Les blessures de l'âme et le mal de tête

Les maux de tête ont bien plus à voir avec les émotions que vous ne le pensez. Vous voulez savoir pourquoi ? Nous allons vous l'expliquer dans cet article.
Les blessures de l'âme et le mal de tête

Dernière mise à jour : 26 janvier, 2022

Le mal de tête. Il se présente comme une ombre qui nous entoure de ses coups de couteau sous forme de migraines ou de céphalées. Il peut parfois être vraiment invalidant et, d’autres fois, il devient ce compagnon persistant qui accompagne notre quotidien. Comme un voile invisible qui affecte notre qualité de vie.

Mais qu’est-ce qui se cache derrière ces maux de tête fréquents ? Il est frappant de constater que cette maladie est la plus subie parmi la population et commence déjà à l’adolescence. Parfois, lorsque nous nous interrogeons sur les éléments déclencheurs de migraines, des facteurs tels que le stress, l’anxiété et même de nombreux types de dépressions sont très fréquemment retrouvés.

C’est-à-dire que si nous mettons de côté les dimensions purement organiques ou physiologiques qui peuvent nous rendre plus ou moins enclins à souffrir de ce type de maux, il existe des piliers psychologiques et existentiels qui peuvent encore aggraver ces états si fréquents.

Relation entre mal de tête et émotions

Nous ressentons de nombreuses émotions au quotidien mais, comme vous le savez déjà, toutes ne sont pas bénéfiques. Le stress, l’anxiété ou les états de tristesse génèrent des changements chimiques très perceptibles dans notre corps.

Arbres perdant des feuilles symbolisant le mal de tête

Le stress, par exemple, provoque des pics élevés de cortisol qui « façonneront », pour ainsi dire, bon nombre de nos fonctions vitales les plus élémentaires, telles que la pression artérielle. La tristesse, elle, active une série de neurotransmetteurs qui peuvent affaiblir notre système immunitaire et, avec cela, ces maux de tête persistants peuvent apparaître.

Il y a néanmoins un autre fait à prendre en compte. Un que vous avez peut-être vécu personnellement à un moment donné. Le stress et l’anxiété contractent bon nombre de nos artères. Mais lorsque nous nous détendons – ou essayons –, les vaisseaux sanguins du cerveau se dilatent, créant ainsi un mal de tête.

C’est pourquoi ces maux sont si fréquents le week-end ou, tout simplement, lorsque nous rentrons à la maison après une journée de travail et de stress. En d’autres termes, il suffit d’essayer de « se déconnecter pour se reposer » et, alors, ce mal de tête apparaît.

Toute émotion négative qui envahit notre esprit aura un impact sur notre corps s’il s’agit d’un état persistant dans le temps.

La tristesse qui dure des mois nous enlèvera notre énergie seconde après seconde, comme un ogre intérieur qui se manifestera à travers la fatigue, à travers un mal de tête. Et, à son tour, cet état deviendra une sorte d’« ouroboros », cette créature mythologique qui se mord la queue.

La douleur émotionnelle se traduit par une douleur physique, et la douleur physique finit par nous handicaper, engendrant un début de dépression. C’est un risque, un risque élevé, d’où l’importance de gérer ses émotions au jour le jour, de se fixer des priorités et de se fixer des limites.

Prenez soin de vos émotions et vous rendrez votre corps heureux

Femme entourée de fleurs

Il est très facile de dire : « prenez soin de tes émotions et soyez heureux ». Une de ces phrases d’aide personnelle courantes qui ne sont pas toujours faciles à réaliser. Comment faire ? Vous avez besoin de ce travail stressant pour subvenir aux besoins de votre famille. Vous avez des problèmes à la maison, avec votre partenaire, avec vos enfants, avec votre famille… Que puis-je faire ?

Les problèmes de la vie ne se résolvent pas toujours avec des extrêmes : quitter un travail stressant ou quitter votre famille. Absolument pas. Nous devons toujours commencer par des objectifs à court terme, des objectifs réalisables.

Fixez-vous des limites, sachez jusqu’où vous pouvez aller et répartissez votre temps de manière appropriée : heures de travail, heures de loisirs personnels, heures de repos. Trouvez toujours un moment pour vous tout au long de la journée. Pour vos pensées, pour votre identité.

Que le temps que vous passez avec les vôtres soit toujours de qualité, favorise votre estime de soi et empêche quiconque de vous manipuler, d’envahir votre espace personnel ou d’attaquer les valeurs qui vous tiennent à cœur. Protégez-vous, aimez-vous, soyez enthousiasmé par quelque chose tous les jours.

Cette qualité de vie quotidienne et simple est celle qui soulage le plus nos tensions. C’est aussi celle, par conséquent, qui nous éloigne le plus de cette tension qui conduit toujours à un mal de tête. Rappelez-vous que le bonheur peut toujours être retrouvé et que nous méritons tous de l’avoir. C’est une aspiration et une réalité.

Dormez bien, profitez de votre vie quotidienne, équilibrez votre stress jusqu’à ce que vous le maîtrisiez à un niveau approprié où il ne pourra plus vous nuire, où cette tension qui endommage votre corps n’existera plus. Empêcher un mal de tête d’être ce leivmotiv persistant dans votre vie nécessite parfois de faire de petits changements. Prendre soin de soi physiquement et émotionnellement est une obligation et un devoir que l’on ne peut négliger.

Image : Vladimir Kouch

Cela pourrait vous intéresser ...
Céphalée de tension : causes et traitements
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Céphalée de tension : causes et traitements

tous expérimenté cela à un moment donné. Bien qu'il existe de nombreuses versions de cette affection, la céphalée de tension est l'une des plus cou...