Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée… : le film culte allemand toujours à la mode

05 septembre, 2020
Avec une bande originale et une apparition de David Bowie, ce film est une représentation frappante de la spirale descendante d'une jeune femme vers la toxicomanie.
 

Moi, Christine F., 13 ans, droguée, prostituée… est un film réalisé par Uli Edel. Consacré comme l’un des films européens les plus réussis, il a réalisé des records au box-office dans toute l’Europe. Son scénario se base sur l’histoire vraie de Christiane Vera Felscherinow. Christiane F. ; une fille accro à l’héroïne et une prostituée déjà âgée de 13 ans.

Le camée de David Bowie dans le film a été l’une des nombreuses choses qui ont fini par catapulter Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée… en tant que film culte. La majeure partie du film est tournée dans le quartier berlinois de Charlottenburg, autour du zoo Berlin Bahnhof.

Vous y trouverez une station de métro, une voie ferrée, des passages inférieurs et des ruelles. Le zoo de la Bahnhof était le tristement célèbre centre de capitaux d’amorçage pour le trafic de drogue et de sexe dans les années 70 de Berlin-Ouest.

Pendant le tournage, par souci d’authenticité, des personnes vraiment accros à l’héroïne ont été engagées comme figurants de la gare. Aujourd’hui, la gare de Berlin Zoologischer Garten a été réaménagée pour les touristes. Malgré cela, le cinéma a fait de ce lieu un lieu éternel où les enfants toxicomanes qui ont perdu leur innocence et leur santé reviennent toujours à l’esprit.

Christiane F. de la vraie vie

La vraie Christiane F. est Christiane Vera Felscherinow, née le 20 mai 1962 à Hambourg. En 1968, sa famille a déménagé à Berlin. Elle a grandi dans un environnement très difficile. Avec un père alcoolique qui la maltraite à plusieurs reprises, devant une mère acculée par la peur. L’alcoolisme insupportable de son père finit par briser le mariage et elle grandit seule avec sa mère.

 

Déjà à l’âge de douze ans, elle est entrée en contact avec des drogues dites dures et est devenue accro à l’héroïne. A quatorze ans, elle se rend à la gare du zoo pour se prostituer et financer sa dépendance. En 1984, elle a été témoin dans un procès pour pédophilie. Apparemment, un homme avait donné de l’héroïne à quelques mineurs en échange de relations sexuelles.

Son livre autobiographique

Intrigués par son témoignage, les journalistes du magazine allemand Stern, Kai Hermann et Horst Rieck la suivent. Ils voulaient rendre compte de l’énorme problème de la drogue qui s’attaque à la jeune population de Berlin.

Dans ce contexte, Christiane, 16 ans, accepte de raconter son histoire. Les entrevues enregistrées ont conduit à une autobiographie et le magazine allemand Stern a avancé le premier de ses chapitres, en générant les ventes.

Le livre autobiographique écrit par les mêmes journalistes s’intitulait Les enfants de la gare du zoo. Le livre a été traduit en 18 langues et 5 millions d’exemplaires ont été vendus dans le monde. En Allemagne, le livre est même imposé comme lecture obligatoire dans les écoles, comme contre-exemple.

Après le livre, le film et la renommée mondiale

En 1981, le réalisateur Uli Edel a filmé le film basé sur le livre s’intitulant Christiane F. – Wir Kinder vom Bahnhof Zoo. L’actrice Natja Brunckhorst joue le rôle de Christiane F. Le film est un grand succès et provoque une sensation ainsi qu’une grande émotion.

 

La vraie Christiane F. est devenue riche. De plus, c’est devenu un personnage qui n’a cessé d’apparaître dans les tabloïds allemands, du plus sérieux au plus sensationnel. Avec de courtes périodes de désintoxication, elle est toujours revenue à la drogue. Aujourd’hui, la vraie Christiane F. vit à Berlin, loin des fantômes du zoo de la Bahnhof. Elle prend une dose quotidienne de méthadone, un substitut d’héroïne.

Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée…, le film

Le film commence par dépeindre Christiane comme une jeune adolescente normale, confrontée à des vices mineurs, comme écouter des disques rock et rester tard dans la rue. Elle vit dans un appartement avec sa mère. Christiane est gênée par la présence régulière du petit ami de sa mère à la maison.

Elle essaie de s’échapper avec ses amis du parti. Elle expérimente avec de l’alcool et de la marijuana. Cependant, ce n’est qu’après un concert de David Bowie qu’elle inhale de l’héroïne. Elle précise que c’est “juste par curiosité”, mais Christiane F. prend trop de plaisir à ce sentiment. Elle peut fuir la réalité et cela lui permet également d’être avec Detlef, son très jeune copain déjà accro à l’héroïne.

Les performances des jeunes sont magistrales. Surtout celui de la toute jeune comédienne Natja Brunckhorst, qui n’avait jamais joué auparavant. Elle nous livre une belle performance alors que Christiane F. nous emporte avec elle de sa fraîcheur et de son innocence à sa brutale décomposition physique et morale due à la dépendance. La scène dans laquelle les deux jeunes hommes tentent de croiser “le singe” enfermé dans une pièce de la maison de Christiane F. est vraiment choquante.

 

Christiane F. et son chemin vers l’enfer

Christiane F. trouve son chemin dans le métro, accro à l’héroïne et prostituée. Le film dépeint sans relâche la culture de la drogue à Berlin-Ouest.

On voit des scènes comme celles d’un drogué sautant par-dessus une toilette pour retirer l’aiguille du bras de Cristina et la plonger dans le sien, lui volant sa dose. Les découvertes de victimes mortes d’une overdose et les visages pâles et tristes de toxicomanes alignés dans une station de métro.

Nous ne pouvons pas juger ces enfants et le reste des toxicomanes à la gare. La vie les avait dépassés. Ils essaient d’atténuer le résultat de chaque mauvaise action au lieu de réfléchir à la raison qui les provoque. Contrairement à d’autres, ils n’auront ni famille, ni soins médicaux, ni autre vie pour laquelle se battre.

Ils veulent juste rester dans un état de “détente” dans le monde et cela n’est fourni que par l’héroïne. Cependant, ils continuent de ressentir et de souffrir. Ils seront toujours les enfants de la gare du zoo de Berlin, des âmes piégées dans un endroit d’où personne n’a réussi à sortir. Ils restent dans notre mémoire collective grâce à des histoires et des témoignages comme celui de Christiane F.