L'intéressant concept d'enfance chez Walter Kohan

Walter Kohan soutient que l'enfance est une forme de conscience qui peut être maintenue vivante au fil du temps. Plongeons dans ce concept et d'autres idées soulevées par le philosophe.
L'intéressant concept d'enfance chez Walter Kohan

Écrit par Edith Sánchez

Dernière mise à jour : 04 avril, 2023

Walter Kohan est un philosophe spécialisé dans les questions éducatives. Il a abordé le concept de l’enfance comme peu d’autres, apportant une série d’idées intéressantes et innovantes. Aujourd’hui, ce penseur travaille comme « éducateur » de 6 à 70 ans dans la ville de Rio de Janeiro (Brésil).

Pour Kohan, l’enfance n’est pas une étape de la vie, mais une forme de conscience. Il pense que, même s’il s’agit du premier moment vécu par chaque personne, il constitue également un état qui peut et doit continuer à être cultivé. Il est convaincu que ce n’est qu’ainsi que la vie devient intéressante. Aussi que chaque être humain devrait être encouragé à philosopher.

Ce spécialiste met également en avant les bienfaits de la pédagogie socratique. En particulier, il considère que l’enseignant ne doit pas imposer sa vision du monde aux enfants (de tout âge), mais les accompagner dans la recherche de leurs propres connaissances et vérités. Nous verrons ensuite plus en détail le concept d’enfance chez Kohan et ses implications dans l’éducation.

« Je pense, peut-être, que le plus important est que la philosophie m’a permis de me souvenir que je suis un enfant, de me souvenir de mon enfance et de voir mon enfance, non pas comme quelque chose de passé et que je dois surmonter pour être un adulte, comme une possibilité d’être plus adulte comme je veux être que je ne l’étais ».

-Walter Kohan-

La sensibilité de l'enfance devrait être appliquée aux adultes
Kohan parle de l’enfance comme d’une condition ouverte à l’étonnant.

Walter Kohan et l’enfance

Walter Kohan pense que l’enfance est avant tout un état. C’est une condition de liberté , ouverte à l’étonnant et curieux face à l’inconnu. Elle est étroitement associée à la plénitude de l’être et peut être maintenue en vie dans le temps. Kohan souligne que le concept d’enfance comporte au moins les trois connotations suivantes :

  • Chronos. Elle renvoie à la temporalité de l’enfance et est associée à la conception classique de celle-ci. La science s’en occupe. Elle s’adresse essentiellement au développement biologique et psychosocial qui se déroule dans les premières années de la vie.
  • Aion. Ceci est lié au passage du temps, à l’évolution. Plus exactement, avec toutes ces expériences qui font irruption dans l’établi et le modifient. Le temps de la création, de la découverte, de l’innovation. C’est une façon dont l’enfance s’exprime tout au long de la vie.
  • Kairos. C’est une période indéterminée, pendant laquelle quelque chose d’important se produit. Ce « quelque chose » n’a ni utilité ni bénéfice immédiat, mais crée un certain désordre ou excès qui conduit à la plénitude. Autrement dit, ces moments où l’émotion nous kidnappe, les papillons volent dans nos estomacs ou nous sentons le pouls de l’univers dans nos veines. Le bonheur dans toute son expression.

Enfance et école

Kohan assure que l’école traditionnelle n’est pas faite pour transformer, mais pour reproduire ce qui est accepté dans une société. Cela part de l’idée que l’enfance n’a pas de voix ou n’a rien à dire. Ceux qui ont l’usage du mot, au fond, ce sont les enseignants et l’institution. Il semble que sa fonction était de « soustraire les enfants à l’ignorance » ou à « l’erreur ».

Dans cette conception, l’écoute est reléguée, sauf pour ce qui peut entraver le processus de transmission. Cependant, à quelqu’un qui y prête attention, le nourrisson signale quelque chose de nouveau, offrant même de nouvelles façons de parler et de nommer les choses. Il y a une lucidité enfantine qu’il faut comprendre et pas tellement contrôler.

Ce qui précède ne s’applique pas seulement à l’enfant en tant que tel. Comme nous l’avons vu, pour Kohan, l’enfance ne s’arrête pas à un certain âge, mais est toujours présente. Particulièrement dans les moments de plénitude émotionnelle, de création et d’invention. Dans ces cas également, il doit être écouté plutôt que contrôlé.

Le philosophe Walter Kohan considère l'école comme une entité reproductive qui cherche à corriger l'authenticité des enfants
Le philosophe propose d’écouter les enfants, plutôt que de les contrôler et de faire semblant qu’ils n’ont pas de voix.

Sensibilité pour l’enfance

Au-delà d’indiquer une méthode ou d’implanter une nouvelle conception, ce que Kohan entend, c’est promouvoir une sensibilité envers l’enfance. Cela, bien sûr, doit commencer par les parents et les enseignants, avec les jeunes enfants. Sa fonction est plus de les laisser être et de les accompagner que de les conditionner.

La sensibilité pour l’enfance devrait également s’appliquer aux adultes. L’expression de l’authentique enfant dans une personne adulte doit être accueillie et célébrée. Ce qui est enfantin n’est pas le caprice, ni les manifestations d’égocentrisme, mais le spontané, l’approche du jeu, l’exploration des possibles et l’expérience profonde des émotions.

L’enfance, dit Walter Kohan, est avant tout une source de joie et de liberté. Chez le petit enfant il faut le protéger et chez l’adulte, le revendiquer. Peut-être que de cette façon nous apprécierions l’aventure de vivre davantage.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique


  • Espíndola Juárez, M. de la L., & Granillo Macías, R. (2021). Perspectivas de la escuela tradicional, nueva y contemporánea. Ingenio Y Conciencia Boletín Científico De La Escuela Superior Ciudad Sahagún8(15), 30-34. https://doi.org/10.29057/escs.v8i15.6458
  • Gonfiantini, V. (2016). Formación docente y diálogo de saberes en el kairos educativo. Sophia: Colección de Filosofía de la Educación, (21), 229-245. https://dialnet.unirioja.es/servlet/articulo?codigo=6734433
  • Kohan, W. (2007). Infancia, política y pensamiento. Buenos Aires: Del Estante Editorial.

Ce texte est fourni à des fins d'information uniquement et ne remplace pas la consultation d'un professionnel. En cas de doute, consultez votre spécialiste.