L’effet Lucifer : quand les gens bons deviennent mauvais

3 juillet 2016 dans Psychologie 0 Partagés

On peut tous devenir des tortionnaires ; c’est ce qu’affirme le célèbre chercheur et psychologue Phillip Zimbardo.

Tout dépend de si se présentent ou non les conditions nécessaires pour que les gens deviennent soit bons, soit mauvais. Ce phénomène, c’est ce qu’on appelle l’effet Lucifer.

Autrement dit, l’affirmation de Zimbardo se base sur le fait que nous avons tous en nous une part de bonté, et une part de méchanceté.

Selon le contexte et la situation dans laquelle on se trouve, c’est l’une ou l’autre de ces deux parts qui se démarquera.

Il faut arrêter de croire que « la méchanceté » est quelque chose d’anormal, voire de pathologique.

Nous sommes un tout, personne n’est complètement bon ou complètement mauvais ; nous sommes une échelle de gris, et si par moments, c’est le blanc qui domine, à d’autres moments, ce sera le noir.


« La capacité infinie de l’esprit humain à faire de nous des personnes soit aimables soit cruelles, soit compatissantes soit égoïstes, soit créatrices soit destructrices, et de faire que certains d’entre nous deviennent des monstres, tandis que d’autres deviennent des héros. »

-Phillip Zimbardo-


piezas-puzzle-portada-efecto-lucifer

L’expérience qui a donné forme à l’effet Lucifer

Il est intéressant de faire référence à ce que le Pape Jean-Paul II a pu dire sur le Ciel et l’Enfer.

Selon lui, le Ciel et l’Enfer sont en nous, c’est pourquoi personne ne peut y échapper, et il n’y a pas forcément besoin d’être catholique pour comprendre cela, car cette affirmation nous pousse tout simplement à regarder la réalité en face.

Le fait est que nous ne nous sommes pas toujours bien comporté avec les autres.

Darth Vader a toujours été considéré comme un personnage très méchant, jusqu’à ce que l’on se rende compte qu’en fait, il s’agissait d’un homme ordinaire qui s’est laissé porter par ses émotions et ses ambitions, devenant alors un monstre dominé par son côté obscur (notez que la métaphore de Star Wars est merveilleuse pour expliquer aux enfants les concepts du bien et du mal).

Venons-en maintenant à la description de l’expérience qui a donné lieu au concept de « l’effet Lucifer »…

C’est en 1971 que Phillip Zimbardo et son équipe ont décidé de recréer une prison fictive dans une zone habilitée de l’Université de Stanford.

ilustracion-masculina

Les volontaires ayant participé à la mise en place de cette prison ont été préalablement soumis à des examens visant à s’assurer de leur stabilité psychologique, physique et émotionnelle.

Il s’agissait à première vue de jeunes universitaires motivés par l’envie de participer à une étude si originale, et conscients de ce que cela signifiait.

Chacun d’entre eux s’est vu être assigné, au hasard, à un rôle ; soit celui de prisonnier, soit celui de gardien de prison.

L’expérience devait durer deux semaines, mais au bout de 6 jours seulement, on a mis fin au projet car les choses prenaient trop d’ampleur.


L’expérience est devenue trop réelle, les prisonniers sont rapidement devenus des personnes soumises et dépressives, et les gardiens se sont transformés tout aussi rapidement en personnes sadiques, abusives et cruelles.


mujer-con-la-cara-borrosa

Les faux gardiens de prison se sont tellement pris au jeu qu’ils ont adopté des comportements dominants et autoritaires envers les faux prisonniers.

On ne les avait pas endoctrinés, mais simplement demandé de jouer le rôle de gardien de prison. Or, l’effet Lucifer s’est emparé d’eux…

Comme cela est expliqué dans le livre du même nom, l’effet Lucifer est la conséquence de situations qui favorisent le pouvoir social, et qui poussent à mal se comporter.


La plupart d’entre nous succomberaient au côté obscur s’ils se trouvaient dans des conditions qui favorisaient ce comportement, si on les dépossédait de leur identité, et si on les obligeait, en leur mettant la pression, à être violents et oppressifs.


L’expérience de Stanford amenée sur grand écran

L’industrie cinématographique a voulu mener cette étude frappante au cinéma en produisant le film L’expérience. Voici le lien YouTube vers ce film :

Il ne fait aucun doute que l’être humain renferme en lui la plus immense bonté, mais aussi la plus terrifiante et la plus sinistre méchanceté.

C’est une chose qu’on en a marre de constater jour après jour dans les journaux télévisés.

Cependant, seule une bonne personne peut éviter que la méchanceté fasse son nid en elle, et ainsi qu’elle ne reconduise son chemin vers le mal.

Si l’on prend conscience de cela, il est alors possible de changer, voire même de contrôler l’effet Lucifer…

A découvrir aussi