L'amitié dans la vieillesse soulage la douleur

L'amitié dans la "troisième jeunesse" est plus que jamais nécessaire. Nous savons même qu'elle est particulièrement bénéfique pour les femmes dans la soixantaine. Elle permet d'éviter l'isolement et d'accroître l'enthousiasme et la motivation.
L'amitié dans la vieillesse soulage la douleur

Dernière mise à jour : 30 juillet, 2021

L’amitié dans la vieillesse constitue un pilier essentiel pour le bien-être. A ce stade de la vie humaine, les liens sociaux restent déterminants. A tel point qu’ils peuvent être aussi nécessaires qu’ils le sont à notre adolescence. Les encouragements, la complicité, la confiance, l’affection… Autant de nutriments authentiques pour les personnes âgées.

Pour comprendre la détermination de ce lien, il est bon que l’on s’arrête sur un fait. L’isolement social est l’un des plus gros problèmes des personnes âgées. Et, soyons clairs, la solitude rend malade, emprisonne et déprime.

Le point de vue selon lequel la solitude est une condition que les personnes âgées doivent assumer est une forme de discrimination et une distorsion culturelle que nous devons corriger. Avoir une qualité de vie à tout âge est un droit humain, et la solitude non désirée n’est pas une chose à laquelle nous devrions nous habituer.

Teneesse Williams a dit que la vie est, dans une large mesure, ce que nous faisons avec les amis que nous choisissons. Avoir ces alliances dans notre vie quotidienne est une façon de donner du sens et de l’élan à notre existence. Quelque chose d’essentiel à tout âge.

L'importance de l'amitié lors de la vieillesse.

L’amitié dans la vieillesse est aussi puissante que la drogue

À mesure que nous mûrissons et progressons dans notre cycle de vie, nous en apprenons beaucoup sur l’amitié. Elle n’a pas la même définition à 20 ans qu’à 60 ans.

On en apprend beaucoup sur l’être humain, sur les relations et on découvre aussi qui mérite notre affection et qui il vaut mieux laisser derrière nous. Nous devenons plus sélectifs et savons exactement ce que nous voulons.

Ainsi, les personnes âgées ont généralement un réseau familial plus limité ou moins accessible. Aux pertes des époux s’ajoute parfois le syndrome du nid vide, le fait de ne pas avoir d’enfants, ou de frères et sœurs… L’isolement social est cette ombre qui plane sur la personne âgée et qui ne peut se résoudre que par un mode : l’amitié.

Bien que les visites à domicile des voisins ou des services sociaux soit une bonne chose, rien de tout cela n’a de sens d’un point de vue émotionnel. L’aide sociale est utile et bénéfique, mais elle n’est pas transcendante par rapport à ce plan capable d’apporter plaisir et espoir.

L’amitié dans la vieillesse doit être précieuse  significative pour avoir un impact réel.

Les liens d’amitié améliorent la santé mentale plus que les liens avec les proches

Le département de gérontologie de l’Université de Caroline a découvert dans une étude qu’en moyenne, lorsque nous atteignons un âge avancé, les amitiés jouent un rôle essentiel. Cela parce qu’elle ont un impact plus fort sur le bien-être psychologique que la compagnie de certains proches.

Cela a son explication. Il est vrai qu’un père ou une mère aime ses enfants et ses petits-enfants. Cependant, nous ne les voyons pas toujours au jour le jour. Avoir un cercle d’amis implique de socialiser, de quitter la maison, d’avoir des projets à court et à long terme, de partager des soucis, des tristesses, des joies, des confidences…

Toutes ces dynamiques de la vie quotidienne sont ce qui stimule le cerveau et injecte des émotions positives. L’amitié dans la vieillesse est donc un pilier indispensable, presque autant que celui de la famille elle-même.

L’amitié dans la vieillesse confère l’indépendance et cela revient au bien-être

Atteindre la troisième “jeunesse” du cycle de vie ne signifie pas perdre l’envie de vivre. Certaines rides du visage n’éteignent pas l’envie de continuer de savourer la vie. La gérontophobie et les préjugés autour des personnes âgées déforment l’image que l’on peut avoir de cette étape de la vie.

Cependant, il y a un point que nous devons considérer : de nombreuses personnes atteignent la soixantaine avec divers besoins sociaux non satisfaits. Cela peut conduire à l’isolement, à l’insatisfaction existentielle et à la dépression. Mais des amitiés significatives et stimulantes peuvent changer la donne.

Dans de nombreux cas, l’arrivée à ce stade peut être la meilleure période de la vie. La compagnie d’autres personnes du même âge et dans la même situation peut inciter à démarrer de nouveaux projets et à vivre des expériences qui n’ont pu être réalisées pendant la jeunesse en raison de multiples facteurs.

L'amitié entre femmes.

Les femmes apprécient beaucoup plus leur cercle d’amis

Le fait que les femmes soient celles qui aiment le plus l’amitié dans la vieillesse a une explication. En moyenne, l’espérance de vie est plus élevée chez les femmes. Ce sont elles qui sont le plus susceptibles de vivre seules. Avoir la proximité d’autres personnes, d’amis de leur âge a un impact positif significatif sur leur santé physique et psychologique.

L’amitié chez les personnes âgées se définit par des alliances plus complices, satisfaisantes et nécessaires au quotidien. C’est une façon fabuleuse de réduire l’isolement et d’améliorer la qualité de vie. Maintenant, nous devons également réfléchir à un aspect. Notre société doit faciliter ces dynamiques.

Nous avons besoin de la communauté elle-même pour promouvoir des espaces d’union entre les aînés, ainsi que des activités par lesquelles encourager l’enthousiasme et les objectifs à court et à long terme. Dans un avenir où la société vieillira de plus en plus, nous avons besoin de procéder maintenant à des changements pour un futur meilleur.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment gagner la confiance de nos enfants ?
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Comment gagner la confiance de nos enfants ?

Quand nous parlons de gagner la confiance de nos enfants, nous devons commencer par parler de respect. Découvrez-en plus sur ce sujet.



  • Adams, R. G. (1983). Friendship and its role in the lives of elderly women. (Doctoral Dissertation). Department of Sociology, University of Chicago
  • Adams, R. G. (1985). People would talk: Normative barriers to cross-sex friendships for elderly women. The Gerontologist, 25(6), 605–611
  • Adams, Rebecca & Blieszner, Rosemary & Devries, Brian. (2000). Definitions of friendship in the third age: Age, gender, and study location effects. Journal of Aging Studies. 14. 117-133. 10.1016/S0890-4065(00)80019-5.
  • Blieszner, R., Ogletree, A. M., & Adams, R. G. (2019). Friendship in Later Life: A Research Agenda. Innovation in aging3(1), igz005. https://doi.org/10.1093/geroni/igz005