Le test d'affirmation de soi de Rathus

04 janvier, 2020
L'affirmation de soi est essentielle dans nos relations. Elle permet d'exprimer ses idées et ses besoins, de défendre ses droits dans le respect de chacun et sans faire appel à l'agressivité. Le test de Rathus, développé en 1973, reste aujourd'hui encore utile pour évaluer ses compétences dans ce domaine.

Le test d’affirmation de soi de Rathus est né d’un besoin identifié dans les années 1960. L’affirmation de soi, en tant que compétence sociale et de communication, est en effet essentielle à notre bien-être mental. Savoir exprimer correctement ses pensées et ses besoins ou encore défendre ses droits permet d’optimiser ses relations avec les autres. En retour, cela alimente ainsi littéralement notre estime de nous-mêmes.

Tout d’abord, l’affirmation de soi n’est pas une qualité innée. En effet, elle se développe chez l’individu. Ainsi, il est intéressant de savoir que les formations à l’affirmation de soi figurent parmi les premières techniques développées par les thérapeutes du comportement à la fin des années 1950 et au début des années 1960.

La nécessité de proposer des lignes directrices et des stratégies dans ce domaine est apparue comme une évidence aux experts. Ils savaient en effet que lorsque les êtres humains communiquent efficacement et qu’ils se comportent avec assurance, les comportements agressifs s’en voient réduits.

En outre, de tels comportements favorisent le respect, l’identité, les valeurs et la confiance en soi de chacun. Cependant, une faible affirmation de soi condamne bien souvent à de nombreuses souffrances.

Cet instrument, développé par le Dr Spencer A. Rathus en 1973, reste aujourd’hui aussi utile qu’intéressant. Grâce à lui, il est possible de mesurer notre aptitude dans le domaine de l’affirmation de soi. Examinons donc ce test de plus près à présent.

Une femme passant le test d'affirmation de soi de Rathus

Le test d’affirmation de soi de Rathus

Le test d’affirmation de soi de Rathus a été développé il y a plus de 40 ans. Cependant, il est toujours autant d’actualité et fiable pour nous fournir des informations sur une personne dans ce domaine.

Il faut cependant noter que, durant cette période, il a été mis à jour (Thompson et Berenbaum, 2011) et qu’aujourd’hui, il demeure également intéressant pour un aspect que le Dr Spencer Rathus lui-même soulignait à l’époque.

Il y a des gens qui se perçoivent comme étant très sûrs d’eux, alors qu’en réalité, leur comportement et leur style de communication sont empreints d’agressivité. Cet instrument nous permet donc également de savoir si le sujet a précisément un profil agressif. D’autre part, le test d’affirmation de Rathus a été conçu afin de servir d’échelle de formation.

Que mesure le test de Rathus ?

Le test nous fournit des informations sur les points suivants :

  • Niveau d’affirmation de soi d’une personne
  • Mesure dans laquelle la personne a tendance à défendre ses droits, ses idées et ses besoins
  • Caractère passif ou agressif d’une personne
  • Domaines que la personne doit travailler. Certaines personnes, par exemple, ont une faible assurance en raison de leur anxiété sociale. Cela sert de base à la personne pour améliorer certains de ses points faibles
Il est essentiel de savoir s'affirmer

 

En quoi consiste le test d’affirmation de soi de Rathus ?

L’échelle de Rathus se compose de 30 points (questions) ayant chacune 6 options de réponse. La gamme de réponse possible va par exemple de “très caractéristique chez moi” à “pas caractéristique du tout”. Ce test nous donne un score final ainsi qu’un pourcentage.

Les questions sont les suivantes :

  • 1. La plupart des gens autour de moi semblent être plus agressifs que moi et s’affirmer plus que moi.
  • 2. J’ai déjà hésité à prendre ou à accepter des rendez-vous à cause de ma timidité.
  • 3. Lorsque la nourriture servie dans un restaurant ne m’a pas plu, je me plains au serveur ou à la serveuse.
  • 4. Je fais attention à ne pas blesser les autres. Et ce, même si je sens qu’ils m’ont blessé.
  • 5. Si un vendeur s’est donné beaucoup de mal pour me montrer des vêtements ou des articles que je n’aime pas, il m’est difficile de dire non.
  • 6. Quand on me demande de faire quelque chose, j’insiste pour savoir pourquoi.
  • 7. Je cherche presque toujours à avoir des arguments solides et convaincants lorsque j’ai une conversation avec quelqu’un.
  • 8. J’essaie de me débrouiller seul, sans trop attirer l’attention sur moi.
  • 9. Pour être honnête, je pense que les gens profitent souvent de moi.
  • 10. J’aime entamer la conversation avec des inconnus.
  • 11. Souvent, je ne sais pas quoi dire aux gens qui me plaisent.
  • 12. J’hésite à passer des appels téléphoniques aux entreprises et aux administrations.
  • 13. Je préfère postuler à un emploi ou à un cours en écrivant un e-mail plutôt qu’en passant un entretien en personne.
  • 14. Je trouve gênant de ramener quelque chose que j’ai acheté au préalable.
  • 15. Si un parent proche me dérange, je me tais et je dissimule mes sentiments.
  • 16. J’ai déjà évité de poser des questions de peur d’avoir l’air stupide.
  • 17. Je n’aime pas les disputes car elles me bloquent.
  • 18. Si un professeur de renom fait une déclaration que je pense incorrecte, je la corrige en public pour faire valoir mon point de vue.
  • 19. J’évite de discuter de mon salaire lors des entretiens d’embauche.
  • 20. Quand j’ai fait quelque chose d’important ou de valable, je réussis à le faire savoir aux autres.
  • 21. Je suis ouvert et honnête sur mes sentiments.
  • 22. Si quelqu’un a fait circuler de fausses et de mauvaises histoires à mon sujet, je cherche à le rencontrer dès que possible pour lui en parler.
  • 23. Je trouve souvent difficile de dire non.
  • 24. J’ai tendance à toujours étouffer mes émotions.
  • 25. Je n’hésite jamais à me plaindre d’un mauvais service dans les bars ou dans les restaurants.
  • 26. Quand je reçois un compliment, je ne sais pas quoi dire.
  • 27. Si un couple près de moi au théâtre ou à une conférence parle à haute voix, je leur demande de se taire ou de tenir leur conversation ailleurs.
  • 28. Toute personne qui essaie d’être meilleure que moi dans quelque domaine que ce soit doit se préparer à faire face à moi.
  • 29. Je suis toujours prêt à exprimer une opinion.
  • 30. Il y a des moments où je me sens tout simplement incapable de dire quoi que ce soit.

Évaluation du test Rathus

Pour évaluer ce test, certaines réponses sont associées à un score positif alors que d’autres sont associées à un score négatif. Une fois toutes les réponses additionnées, l’évaluateur obtient un pourcentage. Ce nombre correspond à celui d’une personne qui s’affirme ou pas. Mais aussi à une personne modérément affirmée ou même agressive.

Tout d’abord, le psychologue explique à son patient quels sont les domaines sur lesquels il devrait travailler. Pour cela, il lui donnera ensuite des outils et des lignes directrices en fonction de ses besoins spécifiques.

Enfin, il convient de noter que l’affirmation de soi est une question de pratique. Il s’agit aussi de gérer notre insécurité et notre anxiété sociale afin de fixer des limites et d’établir des relations avec les autres d’une manière plus sûre et plus décisive.

 

  • Gustafson, R. (1992). Una prueba psicométrica sueca del Rathus Assertiveness Schedule.  Psychological Reports , 71 (6), pág. 479. doi: 10.2466 / pr0.71.6.479-482.
  • Rathus, SA (1973). Un cronograma de 30 ítems para evaluar el comportamiento asertivo. Behavior Therapy , 4 (3), págs. 398–406. doi: 10.1016 / s0005-7894 (73) 80120-0.
  • Rathus, S. A. (1973). A 30-item schedule for assessing assertive behavior. Behavior Therapy4(3), 398–406. https://doi.org/10.1016/S0005-7894(73)80120-0