Juan Luis Arsuaga : "La vie est une crise permanente"

27 août, 2020
Pour Juan Luis Arsuaga, la crise de la pandémie a accéléré certains processus qui étaient déjà en cours. Savez-vous lesquels ? Dans cet article, nous vous en disons plus sur cette réflexion.

Le paléontologue espagnol Juan Luis Arsuaga a fait quelques réflexions intéressantes sur la pandémie de coronavirus, appelant principalement à la modération, au réalisme et à l’humanisme. Cet expert de l’évolution humaine, lauréat du prix Prince des Asturies et professeur à l’université Complutense de Madrid, appelle à la sagesse pour faire face à la crise et, de par sa spécialité, voit des moyens innovants pour en sortir.

Une de ses phrases les plus lapidaires dit que “la vie est une crise permanente”. Juan Luis Arsuaga indique que ce qui est extraordinaire n’est pas la mort, mais la vie elle-même. Il souligne que toutes les espèces sont constamment au bord de l’extinction et qu’aucune d’entre elles ne subit de processus stable. L’instabilité est une propriété intrinsèque de la vie.

Ce qui inquiète le plus Juan Luis Arsuaga, c’est la prolifération des lectures magiques que la pandémie a entraînée. Beaucoup ont choisi de voir le virus comme une punition divine, une annonce de la fin du monde ou le fruit d’une malédiction. Il estime que la situation a ouvert la voie à de nombreux charlatans qui donnent une interprétation surnaturelle de ce qui se passe.

Juan Luis Arsuaga et la pensée rationnelle

Juan Luis Arsuaga souligne un fait évident : les épidémies et les pandémies sont tellement normales et prévisibles que c’est précisément pour cette raison qu’il existe une spécialité scientifique appelée “épidémiologie”. Les virus sont si potentiellement nocifs que c’est la raison pour laquelle la virologie existe aussi. La seule différence avec cette pandémie est qu’elle remet en question le modèle de société dans lequel nous vivons.

C’est un fait que ce sont les voyageurs qui ont propagé le virus dans le monde entier. Et ils l’ont fait parce que nous étions dans une réalité où il devenait de moins en moins cher de voyager autour de la planète. Pour ce faire, nous devions nous soumettre à l’embarquement d’un avion rempli de gens, un endroit où, si l’un d’entre eux toussait, au moins cinq autres étaient à portée de sa brume.

Selon lui, la vie consiste à résoudre des problèmes. Pour les résoudre, il faut atteindre un point d’équilibre qui est toujours instable. C’est un peu comme pouvoir enlever un morceau sans que la structure ne s’effondre ; ou mettre un morceau dedans, sans que les fondations ne s’effondrent. Seuls les minéraux et les morts n’ont pas de problèmes, dit Juan Luis Arsuaga.

Un grand changement historique

Arsuaga dit que lorsqu’il y a des crises concaténées, c’est-à-dire des crises dans un aspect qui donnent lieu à une nouvelle crise dans un autre aspect, il y a la possibilité qu’une civilisation entière prenne fin. C’est ce qui est arrivé à l’Empire romain, qui a connu une série de crises successives qui ne lui ont pas laissé le temps de se redresser. Le facteur clé n’est donc pas la crise en tant que telle, mais la récurrence.

La crise sanitaire sera certainement surmontée car il existe un potentiel pour qu’il en soit ainsi. Cependant, si vous ajoutez à cela une crise économique, une crise sociale, peut-être une crise militaire ou une crise climatique, les choses peuvent être différentes. Ensemble, ces crises pourraient mettre fin à la civilisation telle que nous la connaissons. La bonne chose à faire est de résoudre chaque problème de manière raisonnable.

L’important, dit Juan Luis Arsuaga, est que nous tirions les leçons de tout cela. Que lorsque la solution au problème du coronavirus sera trouvée, nous ne devrons pas oublier combien il est important de financer la recherche et la science. Pour ce penseur, le rôle principal dans toute cette crise n’a pas été joué par les scientifiques, mais par les politiciens. Une grande partie de ce qui se passera dépendra des décisions du pouvoir et des décisions individuelles de chacun.

Il y a des raisons d’être optimiste

Comme d’autres penseurs, Arsuaga estime que la pandémie n’est pas un simple facteur de changement. Ce qu’elle a fait, c’est accélérer les processus déjà en cours, notamment la tension entre le modèle néolibéral et la nécessité objective d’un État-providence pour la majorité.

Il ajoute que chaque époque a sa crise et que la pandémie est celle qui a correspondu à cette époque. Il prévient que ce type de situation entraîne la peur et que lorsque les gens ont peur, ils sont plus susceptibles de renoncer à leur liberté et à leurs droits.

Pourtant, avec ses hauts et ses bas, Arsuaga pense que la pandémie a effectivement activé un sentiment de coopération chez de nombreuses personnes. Ce phénomène est concentrique et se focalise d’abord sur la famille immédiate, puis sur la famille élargie, puis sur les amis et les connaissances, et enfin sur la région, le pays et le monde. Selon lui, après la crise, les problèmes ne seront pas résolus, mais nous serons plus conscients que nous avons besoin les uns des autres.

 

Huertas, D. (2008). El futuro de los sapiens en nuestras manos. Ars Medica, 1, 37-53.