La psychologie de la rancune

13 mars 2015 dans Psychologie 40 Partagés

Deux hommes ont injustement partagé la même cellule de prison durant plusieurs années, subissant tout type de mauvais traitement et d’humiliation. Ils ne se sont revus que bien des années après leur libération.

L’un demande à l’autre : – Tu repenses parfois aux gardiens de la prison ? – Non, jamais. Tout ça c’est du passé – lui répondit l’autre – Et toi ? – Je les hais encore de toutes mes forces  répondit le premier. Son ami le regarda pendant quelques instants, puis lui dit : – Je suis désolé pour toi. Si c’est ce que tu ressens, ça veut dire que tu es toujours leur prisonnier. (fable)

La rancune est un sentiment de colère durable et tenace ; un ressentiment profondément enraciné qui envenime notre corps et notre esprit, et qui les déséquilibre. Les origines des rancœurs sont multiples (insultes, abus de confiance, tromperies, offenses, mauvais traitements). Le ressentiment s’intensifie au fur et à mesure que le temps passe, jusqu’à se transformer en un désir de vengeance.

Nous avons tous connu ce sentiment un jour ou l’autre, adoptant parfois un comportement qui ne nous ressemble pas du tout afin de supporter les déséquilibres et les angoisses lié(e)s à la rancune. Généralement, nous avons tendance à rester fidèles à notre modèle de conduite, mais ce dernier ne se conforme pas toujours à la conduite d’autrui.

Là où certains voient une offense impardonnable, d’autres n’y voient qu’un fait dénué d’importance. Bien que l’acte offensif en lui-même soit le même, celui qui pense qu’il n’avait pas d’importance souffrira moins.

Si vous pensez que vous avez été maltraité injustement, la vie se chargera de régler ce problème, mais vous ne devez à aucun moment revêtir l’habit d’un juge, car vous êtes uniquement responsables de vous-mêmes, et non des autres.

Essayez plutôt de modifier les modèles d’association qui vous assaillent, en vous rappelant que si quelqu’un vous escroque, vous trompe ou vous déçoit, ça ne veut pas dire qu’il en fera de même avec les autres. Nous sommes tous uniques, alors ne commettez pas l’erreur d’essayer de faire en sorte que les autres pensent comme vous. Une personne ne sera jamais ce que nous voulons qu’elle soit, c’est pourquoi nous risquons souvent d’être les victimes d’une tromperie.

Il est primordial de se souvenir que tout change, et que nous sommes également capables de tromper ou décevoir quelqu’un sans le vouloir.

Si nous choisissons de transformer l’amertume et la colère profonde qui nous rongent en un ressentiment durable, nous créerons de la rancœur, une arme dangereuse qui empoisonne notre corps et notre esprit, et qui les déstabilise. Petit à petit, la rancune nous consume et nous empêche de profiter de la vie.
En guise de conclusion, n’oubliez pas que parfois, la rancune fait plus de mal que les offenses reçues.

Image avec l’aimable autorisation de Allix Rogers

A découvrir aussi