Ce que nous apprennent les animaux

8 avril 2016 dans Curiosités 4 Partagés

Généralement, nous, les êtres humains, nous pensons être différents des animaux. A nos yeux, c’est à nous de leur apprendre des choses…mais en réalité, c’est tout le contraire !

Les leçons que l’on peut tirer en observant nos animaux, de quelque espèce soient-ils, sont généralement très précieuses.

Peut-être avez-vous un chien ou un chat chez vous ; dans ce cas, il sera plus simple pour vous de comprendre toutes les choses que les animaux peuvent vous apprendre.

En effet, le règne animal cache de nombreux apprentissages. Vous voulez en savoir plus ? Alors lisez la suite de cet article où vaches, hamsters, oies et saumons entre autres sont à l’honneur !

La compagnie des chiens

L’homme peut tirer de grandes leçons des attitudes et autres façons de vivre au quotidien des chiens ; ce sont les « animaux de compagnie » par excellence.

Tout d’abord, les chiens nous apprennent ce que sont la loyauté et la camaraderie. Ils ne se séparent jamais de leurs maîtres.

Un chien a un seul et unique maître qu’il suit partout coûte que coûte, même si le maître en question ne s’intéresse pas à lui.

Vous avez sûrement déjà constaté cela en rentrant chez vous ; votre meilleur ami vous attendait, là, derrière la porte, en remuant la queue.

Si vous décidez de prendre un chien, alors vous ne serez plus jamais seul. Votre chien sera toujours disponible pour vous ; peu importe votre état de fatigue, ou l’heure qu’il peut être.

Si vous passez une partie de la nuit à étudier ou à travailler, il sera toujours là, auprès de vous. Si vous êtes malade, il restera à vos côtés. Si vous regardez la télévision, il se couchera à vos pieds.

De plus, les chiens ont la capacité de comprendre ce qu’une personne ressent sans même que cette dernière n’ait besoin de prononcer le moindre mot.

Alors, la prochaine fois qu’un de vos proches se sentira abattu, fatigué ou dépassé par les événements, offrez-lui votre compagnie, comme le ferait votre chien avec vous. C’est peut-être de ce soutien-là dont cette personne a vraiment besoin…

niña-con-su-perro-disfrutando-de-sus-cambios

La sagesse des oies

Si vous avez besoin de vous motiver pour travailler en équipe, alors intéressez-vous au système de vol des oies, qui se déplacent en bandes pour arriver à destination.

Pour commencer, les oies volent en forme de « V » ; ainsi, la résistance au vent est moindre, et elles ont moins d’efforts à faire pour aller plus loin.

Lorsqu’une oie se retire de la formation, elle revient immédiatement vers le groupe, car elle se rend compte qu’elle ne peut pas voler seule.

L’oie qui vole en avant est celle qui se fatigue le plus, car c’est elle qui reçoit le vent en pleine face et qui a la responsabilité de guider le reste du groupe.

Dès qu’elle n’a plus assez de forces pour continuer, elle passe en dernière position, et la seconde oie prend sa place. Aucune oie ne remet ce système en question ; toutes se contentent tout simplement de suivre l’ordre établi.

Les oies qui volent à l’arrière émettent des sons voués à encourager celles qui se trouvent à l’avant de la formation.

Si l’une d’entre elles tombe malade ou se blesse, deux de ses compagnes se chargeront alors de la mener jusqu’à un lieu sûr, et ne retourneront voler au sein du groupe que lorsque l’oie malade ou blessée aura récupéré, ou mourra.

Grâce aux oies, on se rend compte de l’importance du rôle joué par nos proches dans notre vie ; qu’il s’agisse des membres de notre famille, de nos amis ou de nos collègues de travail.

Un solide réseau d’êtres chers nous permet d’avancer en groupe, et à pas de géants.

Le surpassement des vaches

Souvent, votre cerveau vous dit « stop » quand vous voulez apprendre ou lire quelque chose.

Cependant, si vous parvenez à vaincre cet obstacle initial et que vous acquérez de nouveaux savoirs, vous êtes alors envahi par une sensation magnifique que les scientifiques appellent le « système de récompense » ; on savoure la réussite nouvellement obtenue.

Il a été prouvé que les vaches sont émues quand elles connaissent la réussite ; si elles améliorent une tâche ou qu’elles accomplissent de nouvelles choses, leur rythme cardiaque augmente, et leurs mouvements sont plus rapides.

C’est comme si, une fois venues à bout d’une tâche difficile, elles se disaient à elles-mêmes « Eureka, j’ai réussi ! ».

Alors, prenons exemple sur les vaches, et soyons émus de nos réussites.

La victoire est une dure bataille, et lorsqu’on arrive au bout du chemin, on mérite de célébrer cet accomplissement, et de reconnaître notre effort.

L’amitié des moutons et des dauphins

Si vous pensez que la relation que vous entretenez avec votre meilleur ami est la plus forte et la plus durable du monde…c’est parce que vous ne connaissez pas l’amitié chez les moutons et les dauphins !

Les dauphins et les montons ont un grand sens de l’amitié, et ils le démontrent continuellement. Ils sont même disposés à souffrir ou à mourir pour un ami.

Au quotidien, ils ne laissent pas travailler ceux qui sont fatigués ou blessés ; au lieu de ça, ils les nourrissent, et les protègent des prédateurs ainsi que des dangers.

Chez les moutons et les dauphins, certaines amitiés durent pendant des années et des années. Les cétacés nous donnent une belle leçon d’amitié (ce n’est pas pour rien si le dauphin symbolise la vraie amitié).

D’autre part, quand vient l’été, les baleines bossues se réunissent entre amies ! Le saviez-vous ?

petite fille avec un dauphin

L’altruisme chez les chimpanzés

Certainement vous rappelez-vous de la célèbre et incroyable histoire de Tarzan, ce bébé qui fut sauvé par une guenon qui le trouva dans un berceau après que ses parents furent assassinés dans la jungle.

Au-delà de la fiction, ce qui est certain, c’est que les primates ont une grande capacité altruiste ; autrement dit, ils donnent, sans se soucier de ce qu’ils donnent, ni de ceux à qui ils le donnent.

Par exemple, ils peuvent venir en aide à un compagnon paralysé par la peur, élever un bébé dont la mère est morte, rester aux côtés des blessés, voire même avoir de la compassion pour ceux qui souffrent ou qui sont sur le point de mourir.

Quelques conseils que les animaux pourraient nous donner

Pour finir, lisez ces quelques conseils que pourraient certainement nous donner les animaux (si vous compreniez leur langue, ou bien s’ils pouvaient parler la nôtre) et qui vous aideraient à mûrir, personnellement comme socialement :

  • « Ne jette pas l’éponge trop vite » (le saumon)
  • « Exerce-toi au quotidien » (le hamster)
  • « Fais davantage de siestes » (le chat)
  • « Travaille dur » (la fourmi)
  • « Ne juge pas, et ne fais pas de différences » (le chien)
  • « Prends soin de tes enfants jusqu’à ce qu’ils puissent se débrouiller par eux-mêmes » (l’oiseau)

A découvrir aussi