Circuit anti-récompense du cerveau : qu'est-ce que c'est ?

Saviez-vous que dans notre cerveau, en plus d'un circuit de récompense, il existait également un circuit anti-récompense ? Voulez-vous savoir de quoi il s'agit? Continuez de lire !
Circuit anti-récompense du cerveau : qu'est-ce que c'est ?

Dernière mise à jour : 05 juillet, 2022

En psychologie et en neurosciences, le système de récompense est bien connu ; c’est le substrat neurologique sur lequel on comprend en grande partie les dépendances, la motivation et les comportements axés sur les objectifs. Ce système est responsable de la médiation de la sensation de plaisir dans l’organisme.

Cependant, apparemment, comme c’est souvent le cas dans de nombreux plans, ce circuit a aussi un antagoniste, un contraire qui l’inhibe. On suppose qu’il s’agit d’un ensemble de zones du cerveau qui produisent des sensations désagréables lors de l’exécution d’une activité. Ce système est connu sous le nom de circuit anti-récompense. Analysons cela.

Qu’est-ce que le circuit anti-récompense ?

Solomon et Corbit (1974) ont proposé la théorie du processus d’opposition de la motivation. Avec elle, ils supposent que de nombreux états hédoniques, affectifs ou émotionnels coexistent avec d’autres mécanismes automatiques et opposés du système nerveux central : leur mission serait de réduire l’intensité des sensations hédoniques, tant agréables qu’aversives.

S’appuyant sur cette théorie, Koob (1989; 2008a) a proposé qu’il existe des processus similaires à l’œuvre dans les substrats cérébraux de la récompense. Tout comme il existe une tendance à rechercher une récompense, il existe également un processus opposé d’anti-récompense.

Le concept « anti-récompense » repose sur l’hypothèse qu’il existe des systèmes cérébraux spécialisés dans la limitation des récompenses. Ainsi, le circuit anti-récompense est un mécanisme par lequel le système nerveux contrecarre les effets du système de récompense, produisant des états antagonistes : aversion, dégoût, insatisfaction, déplaisir.

Cerveau

Les caractéristiques

Certaines caractéristiques de ce circuit sont les suivantes :

  • C’est un réseau complexe de régions du cerveau qui engendre des émotions négatives face à certains événements, substances et comportements.
  • Il agit comme un frein pour le circuit de récompense, empêchant ainsi une recherche excessive de récompense.
  • Il limite la récompense déclenchée par une activité excessive dans le système de récompense.
  • Le circuit anti-récompense compense l’activation du système de récompense.
  • C’est un médiateur dans les composantes désagréables du stress et il est impliqué dans la dépendance et le sevrage.
  • Il implique des parties de l’amygdale et du noyau accumbens. Il implique également des molécules telles que la corticotropine et la dynorphine.
  • Ce circuit régule le comportement et les adaptations de l’individu face à certains comportements et événements environnementaux.
  • Il régule l’éveil de l’humeur causé par le circuit de récompense.
  • Il empêche la surstimulation du système de récompense et, par conséquent, le déclin de l’organisme.

Le circuit anti-récompense et l’addiction

La dépendance est un cycle de diminution progressive de la fonction des systèmes de récompense du cerveau et d’augmentation de l’activité du système anti-récompense qui empire progressivement, conduisant à une consommation compulsive de drogues (Koob & Le Moal, 2008b).

Dans ce contexte, les processus contre-adaptatifs qui font partie de la limitation homéostatique de la fonction de récompense ne reviennent pas dans la plage homéostatique normale. Ainsi, la consommation excessive de drogues entraîne non seulement une augmentation à court terme du déficit de récompense, mais également la suppression du système anti-récompense et de ses effets désagréables (Koob & Le Moal, 2008b).

Rappelons que le circuit anti-récompense favorise les états aversifs, comme mesure pour contrecarrer les états agréables résultant de l’activation du système de récompense. Lorsque la personne dépendante éprouve des sensations désagréables, suite à l’activation du circuit anti-récompense, elle tente de supprimer ces sensations en cherchant celle (la drogue) qui réactivera le système de récompense.

Cette combinaison d’une fonction réduite du système de récompense et d’une activité accrue des circuits anti-récompense fournit une puissante source de renforcement négatif qui contribue au comportement compulsif de recherche de drogue et à la dépendance (Koob & Le Moal, 2005).

Toutes les émotions désagréables qui surviennent dans ce processus sont l’expression de la suractivation du circuit anti-récompense, stimulée par le facteur de libération de la corticotropine et la dynorphine. Ces systèmes de neurotransmetteurs sont activés lors du développement d’une consommation excessive de drogue et lors de son élimination (sevrage aigu et sevrage prolongé) (Koob et Le Moal, 2005).

Homme avec des problèmes de dépendance

Pourquoi avons-nous ce circuit ?

On sait très peu de choses sur ce circuit, mais une explication possible de son existence est qu’il aide à maintenir le système opposé – le système de récompense – en marche. De nombreuses fonctions biologiques sont contrôlées par des systèmes antagonistes, par exemple les systèmes nerveux sympathique et parasympathique.

Les divergences des deux systèmes permettent un équilibre dans le corps. Cela nous amène à une autre explication possible : l’homéostasie. Avec cet équilibre, on chercherait à maintenir une condition interne stable, compensant les changements provoqués par le système de récompense.

Pour finir, il est nécessaire de souligner que, même si de plus en plus de recherches sont menées sur le circuit anti-récompense, les explications derrière son fonctionnement particulier et la manière dont il contrecarre les effets du système de récompense nécessitent davantage d’étude. On ne sait pas encore avec certitude dans quelle mesure les deux systèmes fonctionnent en harmonie.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le circuit cérébral du plaisir
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Le circuit cérébral du plaisir

Le circuit cérébral du plaisir permet d'associer des activités liées à notre survie à des situations plaisantes. Nous allons tout vous expliquer!



  • Fernández-Espejo, E. (2000). ¿ Cómo funciona el nucleus accumbens?. Revista de Neurología 2000, 30 (9), 845-849.
  • Koob, G. F., Stinus, L., Le Moal, M., & Bloom, F. E. (1989). Opponent process theory of motivation: neurobiological evidence from studies of opiate dependence. Neuroscience & Biobehavioral Reviews13(2-3), 135-140.
  • Koob, G. F. y Le Moal, M. (2005). Plasticity of reward neurocircuitry and the’dark side’of drug addiction. Nature neuroscience8(11), 1442-1444.
  • Koob, G. F., & Le Moal, M. (2008a). Neurobiological mechanisms for opponent motivational processes in addiction. Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences363(1507), 3113-3123.
  • Koob, G. F. y Le Moal, M. (2008b). Addiction and the brain antireward system.  Rev. Psychol.59, 29-53.
  • Solomon, R. L. y Corbit, J. D. (1974). An opponent-process theory of motivation: I. Temporal dynamics of affect. Psychological Review, 81(2), 119–145. doi:10.1037/h0036128