Celui qui vous aime vous fera croire en vous

Celui qui vous aime vraiment vous fera croire en vous. Il mettra des ailes à vos rêves, de la magie dans vos poches et il nourrira vos jours gris d'illusions renouvelées pour vous rappeler tout ce dont vous êtes capable.
Celui qui vous aime vous fera croire en vous

Dernière mise à jour : 20 avril, 2022

Celui qui vous aime n’osera pas limiter vos horizons. Il ne vous dira pas non plus « tu ne peux pas, tu ne sais pas ou tu ne le mérites pas ». Celui qui vous aime vraiment vous fera croire en vous. Il mettra des ailes à vos rêves, de la magie dans vos poches et il nourrira vos jours gris d’illusions renouvelées pour vous rappeler tout ce dont vous êtes capable.

Nous sommes conscients que l’une des valeurs les plus importantes pour atteindre l’épanouissement psychologique est de pouvoir croire en nous-mêmes. Cependant, personne ne peut faire germer une belle fleur si la graine n’a pas encore pris racine. Si, par exemple, l’enfance nous inculqua l’idée que nous sommes maladroits ou inhabiles, cette croissance ne sera pas harmonieuse. Germeront alors des croyances limitantes.

“Un véritable ami est celui qui croit en vous alors même que vous avez cessé de croire en vous-même”

Un fait est souvent négligé dans une grande partie de la vaste littérature d’auto-assistance dont nous disposons actuellement sur le développement de la confiance en soi. On nous encourage à croire en nous-mêmes malgré les difficultés, malgré les voix antagonistes, la faible estime de soi. Cependant, pour faire ce saut de force, il convient d’abord réaliser un  minutieux  voyage intérieur auquel on n’est pas toujours préparé.

Pour croire en nous, il faut d’abord désactiver de nombreuses mines créés dans l’enfance mais pas seulement. En effet, tout au long de notre vie d’étudiants ou même dans nos relations affectives, nous vivons des dynamiques frustrantes qui peuvent profondément affecter notre image de soi, notre estime de soi.

Nous vous proposons d’y réfléchir.

partenaire

La difficulté de croire en soi quand certaines “figures de pouvoir” ne le font pas

Commencerons par préciser ce que nous entendons par « figures de pouvoir ». Le livre “Discovering your passion” de l’éducateur Sir Ken Robinson, nous parle d’un cas bien particulier, celui de Gillian. Cette fillette de huit ans était l’exemple flagrant de l’échec scolaire. Ses parents et même ses professeurs ne pariaient pas trop sur son avenir. Elle était trop lente, trop irresponsable, distraite, complètement déconnectée du monde.

Sa vie aurait été vouée à un échec complet. C’était dans les années 30. Cependant, tout changea lorsqu’un psychologue décida de faire quelques tests et découvrit quelque chose de curieux : la jeune fille était très réceptive à la musique. Il la laissa seule dans la classe et se rendit compte que la petite fille avait besoin de « danser pour réfléchir ». Gillian avait une ballerine à l’intérieur. À tel point que Gillian Lynne est l’une des danseuses les plus importantes de notre histoire.

Les figures de pouvoir sont celles qui, à un moment donné, ont entre les mains la possibilité de poser ou non les bases de notre estime de soi et de notre sécurité personnelle.

Une bonne mère, un bon père, fera croire à son enfant qu’il est capable de faire ce qu’il se propose de faire, qu’il mérite de réaliser ses rêves et qu’il est aussi digne que n’importe qui d’autre de le faire. Cependant, cela ne servira pas à grand-chose si, lorsque cet enfant arrive dans le monde scolaire, une autre figure d’autorité comme un enseignant et même le système éducatif lui-même, au lieu de l’encourager et de le guider, se limite à lui faire croire qu’il n’est “pas apte.”. Que le fait d’obtenir un “4” fait de cet enfant un paria à vie.

qui vous aime

Merci de croire en moi

Beaucoup de personnes vécurent un certain temps “programmé” négativement à travers ce conditionnement émotionnel exercé par leurs parents, leurs collègues et même par leurs conjoint. Ces croyances limitantes s’installent dans notre cerveau comme un « cheval de Troie », reformulant les idées, effaçant les désirs, les espoirs, coupant les rêves et installant les peurs et les insécurités.

De nombreux psychologues parlent de la nécessité de revenir « à la source ». Supprimer une à une toutes les couches, les croutes et les cicatrices mal fermées pour prendre le dessus sur cette figure qui osa avoir plus de pouvoir que nous à un moment donné, nous faire croire que nous n’étions pas valables. Que nous ne méritions pas de prendre en charge notre bonheur. Car parfois, la formule galvaudée du « je vais me dire combien je vaux et combien je m’aime pour que ma perception change » ne marche pas toujours.

qui vous aime

Ce voyage intérieur vers la guérison sera toujours approprié. Nous devons « supprimer l’autorité » de ce professeur qui nous a dit que nous n’irions jamais nulle part. De ce père qui nous répétait presque à chaque instant « regarde, tu es maladroit » ou à ce conjoint, toujours déterminé à souligner nos échecs pour rehausser leurs vertus.

Aussi, outre ce processus délicat où l’on démolit une à une nos croyances limitantes, il est vital de s’entourer de personnes de valeur. Peu de choses peuvent être plus réconfortantes que d’avoir quelqu’un qui croit en nous lorsque nous même avons cessé de le faire. Quelqu’un qui annihile nos doutes, encourage nos espoirs et nous donne du courage.

Si vous comptez déjà une ou plusieurs personnes de cette race si particulière, n’hésitez pas à les remercier de temps en temps. “Merci de croire en moi”.

Images reproduites avec l’aimable autorisation de Pascal Campion

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
Je fais partie de ces gens bizarres qui ne savent pas comment se rendre
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Je fais partie de ces gens bizarres qui ne savent pas comment se rendre

Au lieu de succomber au désespoir, il est nécessaire d'accepter une attitude proactive comme un bouclier face à la souffrance. Respirez et avancez!