Le surdiagnostic en santé mentale : comment et pourquoi ?

15 mars, 2020
Selon certaines statistiques, les troubles mentaux ont connu une croissance alarmante. Cependant, beaucoup pensent que ce ne sont pas les troubles qui ont augmenté, mais plutôt la sensibilité du diagnostic qui a changé. La conséquence est que de nombreuses personnes prennent maintenant des médicaments pour corriger une déviance qui n'est pas cliniquement significative.

Le phénomène de surdiagnostic en santé mentale est lié à la tendance à rendre pathologiques certains comportements qui ont simplement trait à une maladie qui ne peut être cataloguée comme un trouble. Cela se produit dans le domaine de la psychiatrie et conduit non seulement à des diagnostics erronés, mais aussi à la prise de médicaments lorsque cela n’est pas nécessaire.

Le diagnostic a longtemps été l’un des aspects les plus problématiques de la psychiatrie. En effet, il s’agit d’une démarche trop subjective, puisque c’est le psychiatre, sur la base de ses observations et d’instruments imprécis, qui détermine si une personne présente ce trouble ou un autre. Dans ces conditions, il y a souvent des erreurs qui conduisent à des surdiagnostics.

D’autre part, l’instrument le plus accepté comme référence est le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM). Il est également conçu par un groupe de psychiatres, presque tous américains. La définition et l’inclusion d’un trouble se décident par vote. Sa première version ne comprenait que 60 troubles ; la dernière, plus de 500.

Une femme perturbée

Y a-t-il un surdiagnostic en matière de santé mentale ?

Tout indique qu’il y a un surdiagnostic en matière de santé mentale. Selon la dernière version du DSM, les experts ont indiqué que 70 % de la population souffrirait d’une forme ou d’une autre de maladie mentale et que, par conséquent, 70 % devraient recevoir une forme ou une autre de médicament.

Le DSM V inclut des troubles supposés qui ont été sévèrement remis en question, même par les professionnels eux-mêmes. Par exemple, il comprend une entité appelée “syndrome de risque de psychose“, qui serait quelque chose comme avoir des traits qui laissent présager une forte possibilité de développer une psychose dans le futur, ce qui justifierait l’utilisation d’antipsychotiques.

Pratiquement tout le monde pourrait souffrir de ce syndrome. La plupart d’entre nous ont vécu une situation où nous sommes “sur le point de devenir fous”, mais nous n’y retournons pas. Il est absurde de traiter un trouble qui pourrait (ou non) se produire à l’avenir. C’est comme donner des médicaments contre l’hypertension à l’enfant d’une personne hypertendue, parce qu’il risque de développer cette maladie.

Un autre exemple, parmi tant d’autres, serait le “trouble du caractère dysfonctionnel avec dysphorie”. En français simple, cela signifie être maussade, égoïste et peu empathique. Cela justifierait également la prise de médicaments, alors qu’en réalité il ne s’agit que d’afficher un mauvais caractère. Dans le DSM V, si une personne se sent extrêmement triste pendant plus d’une semaine après la mort d’un être cher, on peut lui diagnostiquer une dépression.

Le malaise et le trouble

Les frontières entre la santé et la maladie sur le plan mental ne peuvent être définies avec autant de précision. Nous devons partir de l’idée que “normal” est un concept très subjectif et toujours associé à un contexte spécifique. Il convient également de souligner que ce qui est typique des êtres humains est un certain degré de malaise, car vivre est une façon de faire face à l’incertitude.

Nous n’obtiendrons jamais tout ce que nous voulons et nous n’aurons jamais non plus un équilibre parfait. Nous sommes également tous confrontés à un certain malaise parce que la mort existe et qu’il s’agit d’une imposition brutale. Personne n’échappe à une certaine dose de frustration à cause de circonstances qui ne peuvent être changées et nous portons tous en nous un certain degré d’égoïsme ou de mal.

Il est raisonnable que nous traversions des étapes où règne la tristesse ainsi que des étapes où règne l’anxiété. Tout dépend. Pour certains psychanalystes, il est parfaitement normal que nous ayons jusqu’à trois épisodes de psychose au cours de notre vie, s’il existe des déclencheurs spécifiques. Il se peut donc que différentes affections parfaitement normales soient traitées comme des troubles, ce qui entraîne un surdiagnostic.

Un homme triste à cause du surdiagnostic

Lutter contre le malaise et le trouble

Il y a encore peu de temps, les situations telles que le deuil d’un être cher étaient prises en charge par l’environnement immédiat de celui qui en souffrait. La famille et les amis ont assumé une partie de ce malaise ; ils ont compris qu’il était normal d’avoir un moment de souffrance et cela a été accepté et toléré. Aujourd’hui, ces mécanismes de soutien ont été affaiblis.

De nos jours, il est beaucoup plus difficile d’exprimer une douleur émotionnelle et souvent la personne qui en souffre est seule dans sa situation. De même, sous le prétexte d’un mandat de “bien-être” sans limites, de nombreuses personnes ne se permettent même plus de souffrir. La solution consiste donc à prendre une pilule et celui qui la fournit est le psychiatre.

Le médicament remplit cette fonction qui consiste à aider à gérer le malaise individuel et collectif. Le surdiagnostic est une voie à double sens. L’une d’elles est celle des psychiatres orthodoxes, qui ne s’occupent que d’un champ de diagnostic et d’intervention très limité. D’autre part, ceux qui souffrent et refusent de comprendre leur douleur. Et cela les incitent à demander une substance pour les aider à l’inhiber.

 

Bianco, A., & Figueroa, P. (2008). Sobrediagnóstico, derechos vulnerados y efectos subjetivos. Ethos educativo, 43, 64-79.