La génération boomerang : les enfants qui retournent vivre chez leurs parents

· 30 avril 2018

L’un des phénomènes qui grandit le plus rapidement dans le monde occidental est celui de la génération boomerang: des enfants qui retournent vivre chez leurs parents après avoir été indépendants pendant un certain moment. Cette indépendance peut adopter différentes formes, que ce soit celle de jeunes qui vivent dans une résidence pendant leurs années d’études ou de jeunes adultes qui doivent retourner chez leurs parents après avoir perdu leur emploi.

Certains experts considèrent aussi les jeunes qui dépendent en partie de leurs parents au niveau financier comme faisant partie de la génération boomerang. Ces jeunes peuvent vivre dans leur propre maison mais reçoivent une aide économique de la part de leurs parents.

Cette tendance a énormément augmenté dans les pays d’Europe Occidentale et en Amérique du Nord lors des dernières décennies. En revanche, il s’agit d’un phénomène très rare dans d’autres régions telles que l’Europe de l’Est ou l’Asie. Il y a encore quelques années, cela paraissait impensable. Quels sont donc les motifs de l’apparition de la génération boomerang ?

femme et valise

Génération boomerang : s’agit-il d’un phénomène positif ou négatif ?

Certains experts ont décidé de se centrer sur l’étude du taux d’enfants qui retournent vivre chez leurs parents en considérant cela comme une chose positive. Les arguments qu’ils utilisent sont que ces jeunes n’ont pas peur de demander de l’aide, ce qui est lié à une plus grande intelligence émotionnellecela pourrait aussi indiquer une meilleure relation avec leurs familles, contrairement aux générations précédentes.

Cependant, la grande majorité des chercheurs centrés sur ce phénomène le considèrent comme quelque chose de négatif. Même s’il peut y avoir un grand nombre de raisons expliquant l’apparition de la génération boomerang, les deux plus importantes sont probablement les suivantes:

  • Un grand taux de chômage chez les jeunes et une augmentation des prix.
  • Un manque d’adaptation à la réalité de la part de la génération Y.

Grand taux de chômage chez les jeunes et augmentation des prix

Inutile de préciser que le marché du travail n’est pas à son apogée. Après la crise économique de 2008 (que l’on connaît sous le nom de Grande Récession, la pire crise depuis 1929), beaucoup de postes de travail ont été supprimés et il est beaucoup plus compliqué de trouver un emploi.

Cela affecte tous les secteurs de la société et plus particulièrement les travailleurs les plus jeunes. Selon les données officielles, en Espagne, en 2017, le taux de personnes ayant moins de 25 ans et n’ayant pas réussi à trouver un emploi était proche de 40%. Ce chiffre ne dit rien des autres facteurs affectant l’économie des plus jeunes, comme le nombre d’emplois peu qualifiés ou les salaires très bas.

Si nous rajoutons à ces données préoccupantes celles de l’inflation et de l’augmentation des prix (surtout des loyers), il n’y a rien de surprenant à voir que beaucoup de jeunes vivent avec leurs parents. Par conséquent, dans de nombreux cas, la principale raison expliquant de l’existence de la génération boomerang est économique.

homme triste

Manque d’adaptation à la réalité de la part de la génération Y

Malgré tout, l’argent n’est pas la seule raison pour laquelle les jeunes restent beaucoup plus longtemps chez leurs parents. En raison de phénomènes comme celui des parents hélicoptère, certains jeunes de la génération Y n’ont pas suffisamment confiance en eux-mêmes pour commencer leur vie de façon indépendante.

Cette confiance en soi qui a été fondamentale au cours de toute l’histoire de l’humanité est particulièrement importante aujourd’hui à cause des changements qui se produisent dans notre société. Cependant, les différences entre les attentes de cette génération Y et la réalité ont fait que beaucoup de ces jeunes se sentent perdus. Ils sont à mi-chemin entre deux façons totalement différentes de comprendre le monde:

  • Celle de leurs parents, pour qui le conseil de « faire des études pour avoir un bon travail » était encore valide.
  • Celle de leurs petits frères/petites sœurs qui se sont rendu-e-s compte que, dans le monde actuel, cette idée n’est plus valide.

Beaucoup de jeunes ayant suivi les conseils de leurs parents et ayant fait de longues études réalisent, en sortant de l’université, qu’ils ne parviennent pas à trouver de travail. Or, étant donné qu’ils pensent que le monde est le même que celui des années 50, ils décident de continuer à se former et s’inscrivent à un master, apprennent de nouvelles langues, font des stages non rémunérés…

Quelles en sont les conséquences? À environ trente ans, beaucoup de jeunes gagnent moins de mille euros par mois en travaillant quarante heures par semaine (et parfois beaucoup plus). Et, pire encore, la majorité de ces jeunes ne sont pas capables de s’adapter à la nouvelle réalité sociale; ils continueront donc à essayer d’acquérir le même style de vie que leurs parents en suivant un plan qui ne fonctionne plus.