Détester une personne nous maintient lié à elle

Il est humain de détester quelqu'un qui nous a fait beaucoup de mal. Néanmoins, ce sentiment emprisonne celui qui le ressent et ne fait que renforcer la douleur. Découvrez ici comment vous libérer de ce sentiment.
Détester une personne nous maintient lié à elle

Dernière mise à jour : 23 février, 2021

Nous avons tendance à penser que la haine est le contraire de l"amour. Nous croyons que lorsque quelqu"un nous fait du mal ou nous trahit gravement, notre seule réponse peut être de la détester et de lui en vouloir, car c"est ce qu"elle mérite. De sorte que nous ne réalisons pas que détester une personne nous maintient lié à elle.

Or, la seule façon de se libérer d"une expérience douloureuse est de pardonner et de lâcher prise de manière symbolique. Chacun de nous réagit de manière différente face à une situation difficile. Chacun dispose en effet de ses propres ressources d"adaptation.

Il est vrai que, à certains moments, la colère peut être plus fonctionnelle que la tristesse, puisque la première nous donne la force de passer à autre chose. Ce sentiment ne fait toutefois qu"empoisonner notre âme et nous maintenir piégé dans un passé douloureux.

Une femme qui semble inquiète.

Pourquoi détestons-nous ?

Pensez à ces personnes que vous détestez ou que vous avez détesté à un moment donné. Ce sont sûrement des personnes qui ont ou ont eu un rôle important dans votre vie.

La haine est une émotion très intense qui, chez la plupart des personnes, apparaît face à un type de stimulus très spécial. Nous détestons lorsque nous nous sentons attaqués, agressés ou vulnérables. Lorsque l’on attaque notre intégrité physique ou psychologique.

Pour en venir à détester quelqu"un, cette personne a dû occuper une position privilégiée pour nous nuire. Soit parce que des liens affectifs importants nous unissent à elle, soit parce que, d"une manière ou d"une autre, elle exerce une autorité sur nous.

Nous pouvons détester ce parent qui était censé nous protéger et qui a abusé de nous. Ou encore cet enseignant qui a égratigné notre estime de soi. Ou encore ce conjoint qui promit de prendre soin de nous et qui nous a abandonné.

La haine n"est rien de plus qu"une condamnation. Nous nous érigeons en effet en juge et condamnons l"autre pour ses fautes. Nous croyons que l’autre mérite une punition et nous souhaitons l"appliquer. Et puisque nous n"avons généralement pas de pouvoir sur cet autre, le seul recours qui nous reste est de le détester.

Détester une personne nous maintient lié à elle

Tout d"abord, il est absolument humain d"entretenir des sentiments de haine envers ceux qui nous blessent de manière significative.Vos émotions sont valables et vous avez le droit de les ressentir. Il est même compréhensible que vous vouliez punir cette personne. Cependant, la réalité est que vous vous punissez vous-même en détestant.

Garder rancune est comme tenir un charbon brûlant dans sa main et attendre que l"autre brûle. C"est en effet vous qui vivez chaque jour avec cette obscurité en vous. C’est vous qui continuez à revivre la douleur, la trahison et l"agression au quotidien.

De sorte que vous restez enchaîné à cette personne que vous détestez tant. Ses actions continuent à gouverner et à conditionner votre présent. Vous n"êtes donc pas libre. Maintenir un sentiment aussi intense et négatif au fil du temps suppose une usure émotionnelle énorme.

Vous restez en effet lié à votre ennemi tant que vous le détestez. Vous continuez à investir votre temps et votre énergie mentale en lui au lieu de l"utiliser pour soigner vos blessures. Ce n"est que lorsque vous acceptez, pardonnez et redonnez du sens à votre expérience que vous pouvez briser les chaînes qui vous unissent encore.

Un homme triste assis sur un canapé.

Se libérer

La première étape essentielle est d"accepter ce qui s"est passé. Il faut arrêter de résister. Arrêter de penser de manière obsessionnelle que les choses auraient pu être différentes : vous ne pouvez pas changer le passé. Acceptez votre expérience.

Redéfinissez ensuite votre expérience. Au lieu de vous concentrer sur la douleur, concentrez-vous sur les apprentissages de cette expérience et sur la façon dont elle vous aide à mûrir et à vous rendre plus fort. Donnez un sens à cette expérience.

Enfin, pardonnez. Il s’agit de l’étape la plus difficile à réaliser, car nous pouvons en venir à sentir, ce faisant, que nous péchons comme des innocents, libérant l"autre de sa punition ou justifiant ses actions.

Cependant, en pardonnant, vous vous libérez du fardeau que vous portez. Pardonner ne signifie pas oublier le passé. Cela l’empêche en revanche de continuer à infecter nos blessures.

Cela pourrait vous intéresser ...
Pardonner, c"est pouvoir voyager dans le passé et en retourner sans douleur
Nos PenséesRead it in Nos Pensées
Pardonner, c"est pouvoir voyager dans le passé et en retourner sans douleur

Comme on le voit, pardonner quand on nous a fait mal est difficile. C'est précisément pour cette raison qu'il est fondamental d'apprendre à le faire.



  • Capella, C., & Gutiérrez, C. (2014). Psicoterapia con niños/as y adolescentes que han sido víctimas de agresiones sexuales: Sobre la reparación, la resignificación y la superación. Psicoperspectivas13(3), 93-105.
  • Luskin, F. (2008). Perdonar es sanar. Editorial Norma.