Freud et d’autres athées qui ont changé le monde

30 mars 2017 dans Autres 163 Partagés

La relation de l’homme avec Dieu ou l’absence totale de relation fut un thème qui a généré une grande partie des plus beaux récits ou des plus aigres polémiques depuis l’Antiquité. Normalement, les personnes ont pour habitude de se dire athées, agnostiques ou croyantes si on leur demande ce qu’elles pensent de l’idée de Dieu.

Cette idée a été définie et répandue par la majorité des religions monothéistes du monde, elle a touché des millions de personnes et un grand nombre de sociétés se sont organisées autour d’elle. Parfois, le scepticisme par rapport aux éléments religieux va plus loin et on ne nie pas seulement l’idée de dieu, mais également d’autres intuitives ou énergétiques comme la Loi du karma ou la Loi de l’attraction.

Être athée ne fait pas de vous une bonne ou une mauvaise personne

Nous pourrions dire que, plus loin de votre éducation religieuse ou non, il existe des personnes “incroyantes” et d’autres qui ne le sont pas, comme l’affirmait le grand acteur Fernando Fernán Gómez. Le fait est que cette croyance en elle-même ne rend pas votre vie meilleure ou pire, ce sont d’autres types de variables qui déterminent notre histoire et nos relations.

Malgré cela, une récente expérience menée par Jean Decety, neuroscientifique et psychologue à l’Université de Chicago pour des enfants entre 5 et 12 ans vivant dans six pays culturellement différents (Canada, États-Unis, Jordanie, Turquie, Afrique du Sud et Chine) a montré que les enfants qui ne reçoivent pas d’éducation religieuse dans leur famille sont plus généreux lorsqu’il s’agit de partager leurs trésors avec d’autres enfants qu’ils ne connaissent pas. Un fait curieux.


« Mon athéisme s’allume quand la croyance privée se transforme en affaire publique et quand, au nom d’une pathologie mentale personnelle, on organise le monde pour son prochain. Parce que de l’angoisse personnelle au maniement du corps et de l’âme de l’autre, il y a un monde  où l’on voit bouillir, embusqués, les profiteurs de cette misère spirituelle et mentale. »

– Michel Onfray –


Mais sans entrer dans cette valorisation profonde de ce qu’il convient de croire ou non, car il n’existe pas de réponse précise à ce sujet, il est intéressant de savoir comment, tout au long de l’histoire, de nombreux personnages se sont définis comme athées et l’ont fait avec fermeté et conviction, au risque de souffrir de représailles. Ils ont simplement exprimé leurs croyances librement et leur manière de percevoir les relations humaines et sociales depuis un prisme radicalement différent.

Dans la suite de cet article, voyons quelques un-e-s des athées les plus célèbres et engagé-e-s :

Ayn Rand

En de nombreuses occasions, on relie la pensée marxiste à la forme la plus antagonique de comprendre la société par rapport à la proposition faite par la religion. La créatrice de “l’objectivisme” s’oppose aux deux positions, en appuyant que pour une personne qui aspire à être différente, prendre des idées de la religion ou du communisme aboutit à un résultat néfaste.


« En vérité, si je veux résumer mon attitude par rapport à l’idée de Dieu, la voici : de ce que j’en sais, la définition de Dieu est “ce que l’esprit humain ne peut pas comprendre”. Étant rationaliste, à l’esprit littéral et croyant qu’il s’agit d’une obligation morale de croire réellement ce que quelqu’un dit, je prends littéralement au mot ceux qui donnent cette définition, je suis d’accord avec eux et je leur obéis : je ne le comprends pas. »

ayn_rand_face

Ayn Rand expose une philosophie néolibérale agnostique qui a été très bien acceptée par quelques cercles intellectuels et artistiques, qui déploraient juste que cette idéologie individualiste ne soit pas expliquée de manière plus profonde. Bien qu’elle ait émis des contradictions tout au long de sa vie sur les thèmes sociaux et politiques, ce qui est resté de cette femme est son athéisme jusqu’à la mort.

Albert Einstein

S’il existe une personnalité interrogée à propos de sa croyance ou non à l’idée de Dieu, c’est celle de ce scientifique renommé et auteur de la Théorie de la relativitéEinstein était un athée convaincu, qui en réalité se déclarait agnostique de manière publique, essayant d’esquiver des aversions académiques.

La religion ne l’intéressait pas du tout et pour lui le concept de Dieu n’était en rien un point central, ni dans sa théorie ni dans sa vie. Dans l’une de ses déclarations, et en réponse à l’énorme intérêt que les gens avaient à propos de son opinion sur ce thème, Einstein expliqua que pour lui, si Dieu existait, il ressemblerait à celui décrit par Spinoza : un Dieu extensif et sans nature dualiste, qui contredit totalement l’idée conventionnelle et acceptée par la majorité des personnes qui suivent une religion monothéiste.

Hypatie d’Alexandrie

Hypatie fut probablement la philosophe la plus importante de l’Antiquité, avec Aspasie et Hipparque. Sa figure est restée reléguée à l’ostracisme dû à la dissimulation de son énorme influence dans l’histoire de différentes sciences qui étaient encore en train de naître. Sa condition de femme agnostique a provoqué ce fait.

220px-hypatia_raphael_sanzio_detail

Ce ne fut pas une personne engagée avec les événements religieux qui se produisirent dans sa ville et qui doivent être ceux qui ont dérivé vers son horrible assassinat par une hiérarchie religieuse. Une hiérarchie qui voyait dans ses connaissances sur les mathématiques, l’astronomie ou la philosophie un ennemi craint. Malheureusement, sa mort fut un prélude au contrôle religieux qui exista au Moyen-Âge.

Karl Marx

Karl Marx était un intellectuel allemand d’origine juive qui, avec Friedrich Engels, a fondé le socialisme scientifique, le communisme moderne, le marxisme et le matérialisme historique. L’oeuvre de ce penseur est impossible à synthétiser, mais ce qui est clair est qu’il rejetait frontalement l’idée de Dieu, de la religion et de l’existence des classes sociales.


« De la même façon que dans la religion l’homme est dominé par le produit de sa propre tête, dans la production capitaliste il l’est par le produit de sa propre main » 

– Karl Marx –


marx_karl_2

Même si a priori ces idées ne semblent pas avoir de lien entre elles, elles trouvent leur logique et leur parfaite cohérence dans leur développement : une société, pour être plus libre, doit essayer d’être la plus égalitaire et la plus juste possible, et ceci est possible à travers l’action et la raison sociale. Si nous abandonnons cette raison et nous en remettons à des idéaux comme Dieu ou l’argent pour solutionner les problèmes, la société et son organisation restent à la dérive.

Sigmund Freud

Actuellement, dans le monde de la psychologie, la figure de Sigmund Freud est vénérée et haïe à parts égales. Certaines autres personnes adoptent une attitude intermédiaire sur ce neurologue polémique et reconnaissent le travail qu’il a accompli à son époque, mais elles pensent que son poids dans la psychiatrie actuelle est totalement disproportionné, en prenant en compte qu’une infime partie de sa théorie a rencontré un appui scientifique.


« Il serait très sympathique que Dieu existe, qu’il ait créé le monde et qu’il soit une providence bienveillante ; qu’il existe un ordre moral dans l’univers et une vie future ; mais il est très surprenant que tout ceci soit exactement ce que nous nous sentons obligés de souhaiter. »

– Sigmund Freud –


De cette manière, nous pourrions définir Freud comme un amoureux de l’étude de l’être humain, quelqu’un en recherche permanente du pourquoi du comportement complexe des adultes, s’obstinant à donner une explication générale et belle de notre plan le plus intime et subjectif.

Dans ce domaine subjectif, pour Freud l’idée de Dieu n’avait aucune place pour expliquer les complexes relations humaines et supposait un recul dans la maturité et l’engagement de chacun des individus. Pour lui, elle constituait un échec personnel pour donner des réponses réellement satisfaisantes et utiles aux énigmes de notre propre histoire.

A découvrir aussi