, mais en rendant consciente leur obscurité. »

-Carl Jung-

femmes faites de lumières et d'ombres

Êtes-vous conscient-e de vos propres ombres ?

Carl Jung a défini nos ombres comme l’ensemble des frustrations, des expériences embarrassantes et douloureuses, des peurs ou des insécurités qui se trouvent dans l’inconscient. L’ombre contient tout ce qui est négatif dans la personnalité que le moi n’est pas toujours en mesure d’assumer et qui, par la même, peut freiner la manifestation de notre authentique manière d’être et de sentir.

Le mal, l’égoïsme, l’envie, la lâcheté, la jalousie, l’avarice et beaucoup de nos émotions et de nos peurs sont nos ombres. Souvent, nous les percevons lorsqu’elles nous amènent à entrer en conflits avec d’autres. D’autres fois, elles s’expriment sous la forme de sentiments de culpabilité ou même par des dépressions inexplicables, reflétant une image dans laquelle nous ne nous reconnaissons pas.

Nous sommes même capables de projeter ces ombres sur les autres car nous ne pouvons assumer que ces sentiments, ces jugements ou ces idées nous appartiennent. Nous sommes programmé-e-s depuis l’enfance à cacher les échecs, le désespoir et le négatif de nos vies. Par conséquent, par le simple fait d’être humain, nous conservons des ombres en nous, à l’instar de la lumière.

balance en pierres

Vous êtes-vous déjà aveuglé en suivant votre propre lumière ?

Les lumières qui nous composent, qui nous entourent et qui nous éclairent depuis l’intérieur sont autant de qualités, de vertus, d’émotions, de comportements ou de désirs que nous aimons montrer. Ce sont les masques avec lesquels nous nous déguisons en toute occasion comme si elles étaient notre seule et véritable identité.

Nous pouvons choisir d’être blagueur-se-s, intelligent-e-s, compréhensif-ve-s, sociables, timides ou courageux-ses, nous pouvons choisir ce que nous voulons montrer sur la grande scène sociale. Aujourd’hui, nous faisons davantage briller les lumières de notre personnalité grâce à l’utilisation des apparences dans les réseaux sociaux. Nous vivons une seconde vie dans laquelle non seulement les ombres se cachent, mais également dans laquelle nous faisons comme si elles n’existaient pas. Ce qui en premier lieu peut sembler un avantage, un moyen de se protéger des misères de notre vie, devient en réalité l’épicentre de l’expression du narcissisme moderne.  

Nous nous laissons aveugler par nos lumières, nous devenons tellement obsédé-e-s pour qu’elles soient notre véritable forme d’expression vers l’extérieur, que nous cessons d’être humain-e-s pour devenir des machines à sourires sur des photos qui gardent les grands vides de notre intérieur.

C’est pourquoi il est si important de connaître nos ombres, car elles nous aident à maintenir l’équilibre intérieur. Nous sommes faillibles, nous ressentons de la jalousie, de l’envie ou de la culpabilité, mais nous nous recomposons également. Nous sommes humain-e-s et l’accepter en vivant la réalité et non une histoire imaginaire, nous aidera à développer une estime de nous-même saine et à vivre une vie meilleure et plus complète. Ne niez pas vos ombres, acceptez-les ; ne vous aveuglez pas avec les lumières, cherchez votre équilibre intérieur.