Connaissez-vous les sinkies ?

11 juin 2019
Les sinkies sont les couples qui, bien que travaillant, ne peuvent pas se permettre de fonder une famille car ils ne gagent pas suffisamment.

La crise financière a ravagé le monde il y a quelques années. Elle provoque encore aujourd’hui une série de phénomènes modernes qui semblent être partis pour durer, tels que les sinkies.

Les sinkies sont des jeunes vivant en couple, mais qui ont exclu la possibilité d’avoir des enfants. Cependant, cela ne signifie pas qu’ils n’en veulent pas. Mais plutôt qu’ils ne gagnent pas suffisamment d’argent pour assumer la responsabilité d’un enfant.

La dure réalité de sinkies

Ce phénomène social, récemment apparu en tant que tel, affecte 3 jeunes sur 10 en Europe. Autrement dit, des milliers de personnes âgées de 20 à 30 ans courent un risque grave d’exclusion sociale malgré leur vie professionnelle.

sinkies

Le terme sinkies a été inventé par Cáritas Europa, en charge de mener une étude dans 17 pays de l’Union pour étudier ce phénomène et trouver les moyens de le combattre.

« Sinkies » est une sorte d’acronyme formé d’une conjonction de mots anglais : Single, Income, No Kids. En français, célibataires avec revenus mais sans enfants, et pas nécessairement de leur propre volonté, plutôt par nécessité ou obligation en raison des circonstances.

L’étude sur la pauvreté des jeunes en Europe

Récemment, le rapport de Caritas a été présenté au Sommet social européen. Après une étude approfondie, il a été indiqué que les nouvelles générations avaient moins d’opportunités que les précédentes. À cela s’ajoute le fait qu’ils vivent dans des conditions pire que celles de leurs parents, voire même que celles de leurs grands-parents dans certains cas.

Cette étude révèle la situation difficile à laquelle sont confrontés de nombreux jeunes, qui rencontrent alors de graves problèmes pour accéder aux droits sociaux les plus élémentaires. Selon Cáritas, il s’agirait des droits au logement, à l’éducation et à la protection sociale.

Il convient également de noter que, l’étude de Caritas marque une distinction claire entre sinkies et dinkies :

  • • Dinkies, c’est le terme qui a été inventé dans les années 80 pour définir les couples qui, ayant un double salaire et gagnant suffisamment, ont choisi de ne pas avoir d’enfants
  • • Sinkies est le terme caractérisant les jeunes couples qui, en raison de leur situation personnelle et professionnelle, ne peuvent pas envisager de fonder une famille parce qu’ils ne jouissent pas de la stabilité nécessaire.

Les effets à moyen et long terme

Les nouvelles générations sont les premières de l’histoire à vivre dans des conditions pire que celles de leurs parents.

Selon Cáritas Europa, le problème est qu’il s’agit d’une grave perte démographique à moyen et long terme. C’est-à-dire que l’avenir économique du vieux continent apparaît peu flatteur, selon Jorge Nuño, secrétaire général de cette institution.

La crise de 2008 a considérablement aggravé la situation. Depuis lors, les salaires en Europe ont non seulement stagné, mais ont également chuté, établissant alors un univers de haute précarité, quelque chose qui renforce également le risque de vulnérabilité à la pauvreté.

Selon la même étude, au Royaume-Uni, les jeunes de la génération Millenials entre 21 et 30 ans passent en moyenne 5 ans sans connaître aucune augmentation de leur revenus. Parallèlement, ils sont obligés de faire face à une forte inflation.

sinkies

La surqualification

Cette génération gagne non seulement moins que la précédente, mais elle a également vu son salaire réduire, passant de 1000 à environ 700 à 800 euros. Curieusement, ce fait se produit chez certaines générations avec une surqualification extrême. Des cas tels que ceux de Grèce et du Portugal sont particulièrement graves. En effet, des milliers de jeunes diplômés de l’université peuvent difficilement accéder à des emplois non pertinents et mal rémunérés.

Et dans cet univers de précarité et de désespoir, les sinkies essaient comme ils peuvent de lutter contre leur frustration au travail en migrant et en cherchant ailleurs des opportunités qu’ils ne trouvent pas près de chez eux.

Ces générations font donc face à de sérieuses difficultés pour avoir une autonomie financière. Les jeunes d’aujourd’hui perdent leur motivation, ils ont à peine accès à un logement décent et, à l’occasion, ils peuvent être la proie de discours populistes face au désespoir d’un avenir meilleur.