Juger quelqu’un, c’est se définir soi-même

23 novembre 2015 dans Emotions 240 Partagés

Nous sommes tous différents, et chacun de nous est unique. Pour cette raison, nous répondons à certaines règles comportementales bien déterminées, à une personnalité concrète, et à un intérieur très significatif qui dévoile qui nous sommes.

Par conséquent, il est d’autant plus simple de questionner les autres, et d’être jugé par eux. Cependant, lorsqu’une personne juge, cela en dit davantage sur elle-même que sur l’autre.

Je te respecte comme tu es et je ne te juge pas

Le fait de juger les autres est tellement simple qu’il est difficile d’y échapper. La variété de personnes que l’on peut rencontrer est aussi grande que les dommages que l’on peut leur causer en parlant d’elles sans préalablement les connaître, voire même en les connaissant.

Ce qui est certain, c’est que mes goûts ne sont pas les mêmes que les tiens, je n’agis certainement pas comme tu agirais à ma place, et je ne suis probablement pas affecté par les choses de la même façon que toi.

mujer-y-pez-en-el-agua

Pour cette raison, une relation saine est basée sur le respect et la tolérance, même s’il s’agit d’une relation strictement cordiale.

On partage notre vie avec les gens que nous aimons tels qu’ils sont, et pour rien au monde nous voudrions que cela change.

Si quelqu’un vous a dit un jour que vous étiez spécial, il ne s’est pas trompé. Vous l’êtes par votre façon particulière de voir le monde et d’y évoluer.

Juger quelqu’un équivaut à ne pas comprendre pourquoi cette personne est telle qu’elle est. On ne sait pas ce qu’a vécu l’autre, ce qui a fait qu’il est tel qu’il est, ni combien il peut souffrir quand il sait qu’on le critique sans raisons justifiées.

Je m’aime comme je suis et je ne veux pas que tu me juges

Juger, c’est comme lancer une pièce en l’air et voir sur quelle face elle va retomber : ça peut être le point de vue de l’autre, ou le vôtre. Et si c’est le vôtre, vous n’aimerez pas qu’on parle de vous à la légère.

Dans ce cas, on dit toujours que pour comprendre l’autre, il faut se mettre à sa place et pourtant, quand ils nous jugent, personne ne le fait.


« Tu connais mon nom, mais pas mon histoire. Tu as entendu ce que j’ai fait, mais tu n’as pas vécu les mêmes expériences. Tu sais où je suis, mais pas d’où je viens. Tu me vois rire, mais tu ne sais pas ce que j’ai souffert. Arrête de me juger. »

-Anonyme-


On se sent incompris, découragé, et parfois, il se peut que notre estime de nous-même en pâtisse. On aime que les gens aient une bonne image de nous, qu’ils s’inquiètent pour nous et qu’ils nous acceptent.

Peu importent les défauts ou ces choses sur lesquelles les autres ne portent pas le même regard que nous. Tout ce que l’on sait, c’est que nous sommes heureux d’être ainsi, d’agir ainsi et de vivre ainsi.

C’est la raison pour laquelle on a besoin que les gens qui nous aiment valorisent davantage cet aspect que tout autre élément secondaire.
niña-con-globo-rosa

Le fait de juger les autres nous définit

Comme nous l’avons déjà dit précédemment, nous pouvons également souffrir des dommages que l’on cause aux autres.

Il est important de connaître les autres, mais il est tout aussi important que les autres nous connaissent. Le secret, c’est donc de nous connaître au travers de nos actions.

Autrement dit, si on juge fréquemment les autres, on sera jugé à notre tour. Toutefois, il peut arriver que ce ne soit pas le cas, et que vous vous sentiez jugé sans pour autant avoir fait ou dit quoi que ce soit pour le mériter.

Si vous vous sentez jugé par quelqu’un, dîtes-vous bien qu’il n’y a pas de raison pour que cette personne ait le droit de vous faire du mal.

Ne laissez pas cette personne vous blesser par ses paroles, puisqu’elle n’essaie même pas de vous comprendre : personne ne vit ni ne ressent les choses de la même manière.

Lorsqu’une personne vous juge, son comportement en dit probablement davantage sur elle-même que sur vous. Vous devez rester fort, et laisser les autres vous conseiller, mais pas vous juger. Jamais.

Et si malgré tout vous vous sentez toujours aussi mal, rappelez-vous que quand quelqu’un juge votre chemin, vous pouvez toujours lui proposer de lui prêter vos chaussures.


« Moi, je connais très bien ma propre histoire, c’est pourquoi je suis la seule personne qui puisse me juger, me critiquer et m’applaudir quand je le veux. »

-Anonyme-


A découvrir aussi