Les conséquences de l'invalidation émotionnelle

L'invalidation est l'un de ces dommages silencieux que nous pouvons causer les uns aux autres. Silencieux parce qu'on le fait souvent inconsciemment ou parce qu'ils nous le font sans qu'on s'en aperçoive...
Les conséquences de l'invalidation émotionnelle
Elena Sanz

Rédigé et vérifié par Psychologue Elena Sanz.

Dernière mise à jour : 26 octobre, 2022

Comment vous sentez-vous en partageant avec votre environnement les émotions qui ont plus de poids dans votre état émotionnel ? Des aventures dont vous vous sentirez compris ou incompris ? Dans le second cas, il est probable que vous soyez victime d’une invalidation émotionnelle. Un phénomène dans lequel nous sommes tous tombés à un moment donné et qui a des conséquences très néfastes.

Valider une émotion, qu’elle soit à la première ou à la troisième personne, consiste à lui donner de l’espace, à lui permettre d’être, à reconnaître que sa présence fait sens dans les circonstances actuelles et qu’elle remplit une fonction précieuse.

Dans cette perspective, nous devrions nous rapporter à tout ce que nous ressentons. Et nous devrions recevoir ce même respect et cette acceptation de la part de ceux avec qui nous partageons nos sentiments. Cependant, très souvent, cela ne se produit pas et d’autres nous poussent à réprimer, cacher ou changer nos émotions.

Qu’est-ce que l’invalidation émotionnelle ?

L’invalidation émotionnelle se produit lorsque quelqu’un minimise ou rejette ses propres émotions ou celles d’une autre personne. Pour l’invalidateur, ces émotions sont incompréhensibles, infondées ou dignes de très peu de considération, puisqu’elles relèvent d’un problème aux conséquences minimes, improbables ou facilement résolubles. Une évaluation qui rend l’empathie impossible et rend très difficile pour eux de fournir une sorte d’aide émotionnelle efficace.

Il est très courant que cela se produise lorsque nous exprimons des émotions négatives. Beaucoup de gens ont du mal à gérer l’inconfort des autres, cela les met mal à l’aise, cela les submerge et ils ne savent pas quoi en faire, alors ils choisissent de l’invalider. Cependant, cela peut aussi se produire face à des émotions positives. On le voit clairement chez les adultes qui reprochent aux enfants d’être ouvertement enthousiastes.

Certaines des phrases qui illustrent le mieux cette invalidation émotionnelle sont les suivantes :

  • “Est-ce que ça t’inquiète ?”, “Ce n’est pas grave” ou “C’est pour ça que tu ne pleures pas”.
  • “Tu dois être fort”.
  • “C’est bon, il ne s’est rien passé.”
  • “J’ai vécu des choses pires.”
  • “Ne tourne pas autour du pot, sois plus positif.”
  • “Tu exagères” ou “tu cherches juste à attirer l’attention”.
  • “Ne sois plus triste, sors et amuse-toi.”

Nous avons presque tous dit ces phrases à un moment donné sans intention de blesser l’autre, simplement parce que nous ne savons pas quoi dire d’autre. Par exemple, lorsqu’un enfant tombe et qu’on lui dit “c’est bon, il ne s’est rien passé”, on essaie de l’empêcher de pleurer, alors que la vérité est qu’il s’est passé quelque chose : il est tombé et s’est probablement fait mal ou a eu peur. Bien que notre intention soit bonne, en traitant la situation de cette manière, nous ne prenons pas le meilleur chemin.

femme triste
L’invalidation émotionnelle continue mène au doute de soi.

Les conséquences de l’invalidation émotionnelle

Le plus grand impact se produit lorsque nous souffrons d’invalidation émotionnelle dans l’enfance, de la part des parents et des principaux soignants. Cependant, les relations ultérieures (amitiés, partenaires, romances…) peuvent aussi nous nuire profondément lorsqu’elles nous invalident. Pour la victime, les principales conséquences de l’invalidation seraient :

Ne pas apprendre à réguler ses émotions

Personne ne naît en sachant gérer sa propre humeur ; c’est une compétence que l’on acquiert en vieillissant et surtout grâce à l’exemple et aux conseils des adultes. Ceux qui grandissent avec des parents qui invalident constamment ce qu’ils ressentent n’apprennent pas à accepter, ressentir, exprimer et réguler ces états émotionnels.

Par conséquent, il est plus facile pour lui de se sentir dépassé et d’avoir des réactions inappropriées. Il a également été constaté que l’invalidation émotionnelle perçue dans l’enfance est liée au trouble de la personnalité limite.

Douter constamment de soi

Les émotions sont une boussole naturelle ; elles nous disent comment bouger en fonction de ce que nous ressentons. Par exemple, elles nous permettent d’identifier ce que nous aimons et ce qui nous fait peur, ce qui nous fait mal ou ce qui nous motive. Cependant, lorsqu’elles nous invalident, elles nous amènent à nous déconnecter de ces émotions et de leur message.

Elles nous font croire que ce que nous ressentons est toujours faux ou inadéquat. Nous ne pouvons donc pas le prendre comme guide. Ainsi, nous finissons par ne plus savoir qui nous sommes ni ce que nous voulons, car nous doutons constamment de nous-mêmes.

Faire l’expérience de la honte lors de la connexion avec les autres

Tous les êtres humains ont besoin d’attention et de connexion émotionnelle avec les autres. Mais quand ils nous invalident, ils nous font nous sentir ridiculisés pour avoir ce besoin de partager. Nous sentons qu’avoir des émotions et les exprimer, et vouloir que l’autre nous accompagne dans ses sentiments, est quelque chose dont il faut avoir honte.

Ainsi, il est probable que nous ayons tendance à nous retirer et à cacher nos états internes ; quelque chose qui rendra très difficile la création de relations saines et profondes.

Avoir du mal à développer de l’empathie

Si nous avons reçu ce traitement dès l’enfance, nous pouvons avoir des difficultés à développer de l’empathie, puisque nous ne l’avons pas reçu. Il est courant que ces personnes qui ont été invalidées finissent par faire la même chose aux autres, car c’est la réponse qu’elles ont apprise.

Privation d’apprentissages importants

Toutes les émotions remplissent une fonction et nous donnent un apprentissage. Par exemple, la colère nous pousse à nous défendre, la tristesse à prendre soin de nous et la peur à la prudence. Ces signaux sont fondamentaux pour nous développer au quotidien ; mais, si nous nous sommes déconnectés de nos sentiments, nous ne saurons pas réagir de manière appropriée dans différents contextes et nous serons plus exposés à faire des erreurs avec nous-mêmes et avec les autres.

Pour la même raison, il est probable qu’il nous soit très difficile de prendre des décisions et que nous ayons tendance à trop réfléchir. Puisque nous ne nous permettons pas de prêter attention à ce que disent nos sensations.

Les relations deviennent conflictuelles

Enfin, les conséquences affectent non seulement la personne qui est invalidée, mais aussi la personne qui exerce cette action. Et c’est que personne n’aime se sentir seul, incompris ou ridiculisé par les autres. Ainsi, il est fréquent que les autres finissent par s’éloigner ou générer un fort ressentiment envers ceux qui ne sont pas capables d’empathie, de connexion et d’acceptation de leurs émotions lorsqu’ils les expriment.

couple en colère
L’incompréhension et le ressentiment dans les relations de couple découlent souvent d’expériences d’invalidation émotionnelle.

S’éloigner de l’invalidation émotionnelle pour améliorer son bien-être et ses relations

Lorsque nous avons grandi dans un environnement familial sain, avec une éducation respectueuse, il nous est très facile de détecter quand nous sommes invalidés et de fixer des limites. Cependant, lorsque c’est la normalité avec laquelle nous avons grandi, il peut être difficile pour nous de détecter comment cela nous affecte.

Ainsi, réfléchissez à vos liens et essayez d’identifier si vous recevez (et offrez) de l’empathie, du respect et de la validation. Si ce n’est pas le cas, il est temps de mettre en œuvre certains changements à cet égard. Cela améliorera non seulement votre humeur et votre confiance, mais vos relations deviendront également plus enrichissantes et satisfaisantes.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment percevons-nous le temps en fonction de nos émotions ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Comment percevons-nous le temps en fonction de nos émotions ?

Le temps est le même pour tout le monde. Découvrez ici comment nous percevons le temps en fonction de nos émotions.



  • Krause, E. D., Mendelson, T., & Lynch, T. R. (2003). Childhood emotional invalidation and adult psychological distress: The mediating role of emotional inhibition. Child abuse & neglect27(2), 199-213.
  • Selby, E. A., Braithwaite, S. R., Joiner, T. E., Jr., & Fincham, F. D. (2008). Features of borderline personality disorder, perceived childhood emotional invalidation, and dysfunction within current romantic relationships. Journal of Family Psychology, 22(6), 885–893. https://doi.org/10.1037/a0013673
  • Westphal, M., Leahy, R. L., Pala, A. N., & Wupperman, P. (2016). Self-compassion and emotional invalidation mediate the effects of parental indifference on psychopathology. Psychiatry Research100(242), 186-191. https://www.infona.pl/resource/bwmeta1.element.elsevier-6bc341a5-a117-3d69-b6ce-02f7d1326eb7