Je n’ai pas besoin de toi, je te préfère

· 11 septembre 2015

« On nous fait croire qu’on ne connait « le grand amour » qu’une seule fois dans sa vie, et généralement avant d’avoir 30 ans. On nous raconte que l’amour arrive toujours quand on s’y attend le moins.

On nous fait croire que chacun de nous est la moitié d’un tout, et que la vie n’a de sens que si on trouve l’autre moitié de notre tout.

On ne nous dit pas que l’on naît tous entiers, et que personne ne mérite de porter sur ses épaules la responsabilité de combler nos manques.

On nous persuade que le « deux en un », cette expression que l’on emploie pour parler de deux personnes qui ont la même façon de penser et d’agir, est celle qui fonctionne le mieux.

On ne nous dit pas que ce même concept pourrait aussi être appelé « annulation », et qu’on ne peut espérer entretenir une relation saine avec l’autre que si l’on se sent comme un individu ayant sa propre personnalité.

On nous fait croire que le mariage est un passage obligé, et que toutes les aspirations qui s’en éloignent doivent être oubliées.

On nous fait croire que les gens beaux et minces ont plus de chances d’être aimés.

On nous fait croire qu’il n’y a qu’un seul moyen d’être heureux, et que tous ceux qui sortent du moule sont condamnés à la marginalité.

On ne nous dit pas que ces façons de voir la vie sont fausses, qu’elles frustrent les gens, qu’elles sont aliénantes et qu’il y a bien d’autres alternatives pouvant mener au bonheur.

Mais personne ne vous le dira, car vous aurez à le découvrir par vous-même. Il n’y a que si vous vous aimez vous-même que vous pourrez être heureux et aimer l’autre.

On vit dans un monde où on se cache pour faire l’amour…alors que la violence se pratique en plein jour, aux yeux de tous. »

John Lennon

Je n’ai pas besoin de toi, je te préfère. Je sais, c’est dur à concevoir, et il faut laisser bien des choses de côté pour prononcer ces mots.

Il est entre autres nécessaire de ne plus être lâche, de prendre son courage à deux mains et de faire preuve de patience.

La patience me permettra de t’expliquer qu’en te préférant, je peux t’aimer et te valoriser immensément plus qu’en ayant besoin de toi.

Je n’ai pas besoin de cacher mes manques ou mes défauts. Personne n’a l’obligation de combler mes manques.

La seule personne dont on a réellement besoin pour vivre, c’est soi-même. Et moi, usant de plein droit de ma liberté émotionnelle, je te choisis pour être à mes côtés.

Je ne veux plus être esclave de mon passé émotionnel. Je ne permettrai pas aux autres de me dire qui je suis.

Je vais trouver le moyen d’exprimer tout mon être, d’explorer le fond de mon océan. C’est alors que je pourrai être moi-même.

5-420x244

Je m’engage à ne jamais faire passer les autres avant moi, à ne pas me laisser guider par les gens courants ni par le courant des gens.

Je me libère de ces pensées qui m’enchaînent et je ferai en sorte que mes décisions me permettent de me sentir bien dans ma vie.

En enlevant les pansements et les bandages qui couvrent mes blessures, je pourrai alors tisser des liens aussi profonds qu’authentiques avec toi.

Car si on n’aime pas avec liberté, alors autant ne pas aimer, car la dépendance affective est destructrice.

Je ne sais pas si je t’aimerai toute ma vie, ni même si je t’aimerai toujours aussi fort. Mais, ce que je sais en revanche, c’est qu’aujourd’hui, c’est toi que je préfère.

Tu n’occupes pas mes pensées chaque seconde qui passe, mais tu es malgré tout, toujours avec moi.

Je choisis l’amour et je reste maître de moi-même. Car le plus fort des sentiments amoureux, c’est l’amour de soi. En effet, comme l’a dit Perls :

« Je suis Moi et Tu es Toi. Je ne suis pas là pour satisfaire tes attentes et tu n’es pas là pour satisfaire les miennes.

Je suis moi… Un être complet malgré mes manques. Tu es toi… Un être complet malgré tes manques.

Si on se trouve et qu’on s’accepte, si on est capable de ne pas questionner nos différences et de célébrer ensemble nos mystères, on pourra marcher main dans la main et se tenir une compagnie mutuelle, respectueuse, sacrée et pleine d’amour tout au long de notre chemin.

Tu es toi. Je suis moi. Si à un moment ou un autre on se trouve, ce sera merveilleux.

Je manque d’amour envers moi, quand j’essaie de te plaire, je me trahis. Je manque d’amour envers toi, quand j’essaie de te changer au lieu de t’accepter comme tu es.

Tu es toi. Et je suis moi. »