Mensonges blancs, compulsifs ou pathologiques : comment sont les vôtres ?

25 août 2019
Connaissez-vous la différence entre les mensonges blancs, compulsifs ou pathologiques ? Pourquoi justifions-nous l'un et condamnons-nous l'autre ? Découvrir le menteur en nous en dit long sur nous-mêmes.

Peu de choses sèment autant la méfiance que les mensonges. Si vous demandez aux autres, ils vous diront que personne ne veut ou n’apprécie la compagnie d’un menteur. En revanche, il est vrai qu’au niveau social, nous avons quelques mensonges justifiés. Nous les connaissons comme les mensonges blancs et nous les utilisons tous dans une certaine mesure.

Une étude menée par l’Université du Massachusetts a révélé que 60 % des adultes ne peuvent avoir une conversation de plus de dix minutes sans mentir. C’est le cas s’ils se connaissaient d’avant. En effet, si c’est la première fois qu’ils se parlent, la moyenne est de trois mensonges pendant les dix premières minutes.

Il semble que l’une des vérités les plus inconfortables est que les êtres humains mentent presque dès la naissance. Cette étude a été réalisée avant la création des réseaux sociaux. Facebook et Twitter ont probablement multiplié ces données parce qu’elles fournissent un cadre dans lequel les possibilités de mentir sont plus grandes et beaucoup plus répandues.

Bien que beaucoup blâmeront les médias numériques comme étant les responsables des mensonges qui leur ont été racontés, la vérité est qu’ils ont simplement amplifié la volonté humaine de mentir. Le psychologue Paul Ekman, expert dans l’étude des expressions faciales, nous avait déjà averti que le mensonge est l’une des caractéristiques centrales de la vie.

Les mensonges blancs

Presque dès que les enfants apprennent à parler, ils commencent à utiliser des mots pour tromper. On commence par les mensonges les plus simples qui se développent entre deux et trois ans, pour atteindre l’âge de trois ou quatre ans en étant capable d’élaborer des mensonges beaucoup plus sophistiqués. En psychologie du développement, bien que cela puisse sembler contradictoire, cela est considéré comme un signe d’intelligence sociale.

Les enfants, et beaucoup d’adultes, manipulent naturellement les mensonges blancs, considérés comme de simples instructions inoffensives visant à protéger leurs propres sentiments et ceux des autres. Disons qu’ils pourraient être considérés comme le lubrifiant qui adoucit les engrenages qui font fonctionner la société.

Un homme racontant des mensonges blancs

Vérités et mensonges

Il semble qu’en tant qu’humains, nous ne nous différencions pas en disant des vérités ou des mensonges. Ce serait le degré et le type de mensonges que nous disons qui nous différencieraient vraiment les uns des autres. D’un « je vais bien »… quand nous nous sentons vraiment mal, inventer une excuse pour être arrivé en retard, au mensonge le plus cruel et le plus intéressé, nous avons tout un éventail de degrés et de types de mensonges.

Il semble que le besoin de s’adapter aux attentes des autres est ce qui pousse un être humain à mentir. De plus, nous vivons, grandissons et éduquons dans une pure contradiction. On dit aux enfants de ne pas mentir, alors que nous insistons pour qu’ils simulent la joie à la réception du cadeau d’anniversaire d’une grand-mère, même s’ils ne l’aiment pas.

Notre société pourrait s’effondrer si nous ne pouvions pas faire confiance à ceux qui nous entourent pour ne pas mentir, mais la société ne tiendrait probablement pas le coup non plus si nous disions toujours la vérité.

Les mensonges compulsifs

Il y a des gens qui, au-delà des mensonges blancs, ornent leur vie d’une infinité d’anecdotes, de données ou d’histoires inventées ou falsifiées d’une certaine manière et qui ne correspondent pas à la réalité.

Ce sont des gens qui sont devenus dépendants de leurs propres histoires fantastiques parce qu’ils souffrent d’une profonde insécurité. En général, les seuls blessés par ce genre de mensonges sont eux-mêmes. Ce sont les menteurs compulsifs.

Un nez allongé et des oiseaux

Les mensonges pathologiques

On commence à considérer ce genre de menteur comme une race à part. Froids et calculateurs, leurs mensonges ont des objectifs et des intérêts concrets, généralement de type égoïste. Ce sont des mensonges manipulateurs et astucieux. Ce genre de mensonges, contrairement aux mensonges blancs, sont utilisés par les gens qui fondent leur vie sur eux. Leurs tromperies affectent négativement les autres. Et elles causent de graves dommages à leurs victimes.

Grâce à certaines études, nous savons aujourd’hui que les menteurs pathologiques ont plus de substance blanche dans la région préfrontale du cerveau. En général, la substance blanche est liée à des connexions plus rapides. Mais aussi un plus grand flux de pensée et une plus grande fluidité verbale. De plus, ils ont des difficultés d’empathie et peu d’activité dans les domaines en charge des émotions.

Personne n’aime mentir, du moins la plupart d’entre nous n’aiment pas mentir. Nous utilisons des mensonges blancs pour nous protéger ou protéger les autres. C’est du moins ce que nous voulons tous croire. En fin de compte, au-delà des dogmes ou des maximes, chacun doit faire face à un débat interne sur la vérité. Et ce en optant pour une position qui sera sensible aux circonstances.

 

  • Feldman, Robert S. (2009). The Liar in Your Life: The Way to Truthful Relationships. Publicado por Twelve. ISBN13: 9780446534932
  • Yang, Y., Raine, A., Narr, K. L., Lencz, T., LaCasse, L., Colletti, P., & Toga, A. W. (2007). Localisation of increased prefrontal white matter in pathological liars. The British journal of psychiatry: the journal of mental science, 190, 174–175. doi:10.1192/bjp.bp.106.025056
  • Leslie, Ian (2017). White, compulsive or pathological: What kind of liar are you? The telegraph. Recuperado de https://www.telegraph.co.uk/men/thinking-man/white-compulsive-pathological-kind-liar/