La manière de résoudre les conflits des personnes assertives

15 mars 2018 dans Développement personnel 179 Partagés

Les personnes assertives ne sont ni soumises, ni serviles et ne font pas non plus usage de l’arrogance narcissique ou irrespectueuse. Un fait qui les caractérise sans doute est leur capacité à résoudre les conflits et les différends. Ce sont des profils habiles pour défendre leurs droits, et originaux pour atténuer les tensions et résoudre les malentendus avec la sérénité de ceux qui contrôlent correctement leurs émotions.

Nous savons tous que l’assertivité est au bout du compte cet ingrédient essentiel qui permet d’améliorer notre communication et la qualité de nos relations. Cette affirmation est claire, en revanche nous manquons bien souvent d’agilité, d’énergie et de solvabilité dans cette stratégie. Que nous le souhaitions ou non, cela n’est pas quelque chose d’inné.

« Ni soumission, ni agression ; uniquement de l’assertivité. »

-Walter Riso-

Nombreux sont ceux d’entre nous qui manquent de cohérence entre ce qu’ils pensent et ce qu’ils font. Peu à peu, nous stockons une quantité telle de frustration et de mal-être qu’à un moment donné, nous finissons par réagir de la pire manière qui soit. L’assertivité est avant tout un exercice de dignité personnelle qui doit agir comme un engrenage dans n’importe quel scénario de nos vies.

L’un d’entre eux et sans doute le plus important, est celui des conflits relationnels. Que cela soit au niveau professionnel ou au niveau personnel ; il y a toujours un moment de la journée, de la semaine ou du moins au cours duquel nous sommes obligés de défendre des territoires, nos opinions et voire même notre propre identité. Savoir gérer ces instants sans tomber dans la servilité ou l’agression verbale est quelque chose de prioritaire.

gérer un conflit

5 clés qu’utilisent les personnes assertives pour résoudre leurs conflits

Peur de blesser les autres, de ne pas savoir exprimer notre colère ou désaccord sans tomber dans l’offense ou le reproche, crainte de ne pas avoir les ressources nécessaires pour nous défaire des fils de la manipulations… Nous pourrions donner plus d’exemples de l’architecture inépuisable qui affecte notre estime de nous-mêmes lorsque nous parvenons à être assertifs et agiles au moment de réagir et de défendre nos droits.

Il convient de préciser qu’il n’est pas facile d’y parvenir du jour au lendemain, en revanche, nous devrions avoir en tête le fait que ces ressources s’apprennent, s’entraînent et s’appliquent efficacement à mesure que nous les comprenons. Voyons en suivant les stratégies utilisées par les personnes assertives pour affronter les conflits quotidiens.

1. Les personnes assertives ont la raison d’être

Nous pourrions appeler cela de la dignité, de l’estime de soi ou de l’amour propre. Nous devons tous savoir ce qui est indispensable, ce que nous devons protéger contre vents et marées, ce qui nous définit, ce qui est notre raison d’être et que personne ne doit attaquer.

Nous avons tous des valeurs que personnes ne doit piétiner. Nous disposons tous d’une histoire, d’un tissu personnel que personne ne peut attaquer ou ridiculiser. Nous avons le droit d’avoir des opinions, des passions, de défendre des idées, d’être libres, d’agir en accord à notre identité sans faire de mal à personne… Chacune de ces dimensions représente nos motivations, nos raisons d’être.

raison d'être

2. Parler à la première personne sans crainte

Souvent, nous craignons de prononcer ce pronom personnel qui retient notre essence, notre raison d’être et notre volonté : « Je pense, je crois, j’affirme, j’ai besoin… »

Lorsque les personnes assertives résolvent les conflits, elles n’ont pas peur de faire usage de ce pronom, ne le cachent pas et ne le laissent pas de côté. Pour cela, et comme exemple, elles n’hésitent pas à commencer leurs phrases de la manière suivante : « Je suis blessé, et bien que je comprenne ta position, tu dois comprendre que ton attitude m’offense car tu ne respectes pas mes droits, car je pense que les choses peuvent s’arranger entre toi et moi en parlant avec davantage de sincérité et de respect… ».

3. Elles ne passent pas par quatre chemins, elles décrivent le comportement blessant ou le problème central

Lorsque l’on doit résoudre des désaccords ou gérer des conflits ou malentendus, la dernière chose à faire est de nous éparpiller en faisant des accusations, en ayant recours à des reproches ou en présentant uniquement notre mal-être.

Il faut être aussi directs, concis et constructifs que le sont les personnes assertives. Pour cela nous devons nous concentrer sur le nœud du problème : « Je me sens déçu car tu n’as pas tenu compte de mon opinion. Je pense que si nous sommes une équipe, il est nécessaire d’exprimer les choses. »

4. Les personnes assertives font des demandes claires et directes

La communication effective, celle qui fait recours à l’assertivité, sait que pour résoudre les conflits il est nécessaire de faire des demandes, celles qui sont propices à la bonne résolution et qui nous guident vers l’accord.

Ainsi, quelque chose que nous devons garder à l’esprit sur l’assertivité est qu’il ne suffit pas d’exprimer la manière dont nous nous sentons. Il est également nécessaire d’orienter notre dialogue ou discussion vers une fin constructive. Par exemple :

  • « Je n’aime pas que l’on me crie dessus, je me sens mal. La prochaine fois, utilise un ton moins agressif, une voix normale avec laquelle communiquer plus de choses. »
  • « Je me sens déçu car tu ne m’as pas parlé de ton idée. Je te demande pour les prochaines fois de ne pas m’oublier pour que nous puissions tous ensemble atteindre les meilleurs projets. »

5. Accepter parfois de ne pas parvenir à un accord

Les personnes assertives savent et comprennent qu’en matière de conflits ou de malentendus, il n’est pas toujours possible d’atteindre une fin ou un accord entre les deux partis. Souvent, les différends restent présents, en séparant deux positions, deux attitudes, deux comportements.

Nous ne devons pas nous désespérer face à une telle situation, et pas non plus être en colère. La bonne gestion émotionnelle des individus assertifs dans ces cas-là leur permet d’accepter ce type de situations. En fin de compte, nous ne sommes pas obligés d’être d’accord sur tout, et de voir les choses du même point de vue. La clé repose dans le fait de savoir respecter les perspectives d’autrui.

Si un conflit ne se termine pas bien et que la personne que nous avons en face n’argumente pas, de comprend pas et ne propose pas et se limite uniquement à offenser et à intensifier les émotions négatives, le mieux est de mettre de la distance. C’est quelque chose que les personnes assertives ont clairement identifié et pour cela, loin de tomber dans une dynamique dénuée de sens, l’idéal est de maintenir le calme et de nous éloigner.

ne pas se mettre d'accord

Souvent, on dit que l’assertivité est le point intermédiaire entre celui qui s’agenouille et celui qui aplatit son interlocuteur. Les personnes assertives se déplacent dans cette sphère qui jour après jour se connaît mieux et qui leur permet d’être plus habiles pour se défendre sans agresser ni être agressé. Elles gagnent en ingéniosité pour résoudre de manière efficace les problèmes quotidiens.

A découvrir aussi