Comment le travail de nuit affecte-t-il votre santé ?

8 août 2018 dans surpoids mental 0 Partagés
travail de nuit et santé

Nombreux sont les emplois qui exigent d’effectuer du travail de nuit, au moins en partie. Les professionnels de la santé, les gardiens de nuit, les gens qui voyagent fréquemment…font partie des professions qui effectuent tout ou partie de leur travail la nuit. De nombreuses études montrent que le travail de nuit réduit considérablement la qualité et l’espérance de vie, entre autres facteurs humains fondamentaux.

Il n’est pas facile d’empêcher que ces emplois existent, car il y a des services publics de base qui doivent être fournis la nuit. Cependant, de nombreuses institutions insistent pour limiter ce temps.

Que se passe-t-il la nuit ?

Avec l’augmentation du nombre d’établissements ouverts 24 heures sur 24, de nombreux emplois nocturnes sont créés. A cela s’ajoutent des professionnels qui se consacrent au nettoyage des rues ou à l’entretien des installations qui fonctionnent pendant la journée (gares ferroviaires ou routières, par exemple), ou des conducteurs de véhicules tels que les camions.

Il existe également des services de base dans le monde des soins de santé : infirmières, médecins et autres professionnels de la santé, qui travaillent comme gardiens pour assurer la santé des patients. Ces travaux ne sont pas seulement effectués la nuit, mais ont également des organisations de travail différentes (matin, après-midi et soir). En France, plus de 3,5 millions de personnes travaillent, totalement ou partiellement, la nuit.

travail de nuit et santé

Que se passe-t-il si vous ne dormez pas la nuit ?

Lorsque nous ne dormons pas la nuit, nous ne nous reposons pas normalement. Ceci a des raisons biologiques : notre cerveau est programmé pour se reposer la nuit. Les personnes qui travaillent la nuit se reposent environ 1 à 2 heures de moins que les autres, et seules les personnes de moins de 35 ans dorment presque autant que les personnes qui n’ont pas de quart de nuit.

Mais ce n’est pas seulement le nombre d’heures qui doit être pris en compte, mais aussi la qualité du sommeil. Une hormone appelée mélatonine est créée dans notre corps la nuit. Cette hormone est la cause de l’ajustement de nos rythmes biologiques, ce qui fait que notre corps sait « quand il fait jour et quand il fait nuit ».

Par conséquent, notre corps subit des changements hormonaux lorsque nous ne nous reposons pas la nuit. C’est pourquoi les femmes connaissent des changements dans les menstruations, ou sont plus susceptibles d’avoir un cancer du sein, dans ces conditions. Une autre conséquence du travail de nuit est la perte de 5 ans de vie pour chaque 15 ans de travail de nuit.

En plus de ces changements, l’irritabilité, les risques accrus de maladies cardiovasculaires, les mauvaises habitudes alimentaires, les problèmes digestifs, les troubles du sommeil, la fatigue chronique et même le ressentiment de la vie sociale et familiale sont courants.

travail de nuit et espérance de vie

Pallier les conséquences du travail de nuit

Lorsque nous devons travailler la nuit, il est essentiel de suivre certaines directives pour aider notre corps à fonctionner normalement.

  • Pas de travail de nuit pour les personnes de plus de 35 ans : si nous avons le choix, il est important de ne pas travailler la nuit si nous avons plus de 35 ans, limite d’âge à laquelle notre corps se remet plus difficilement de ce type de travail.
  • Dormir avant d’aller au travail, de préférence à la tombée de la nuit : environ une heure et demie de sommeil avant d’aller au travail, vers 21 heures, est très bénéfique pour dormir. De cette façon, nous profitons du fait qu’à ce moment de la journée, notre cerveau est prêt à fabriquer de la mélatonine.
  • Porter des lunettes noires lorsque vous quittez le travail : si vous quittez le travail en portant des lunettes noires, vous tromperez votre cerveau sur le chemin du retour à la maison, où vous pourrez baisser les stores et oublier qu’il fait jour.
  • Prendre de la mélatonine : si notre corps n’est pas capable de la sécréter normalement, il est essentiel de la prendre une demi-heure avant d’aller au lit, pour simuler un sommeil naturel.
  • S’isoler du bruit : nous devons faire tout notre possible pour éviter le bruit pendant le sommeil, car l’état d’éveil caractéristique de la journée peut affecter la qualité de ceux qui doivent dormir pendant cette période.
  • Demander une vérification de notre état de santé : tout travailleur a le droit d’effectuer des tests pour déterminer si son état de santé est approprié pour le travail de nuit. Dans le cas des professionnels de santé, c’est utile pour mettre fin aux quarts de nuit lorsque notre santé en souffre.

Le sommeil est une nécessité, comme manger et boire, et nous devons promouvoir l’hygiène du sommeil dans toute la population afin de recevoir de bons services de la part de ceux qui travaillent dans des conditions plus difficiles.

A découvrir aussi