La cognition est-elle saisonnière ?

Si vous avez déjà remarqué que vos performances psychiques varient selon la période de l'année, vous vous demandez peut-être si la dépression est saisonnière. Sachez que les scientifiques se le demandent aussi et ont fait plusieurs études à ce sujet.
La cognition est-elle saisonnière ?

Dernière mise à jour : 13 juillet, 2022

Remarquez-vous une lourdeur mentale avec la chaleur ? Ou, au contraire, l’hiver vous invite-t-il à vous renfermer et à ne pas trop réfléchir ? Les connaissances populaires indiquent directement que la cognition est saisonnière ou, pour le dire autrement, que la pensée est plus rapide et plus efficace à certaines saisons qu’à d’autres.

Une chose similaire se produit avec les émotions. Étant donné le nombre de personnes dont l’humeur semblait décliner selon un schéma saisonnier – généralement en hiver, un trouble appelé dépression saisonnière a même été inclus dans le DSM. Ce manuel inclut en effet la lenteur ou la difficulté à penser comme l’un des symptômes de la dépression.

Les experts ont tenté de résoudre ce problème de différentes manières, trouvant diverses incohérences en cours de route. Vous trouverez ci-dessous un passage en revue des recherches qui se sont intéressées à cette question.

Femme pensant

Relation entre la lumière et l’humeur

Les cycles de lumière et d’obscurité ont une influence sur nos émotions. L’union de la sérotonine et de la mélatonine régule des processus tels que l’humeur et, en partie, le fonctionnement cognitif. Par conséquent, dans les endroits où les heures d’ensoleillement sont réduites, il semble qu’il y ait une incidence plus élevée de dépression saisonnière.

Il existe également des preuves que la synthèse de la vitamine D joue un rôle dans la régulation émotionnelle, un processus qui est également altéré dans les endroits avec peu d’heures de lumière.

Partant de ces hypothèses biologiques, il est logique de penser que la cognition est saisonnière. Cependant, il est nécessaire de revoir les recherches à ce sujet, car il existe une certaine tendance à biaiser ces informations en faveur de la saisonnalité cognitive, influencée à son tour par le point de vue du trouble dépressif saisonnier.

La cognition est-elle saisonnière ?

Ce phénomène a été étudié sous plusieurs angles : lieux aux cycles lumière-obscurité extrêmes – comme l’Antarctique, hautes latitudes ou encore leur incidence sur la santé publique. Nous résumons ci-dessous les principales études qui ont abordé cette question.

1. Cognition aux pôles

Passer un hiver dans l’Arctique n’est pas facile. Les explorateurs polaires et les scientifiques doivent répondre à une série d’exigences, à la fois physiques et mentales, pour accomplir leurs tâches de manière adéquate. Ces personnes doivent vivre dans des conditions climatiques extrêmes, avec des cycles lumineux qui impliquent des mois d’obscurité et accompagnés par un petit groupe de personnes pendant une longue période.

Dans un article publié dans le Journal of Environmental Psychology, les capacités cognitives d’un groupe de scientifiques ont été évaluées lors de leur séjour en Antarctique par le biais d’auto-évaluations.

Leurs résultats confirment la saisonnalité de l’humeur en relation avec les cycles lumineux, mais leurs performances cognitives n’ont pas été affectées par ces conditions de vie extrêmes.

2. La cognition est-elle saisonnière aux hautes latitudes ?

En éliminant le facteur de socialisation réduite qui existe dans les expéditions aux pôles, les chercheurs se sont également penchés sur la saisonnalité des populations vivant à des hautes latitudes.

Les personnes qui vivent dans ces lieux mènent une vie urbaine dans un environnement aux cycles lumineux extrêmes, ce qui en fait un bon échantillon pour ce thème.

L’étude la plus significative à cet égard a trouvé des différences subtiles entre les temps de réaction simples aux stimuli, ce qui a donné un avantage à l’hiver. Cependant, ils n’ont pas été significatifs.

3. Études d’imagerie cérébrale

Face à ces résultats frappants mais statistiquement non pertinents, Meyer et ses collaborateurs ont étudié un groupe de sujets à différentes saisons de l’année avec l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle. L’idée était en effet de savoir si ces données se reflétaient dans l’activité cérébrale.

Les tâches étaient la vigilance et la mémoire de travail complexe dans des conditions contrôlées, car les signaux saisonniers étaient supprimés en laboratoire. Les résultats de cette enquête sont les suivants :

  • Dans la tâche de vigilance, les réponses cérébrales ont atteint leur apogée en été.
  • Quant à la mémoire de travail, les performances les plus élevées n’ont pas varié tout au long de l’année, mais l’activation cérébrale la plus élevée s’est produite à l’automne et au printemps.

4. Études de santé publique

Une recherche de preuves a également été effectuée dans de grandes bases de données, telles que les établissements de santé mentale. Ici, à grande échelle, les résultats les plus solides penchent pour le fait que la cognition est saisonnière.

Hormis les différences entre les différentes études, l’impression générale est que la cognition est plus affectée par la dépression que par les cycles saisonniers. En effet, les sujets déprimés qui n’avaient pas été exposés à beaucoup de soleil voyaient leur cognition plus altérée, mais cette condition n’apparaissait pas chez les personnes en bonne santé.

homme pensant

Considérations sur l’idée de savoir si la cognition est saisonnière

Normalement, les intuitions ou les connaissances populaires ne se trompent généralement pas dans leur analyse – elles sont généralement assez précises lorsqu’il s’agit d’identifier un phénomène et pas tant lorsqu’il s’agit de préciser ses causes ou les variables qui entrent en jeu. Néanmoins, lorsqu’il s’agit de santé mentale et de sa recherche scientifique, les facteurs à considérer sont souvent nombreux et interreliés de manière complexe.

C’est pourquoi, compte tenu de l’ambiguïté des résultats, il faut être prudent lorsqu’on prétend que la cognition est saisonnière. Cependant, la science continue de progresser et ce n’est probablement qu’une question de temps avant d’obtenir des réponses à cette question.

Cela pourrait vous intéresser ...
Au-delà de la dépression : les troubles de l’humeur
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Au-delà de la dépression : les troubles de l’humeur

Sous la désignation de "troubles de l'humeur", on trouve un large éventail de troubles dépressifs que nous vous invitons à découvrir ici !



  • American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders (DSM-5®). American Psychiatric Pub.
  • Partonen, T. (1998). Extrapineal melatonin and exogenous serotonin in seasonal affective disorder. Medical hypotheses51(5), 441-442.
  • Brennen, T., Martinussen, M., Ole Hansen, B., & Hjemdal, O. (1999). Arctic cognition: a study of cognitive performance in summer and winter at 69 N. Applied Cognitive Psychology: The Official Journal of the Society for Applied Research in Memory and Cognition13(6), 561-580.
  • Meyer, C., Muto, V., Jaspar, M., Kussé, C., Lambot, E., Chellappa, S. L., … & Vandewalle, G. (2016). Seasonality in human cognitive brain responses. Proceedings of the National Academy of Sciences113(11), 3066-3071.
  • Is cognition seasonal? (2021, 1 abril). ScienceDirect. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0732118X21000015?via%3Dihub