Le Blue Monday : le jour le plus triste de l’année ?

17 mars 2020
Le troisième lundi de janvier est censé être le jour le plus triste de l'année, le Blue Monday. Est-il vrai que nous nous sentons tous plus tristes en ce jour ?

Le Blue Monday ou « lundi triste » est le nom donné, depuis des années, au troisième lundi de l’année. Selon le psychologue Cliff Arnall, c’est le jour le plus triste de l’année. Il a attribué cela au fait qu’après les excès de Noël, de nombreuses familles ne se sont pas remises, ni économiquement ni émotionnellement.

En outre, il semble que, peu à peu, nous nous rendions compte que les résolutions que nous avons prises pour la nouvelle année n’étaient pas réalistes ou du moins pas si faciles à respecter. Nous avons maintenant réalisé que les objectifs que nous nous étions fixés pour commencer l’année sont impossibles ou lointains. Nous sommes donc déçus.

Est-il vrai qu’il y a un jour le plus triste de l’année ? Sommes-nous plus éteints le troisième lundi de janvier ? Allons plus loin.

Une femme triste à cause du Blue Monday

 

Les origines du Blue Monday

Comme nous l’avons mentionné, c’est le psychologue Cliff Arnall, chercheur à l’université de Cardiff (Royaume-Uni), qui a inventé le terme de « Blue Monday » ou « Sad Monday« .

En 2005, Arnall a travaillé sur une formule pour déterminer quel était le pire jour de l’année. Et ce pour une campagne publicitaire de l’agence de voyage Sky Travel.

La formule proposée était la suivante :

1/8C+(D-d) 3/8xTI MxNA

  • « C » est le facteur climatique
  • « D » correspond aux dettes contractées pendant les vacances
  • « d » l’argent qui sera collecté à la fin du mois de janvier
  • « T » est le temps écoulé depuis Noël
  • « I » désigne la période écoulée depuis la dernière tentative infructueuse d’abandonner une mauvaise habitude, comme arrêter de fumer ou commencer un nouveau défi
  • « M » est le reste des motivations
  • « NA » est la nécessité d’agir pour changer la vie

Compte tenu de tous ces facteurs, Cliff Arnall a conclu que le jour le plus triste de l’année est le troisième lundi de janvier.

Alors, est-ce que le Blue Monday existe vraiment ?

Le résultat de la formule mathématique qui a abouti au Blue Monday a été fortement remis en question. Il n’en reste pas moins vrai que ce phénomène se répète chaque année.

Les réseaux sociaux regorgent de messages d’encouragement pour traverser cette « journée déprimante ». Même les médias s’en font l’écho et certaines marques profitent de l’attrait de cette journée pour offrir des rabais afin de remonter le moral des consommateurs.

Bien que tous ces sentiments soient partagés, il est peu probable que l’ensemble de la population soit déprimé à la même période chaque année.

La théorie du Blue Monday propose un concept de bonheur réduit à très peu de facteurs. Dans le même temps, elle généralise trop, car elle suppose que tous les gens sont également touchés par ces facteurs.

Par exemple, il se peut que nous ayons moins d’argent en janvier et que nous ne puissions pas voyager. Mais nous avons peut-être hâte d’avoir une petite routine après les vacances. En fait, le créateur de cette journée a dû le penser, puisque Arnall lui-même a admis quelque temps plus tard que sa formule n’avait pas de sens.

Une tasse à café et un carnet

Les dangers

Le Blue Monday est devenu un classique. Il est presque impossible de ne pas entendre le concept ce jour-là, de ne pas voir un reportage à la télévision ou un commentaire sur les réseaux sociaux.

Par conséquent, les gens peuvent se sentir mal presque par imposition. Nous pouvons avoir un lundi typique, comme n’importe quel autre lundi de l’année, avec ses difficultés et ses joies, mais le fait d’entendre constamment que c’est un jour triste peut nous conditionner ou nous prédisposer à regarder les choses négatives qui nous arrivent pendant cette journée.

Il est également important que nous n’essayions pas de rechercher le bonheur tout le temps. Ces dernières années, les coachs, la télévision, les réseaux sociaux, etc. nous ont imposé un modèle de bonheur forcé. Cependant, c’est impossible et cela nous fait mal.

Nous devons nous permettre d’être tristes quand il le faut. De fait, c’est parfois le seul moyen de guérir certaines blessures.

Pour toutes ces raisons, il est important que nous essayions de mener à bien ce lundi le mieux possible. Nous devons mettre en perspective les événements inattendus qui peuvent survenir. En outre, les lignes directrices suivantes pour se sentir mieux peuvent nous aider. Non seulement pour cette journée, mais pour toute l’année.

  • Horaire de sommeil : essayez de dormir 8 heures par jour. Si vous vous êtes reposé, vous vous sentirez plus animé le lendemain et vous affronterez les défis avec une attitude positive
  • Exercice : faire de l’exercice au moins deux fois par semaine. Le sport diminue l’anxiété et augmente l’estime de soi
  • Régime alimentaire : prenez soin de ce que vous mangez. Une alimentation équilibrée est directement bénéfique pour votre bien-être. De plus, les dîners lourds, l’alcool et la caféine peuvent contribuer à l’insomnie
  • Amitiés : cultivez votre réseau social, parlez à vos proches, prenez soin d’eux, soyez gentil avec vos collègues de travail, vos voisins, etc
  • Assertivité : c’est la capacité d’exprimer ce que l’on veut, ce que l’on pense et ce que l’on ressent tout en respectant les autres et soi-même. Si vous vous affirmez, vous direz ce que vous avez envie de faire et vous rejetterez les propositions que vous n’aimez pas par respect, ce qui contribuera à votre état d’esprit
  • Activités agréables : la base de l’état d’esprit se constitue d’activités agréables. Il a été démontré que si vous faites des choses qui vous plaisent, votre humeur à la fin de la journée sera plus satisfaisante, par rapport aux journées plus routinières. Il est donc fortement recommandé de réserver un peu de temps chaque jour pour faire quelque chose qui vous plaît. Par exemple, écoutez de la musique sur le chemin du travail, lisez un peu avant de vous coucher, faites une promenade, prenez un café avec un ami, etc