La fable du surfeur

· 10 mai 2016

Aujourd’hui, nous allons vous raconter la fable du surfeur. Même si elle s’apparente à un conte, ce qui est sûr c’est qu’elle nous offre une belle leçon de vie.

Au-delà du fait qu’elle parle d’un sportif qui prend des risques chaque fois qu’il monte sur sa planche pour voler au-dessus des vagues, cette histoire nous transmet un apprentissage précieux.

Une fois que vous aurez fini de lire la fable du surfeur, vous verrez qu’en réalité, l’histoire parle de la vie, de la manière dont nous devons affronter les problèmes, de la patience et de la capacité à savoir quand il faut agir ou quand il faut attendre pour se lancer dans quelque chose.

La fable du surfeur : l’arrivée au bord de mer

Un surfeur était fou d’amour pour l’océan et les vagues. Il adorait la sensation de liberté qu’elles lui procuraient chaque fois qu’il voguait sur ces incroyables forces de la nature aussi violentes qu’attirantes pendant les marées déchaînées.

Cependant, le surfeur savait pertinemment qu’il ne suffisait pas de se lancer à la mer sans réfléchir, sans contrôle.

Il était conscient du fait qu’il devait utiliser son cerveau pour choisir la vague parfaite, faute de quoi il pourrait finir à l’hôpital ou pire, perdre la vie.

Niña en el mar navegando por las olas

En outre, le surfeur se laissait guider par son instinct et par son cœur. Chaque fois qu’une vague approchait, son intuition lui disait s’il devait la prendre ou non.

Il jouissait de tant d’expérience, de conviction et de confiance en lui qu’il savait à chaque instant si la vague qu’il attendait était arrivée.

Ainsi, sans détour et avec tout l’entrain du monde, le surfeur entra dans l’océan. Ce jour-là, la mer était déchaînée, les vagues se fracassaient avec violence sur le sable.

Il savait que le moment était venu, ce n’est pas tous les jours que l’opportunité se présente de chevaucher des vagues aussi violentes que libératrices.

La fable du surfeur : l’attente de la vague parfaite

Dès son arrivée à la plage, le surfeur n’attendit pas pour se jeter à la mer. Il était impatient de surfer cette grande vague qui lui procurerait bonheur et liberté. Il ne se sentait vraiment lui que lorsqu’il atteignait des sommets.

Cependant, malgré le fait que l’océan était tumultueux et que les vagues s’abattaient avec force, celle qu’il attendait ne venait toujours pas. Elles défilaient devant lui, mais il savait que la sienne manquait à l’appel.

L’occasion de se lancer à l’aventure ne se présentait pas encore, et il n’avait rien d’autre à faire que d’attendre patiemment.

La fable du surfeur : l’arrivée de la vague parfaite

Le surfeur savait attendre, il était patient. Il regardait l’horizon, la vue qui s’offrait à lui. Il regardait les autres qui, comme lui, chevauchaient les vagues.

Certains se lançaient et arrivaient indemnes sur la plage. D’autres s’entraînaient et tombaient sans cesse. Il va sans dire que le paysage était étonnant de beauté et apaisant.

Le surfeur jouissait de cette sensation que lui procurait l’attente, car il savait que le moment était proche.

Puis, sa vague parfaite arriva. Il la vit venir de loin. Il savait que c’était elle, que le moment était venu.

Enfin, il allait à son tout chevaucher cet océan colérique pour voir le panorama d’un peu plus haut, pour profiter de ce bonheur éphémère qu’il désirait tant. Des instants de pure beauté.

Le surfeur se prépara, et chevaucha cette vague comme nulle autre auparavant. Il dompta cette agressive compagne le temps d’un court voyage. Il la domina, la contrôla, se laissa porter.

 

Ola del mar

Il profita de chaque seconde pendant lesquelles ils avancèrent ensemble pour finalement se séparer sur le sable blanc de la plage avec un sourire accroché au visage trahissant son bonheur.

“Qui veut réussir, doit savoir attendre.”
-Antonio García Gutiérrez-

La fable du surfeur : Conclusion

Ce surfeur était heureux chaque fois qu’il pratiquait son sport préféré. Il avait chevauché sa vague avec un plaisir immense.

Il allait recommencer à attendre le moment parfait, riche d’une nouvelle expérience émotionnelle en poche. Toujours plus sage, plus patient, plus conscient du monde qui l’entoure.

“Ce ne sera qu’avec une ardente patience que nous conquerrons la ville splendide qui donnera lumière, justice et dignité à tous les hommes. Et ainsi la poésie n’aura pas chanté en vain.
-Pablo Neruda-

Avez-vous remarqué que cette fable du surfeur crée un parallèle avec notre propre existence ? Elle possède tous les outils nécessaires pour savoir attendre et saisir les opportunités, être heureux, et profiter des bonnes choses que nous apporte la vie.

Rien n’arrive plus tôt par le fruit de notre impatienceNous devons faire preuve de sagesse pour saisir les instants fugaces, profiter de nos amis, nos amants… il faut savoir attendre, choisir la vague parfaite.