Le perspecticide : une technique très utilisée par les manipulateurs

Le perspecticide est une technique de manipulation à travers laquelle une personne soumet totalement une autre à sa domination. Il est très habituel dans les sectes. Découvrez-en plus à ce sujet.
Le perspecticide : une technique très utilisée par les manipulateurs

Dernière mise à jour : 17 mai, 2021

La manipulation est le résultat de différentes stratégies qui visent à conditionner le comportement de l’autre sans qu’il en soit conscient. Elle est liée à l’idée de voir l’autre comme un objet que nous pouvons manipuler. Nous allons ici parler d’une des techniques de manipulation les plus extrêmes : le perspecticide.

En quoi consiste exactement cette technique de manipulation mentale ? Découvrez comment elle fonctionne et comment détecter quand une personne nous manipule.

Qu’est-ce que le perspecticide ?

Le mot perspecticide est un néologisme, même si on l’utilise depuis longtemps pour faire référence au lavage de cerveau auquel on soumettait les prisonniers de guerre.On a aussi utilisé ce terme pour expliquer les mécanismes psychologiques qui font que les personnes finissent « piégées » dans des sectes.

Les conséquences du perspecticide sont les pertes de perspective : nous en arrivons à penser que nous n’avons pas le droit, parce que nous ne sommes pas valides, d’avoir nos propres opinions. Ainsi, à travers ce phénomène, nous pouvons finir par perdre notre point de vue et par oublier ce que nous pensons véritablement.

Nous finissons ainsi par adopter les idées, buts ou objectifs de la personne qui essaye de nous dominer. Par conséquent, nous renonçons à nos désirs et besoins et finissons même par perdre notre identité et le sens du « moi ». Comme nous le verrons, le perspecticide est une technique très utilisée par les manipulateurs.

Homme qui critique une femme.

Comment fonctionne-t-il ?

Le phénomène du perspecticide implique une relation abusive de contrôle, de domination et de manipulationd’une personne vis-à-vis d’une autre (ou d’un groupe). Au fil du temps, la personne qui souffre de perspecticide, c’est-à-dire la « victime », finit par changer sa façon de penser et d’agir car elle est influencée et même dominée par la personne qui agit sur elle.

Ainsi, le manipulateur ou la manipulatrice (celui ou celle qui commet le perspecticide) finit par définir le monde de la personne qu’il/elle soumet. Il/elle détermine sa façon de penser et d’agir et détermine la relation qui se configure entre les deux.

Comme nous le voyons, il ne s’agit pas d’une influence mutuelle ou bidirectionnelle dans la relation, dans laquelle les deux parties exercent leur domination ou leur « rôle ». Il s’agit d’une relation unidirectionnelle de soumission, de contrôle et de domination, c’est-à-dire d’une des parties (manipulateur) à une autre (victime).

Il restreint le monde de la victime

Le manipulateur, de façon progressive, finit par « laver le cerveau » de sa victime, jusqu’à ce que celle-ci perde complètement son identité et finisse par agir comme l’autre le souhaite. La personne soumise perd même sa capacité à décider car le manipulateur restreint progressivement son monde.

Ainsi, la victime est peu à peu recluse dans un environnement de plus en plus réduit et s’isole vers le monde de l’autre. Quelles en sont les conséquences ? La personne ne peut pas recevoir de soutien, d’aide ou de feedback de ce qu’il se passe de la part des personnes de son entourage (car elle est de plus en plus isolée).

En définitive : ses proches ne peuvent pas l’avertir du danger qu’elle court. Le manipulateur impose sa propre vision du monde et ses idées, et c’est ce qui finit par être significatif dans le monde de la victime.

Les stratégies du perspecticide

Le perspecticide peut aussi bien avoir lieu dans les relations de couple que les relations d’amitié, de famille, et aussi dans les sectes. Certaines des stratégies ou actions utilisées par la personne qui exécute le perspecticide sont les suivantes :

  • Elle contrôle la victime de façon obsessionnelle.
  • C’est elle qui fixe les termes et les « normes » de la relation.
  • Elle « décide » de la façon dont la victime doit passer son temps (et avec qui).
  • Elle change le concept de soi de la victime et même sa façon d’être.
Une femme qui se plaint.

Suis-je victime de perspecticide ?

Vous vous demandez si vous êtes réellement victime d’un processus de perspecticide ? Nous allons vous donner quelques signaux d’alarme qui pourraient vous indiquer que vous êtes soumis à ce phénomène par un manipulateur :

  • Vous vous sentez de moins en moins sûr-e de vous au moment de prendre des décisions.
  • Vous sentez que vous perdez vos points de référence.
  • Par ailleurs, vous ne vous reconnaissez plus.
  • Vous vous sentez incapable de réussir à faire des choses par vous-même.
  • Vous vous appliquez des étiquettes négatives.
  • Enfin, vous commencez à douter de vos propres opinions et capacités.

Pour pouvoir dire que nous sommes victime de perspecticide, vous devez ressentir tous ces « symptômes » ou signaux d’alarme suite à la manipulation, à la domination ou au contrôle de l’autre personne. Ils viennent de ces interactions avec l’autre, et pas seulement de l’impression que l’on a.

Si vous ressentez certains de ces symptômes et avez quelqu’un près de vous qui, selon vous, vous manipule, demandez de l’aide et éloignez-vous dès que possible de cette relation. Il n’est pas facile de sortir des griffes d’un manipulateur mais identifier ces signaux et prendre conscience de ce qu’il se passe est la première étape vers la libération.

Cela pourrait vous intéresser ...
7 règles pour communiquer avec un manipulateur
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
7 règles pour communiquer avec un manipulateur

Aujourd'hui, nous allons vous donner 7 règles pour communiquer avec un manipulateur, cette personne dotée de la capacité à vous mentir ou vous manipuler pour construire la relation.



  • Baamonde, J.M. (2003). La manipulación psicológica de las sectas. Madrid: San Pablo.
  • Hirigoyen, M. (2012). El abuso de debilidad y otras manipulaciones. Barcelona: Paidós.