La théorie du fer à cheval : en quoi consiste-t-elle ?

La théorie du fer à cheval : en quoi consiste-t-elle ?

Dernière mise à jour : 30 décembre, 2021

Depuis que nous sommes nés, nous sommes des sujets politiques englobés dans le langage de la société qui nous adopte. La politique est toujours présente dans notre vie, pour le meilleur ou pour le pire, que cela nous plaise ou non.

Des concepts comme la droite, la gauche, le centre, etc., sont mentionnés par une grande variété de théories pour expliquer le spectre politique mondial. Cependant, l’une d’elles, la théorie du fer à cheval, offre un argument intéressant pour comprendre la dynamique du concept de « politique ».

Ensuite, nous vous présentons en quoi consiste la théorie du fer à cheval.

Les extrêmes politiques

Dans peu de circonstances, les extrêmes politiques sont bons. Bien que chacun soit vendu comme l’idéal à suivre, ce qu’ils cachent vraiment, c’est l’affiliation dogmatique. Chaque extrême a son propre discours ou prend comme slogan un qui se conforme aux illusions et surtout aux peurs des personnes qu’ils appréhendent comme électorat potentiel.

Selon le philosophe et romancier Jean-Pierre Faye, selon la position discursive, s’établissent des polarités qui « courbent l’espace argumentatif en forme de fer à cheval », dans lequel gravitent les discours extrémistes et dogmatiques qui fixent leurs positions. L’ironie est que, bien que chaque discours diffère, ils pourraient finir par se toucher, comme le dit le proverbe « les extrêmes se touchent ».

Homme politique parlant

La théorie du fer à cheval

La politique est conçue sous les concepts de pouvoir et de la sphère publique à la polis qui affectent directement une société, c’est-à-dire ses citoyens.

D’autre part, Rainer-Olaf Schultze, expert en science politique, affirme que la politique est l’art de conduire les affaires publiques et les intérêts collectifs. Pourtant, l’histoire confirme maintes et maintes fois que l’essence de la politique est sa référence obligatoire au pouvoir et aux décisions qui s’y rapportent.

La théorie du fer à cheval affirme que l’extrême droite et l’extrême gauche sont plus semblables que différentes à certains égards, aussi proches que les extrémités d’un fer à cheval. Cette comparaison représente également le centre politique au sommet du fer à cheval ; En suivant sa forme ovale, nous atteignons les côtés “gauche” et “droit”, jusqu’à ce que nous atteignions leurs extrémités respectives.

Similitudes extrêmes

L’agenda politique de l’extrême droite et de l’extrême gauche diffère sensiblement, bien que leurs objectifs convergent vers un même point : le pouvoir. Pour comprendre leurs similitudes, il est préférable de faire d’abord un contraste entre la droite et la gauche.

La droite accepte les différences sociales comme naturelles et inévitables. Maintenant, il comprend qu’elles seraient minimisées si l’individualisme prévalait, la liberté comme base du bien collectif, la propriété privée et le marché libre d’interventionnisme.

La gauche est attachée à l’interventionnisme étatique garant de l’égalité des chances, pour laquelle elle a besoin de ressources, qu’elle obtient le plus souvent de taux d’imposition élevés. Il met l’individu au second plan et comprend que c’est le collectif qui assure en définitive le bien-être.

Totalitarisme

En postulant que les extrêmes se rejoignent, la théorie du fer à cheval met en évidence comment le désir de pouvoir diminue les différences entre les programmes de l’extrême droite et de l’extrême gauche, transformant leurs intérêts originaux vers l’obtention de la force comme méthode régulatrice pour soumettre la citoyenneté. Une société qu’il a d’abord fallu convaincre de n’en choisir qu’un des deux.

Dans les dictatures d’extrême gauche, comme le communisme soviétique, la force, qui donne le pouvoir au pouvoir, s’exerce pour prendre le contrôle des ressources économiques. En général, ils défendent des objectifs communs, parmi lesquels deux se démarquent : abroger le capitalisme et remettre le pouvoir au prolétariat.

Dans les mouvements d’extrême droite, dont les idéologies les plus célèbres dans leur histoire récente sont le fascisme et le nazisme, contrôler l’économie et la placer dans une position centraliste sont deux de leurs priorités les plus urgentes, sans qu’il soit nécessaire de nationaliser ou d’exproprier les entreprises du secteur. privé; Ils peuvent même les encourager s’ils le jugent approprié.

Les gens qui manifestent

Petits idéaux fonctionnels

Ce que les extrêmes politiques ont en commun, et ce que ferait la théorie du fer à cheval, c’est de proposer des idéaux si radicaux qu’ils peuvent difficilement être fonctionnels. Dans leur extrémisme, ils ont tendance à voir l’autre comme un ennemi ou un incapable, de sorte qu’il leur est difficile de négocier avec lui en comprenant qu’il peut avoir quelque chose à apporter.

Par conséquent, lorsqu’ils gouvernent, ils ne le font généralement que pour une partie de la société, ignorant complètement l’autre. De plus, leurs idéaux sont souvent très superficiels, sans tenir compte des contradictions qu’ils auraient réellement à affronter s’ils regardaient plus attentivement la société qu’ils veulent servir et non celle qu’ils veulent gouverner.

Cela pourrait vous intéresser ...
La théorie des usages et des récompenses
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
La théorie des usages et des récompenses

La théorie des usages et des récompenses parle des raisons pour lesquelles les individus choisissent certains médias et d'autres non.



  • Alvira, F. (1978). Partidos políticos e ideologías: un análisis de la evolución de la ideología política de los españoles. Centro de Investigaciones Sociológicas.
  • Ángel, S. (1977). Diccionario de los partidos políticos. DOPESA.
  • Faye, J. (1975), La crítica del lenguaje y su economía. Alberto Corazón Editor.
  • Faye, J. (1988). El siglo de las ideologías. Ediciones del Serbal, S. A.