Les types de libido et les personnages de films qui les représentent

· 3 février 2018

Nous devons assimiler l’idée que  la libido ne se réfère pas seulement au plan sexuel, comme beaucoup de personnes le croient, mais plutôt aux instincts basiques de l’être humain. Nous allons ici le vérifier à travers les types de libido.

L’une des théories inhérente la libido les plus acceptées précise que nous développons pendant l’enfance une attirance pour nous-mêmes (la libido du moi), plus incontrôlée, qui se normalise au fil du temps. Plus tard, nous nous tournons vers les autres, par instinct de reproduction. Et une fois cette étape passée, nous nous concentrerons de nouveau sur nous-mêmes.

Freud distinguait trois types de libido basiques, selon la place prédominante de la libido dans les secteurs de l’appareil psychique (le ça, moi et le surmoi). Rappelons-nous que le ça correspond aux pulsions (la plus animale ou impulsive), le moi est la conscience d’être et les répercussions que peuvent avoir nos actions et le surmoi sont les principes, la morale, la considération de soi. Voyons les types de libido, représentés par des personnages de cinéma, et découvrons auquel nous nous sentons le plus identifié.

sigmund freud

Érotique, les éternels romantiques

Les personnes avec un type de libido érotique concentrent leur intérêt sur l’amourPour elles, aimer et être aimé est la chose la plus importante dans leur vie. De ce fait, l’une de leurs plus grandes craintes est de perdre la personne qu’elles aiment, et elles tendent à être dépendantes. Elles sont davantage dominées par leurs impulsions, c’est-à-dire par le « ça ». Les érotiques sont l’un des types les plus communs dans la société.

L’exemple de cette personnalité est  Madame Bovary, qui se sent abandonnée, puisque son mari passe beaucoup de temps loin de chez lui pour son travail. Comme il ne lui donne pas l’attention qu’elle exige, elle cherche systématiquement un amant avec qui combler le vide, et tombe amoureuse de chacun d’entre eux.

Quant au genre opposé, nous pouvons dire qu’il en irait de même pour Maximiliano Rubín, le mari de Fortunata (tiré du roman  Fortunata y Jacinta, filmé à plusieurs reprises). Cet homme ne parvient jamais gagner l’amour de sa femme, qu’il adore par-dessus tout. Un autre des personnages fictifs tirés de la littérature présentant ce type de libido serait Dracula.

« Je ne comprends pas comment la faim est tuée en mangeant, le sommeil au lit et la soif avec de l’eau. Et le désir – celui qui me monopolise lorsque je vois tes mains – doit être classé comme quelque chose de mauvais dans le tiroir le plus sale du cerveau. »

-Ana María Rodas (poète, narratrice, journaliste) –

homme déshabillant une femme

Obsessifs, l’angoisse devant la conscience

Ce type de personnes présente une dépendance interne plutôt qu’externe. Il s’agit de personnes indépendantes et autonomes, qui se sentent angoissées dans la vie pour des problèmes qu’elles affrontent régulièrement. C’est pourquoi elles ont besoin de réfléchir, de dire ce qu’elles ressentent. Par ailleurs, nombre de ces personnes ont un lien avec le monde de la culture (cinéastes, acteurs, peintres, etc.).

Le « super-ego » domine dans ce type de libido. Un exemple serait Howard Beale (Network , Sidney Lumet, 1976 ), qui est une personne analytique, déprimée, angoissée par les événements qui se produisent dans le monde.

Narcissiques, le souci du « moi »

Nous déjà avons parlé du narcissisme lors d’articles précédents. La libido narcissique correspond à des personnes qui ont confiance en elles et qui sont difficiles à intimider. Elles ne s’inquiètent pas trop de la question de l’amour, et elles se concentrent davantage sur la volonté. L’attirance sexuelle pour elles-mêmes est explicite.

Il peut s’agir de personnes très sociables, n’ayant aucune difficulté à être un leader dans un groupe, ou des révolutionnaires. Leur confiance en elles-mêmes fait que les autres cherchent du soutien auprès d’elles. Elles ont une importante capacité à démarrer et à initier n’importe quelle action, qui peut parfois se développer d’une manière quelque peu agressive. En elles, le « moi » et le « super-moi » ont une place très importantes, le premier étant le plus dominant.

Un exemple de ceci serait Comode, personnage du film Gladiator. Il veut que son père reconnaisse ses qualités, ne pense qu’à lui-même (et pense à lui de façon déformée), et n’hésite même pas à conspirer contre son père dans la mesure où il n’obtient pas ce qu’il désire. Il en va de même pour Tony Stark, d’Iron Man, lequel a une haute estime de lui-même, et n’hésite pas à exprimer sa supériorité aux autres, parce qu’il ce considère comme tel.

soldat

Mélangeant les types de libido

Si nous mettons ensemble les trois types de libido, il est davantage probable que nous puissions associer un certain profil à la personnalité des personnes qui nous entourent, puisque l’être humain n’est pas spécifiquement simple. Par conséquent, nous pouvons trouver des érotiques-obsessifs, qui sont dépendants de figures telles que le conjoint, le père, la mère ou l’enseignant, et dont la morale passe avant les instincts. Travis Bickle, de Taxi Driver, en serait un exemple ; il devient obsédé par la femme qu’il n’a pas pu avoir, veut être meilleur (aimé, recherché, admiré) et change sa façon d’être pour être aimé des autres. 

Chez l’érotique-narcissique prédomine l’estime de soi, et il s’agit de personnes qui ont tendance à être actives et agressives. Quelque chose de semblable arrive au narcissique-obsessif ; indépendant, fixé sur des objectifs, considérant son opinion au-dessus de toute autre chose, mais tenant compte de sa conscience. Un exemple serait Alexandre le Grand, qui ne cesse lors des batailles afin de devenir un héros dont tout le monde se souvient.