Attention à celui qui parle mal des autres : vous ne serez pas épargné

5 octobre 2016 dans Curiosités 0 Partagés

Beaucoup d’entre nous sommes les confidents et amis de personnes qui parlent continuellement de la vie des autres, comme si un pouvoir divin leur avait octroyé ce droit. Elles ne le font pas d’une façon que l’on pourrait qualifier de « fortuite », puisque pour elles, l’hypocrisie est un recours habituel dans la communication, qui leur sert de façon indirecte à renforcer leurs valeurs en cherchant la complicité de l’autre dans la critique.

Ce renfort fonctionne par opposition ; si l’autre déteste les mêmes choses que moi, alors il défendra également les mêmes choses que moi. Cette habitude est donc propre aux personnes peu sûres d’elles ; en parlant des autres, tout ce qu’elles cherchent à faire, c’est laissez s’échapper leurs fantômes.

De plus, les personnes qui fonctionnent ainsi ne parlent pas des autres de façon générale, ni ne font allusion à des détails secondaires ; elles racontent des choses intimes, elles jugent et relatent des histoires qui ont été révélées par hasard ou par négligence, mais qui n’en appartiennent pas moins à l’intimité de quelqu’un, et par conséquent à un lieu où personne ne devrait entrer sans le consentement de la personne concernée.

Comment détecter l’hypocrisie des personnes de notre entourage

Bien souvent, on pense qu’au sein de notre cercle d’amis, personne nous critique, et en un sens, heureusement, sinon, ces personnes-là ne seraient pas nos amies. Evidemment, ce propos est à nuancer, car on ne peut pas nier que certaines personnes sont masochistes, et aiment que les autres parlent d’elles, même si c’est pour les critiquer ouvertement et intentionnellement leur faire du mal.

En revanche, il est tout à fait normal de ne pas être ravi d’apprendre qu’une personne se sert de nous comme de son punching ball dans notre dos, ce qui est d’autant plus vrai s’il s’agit d’une personne en qui on a confiance et avec qui on partage une certaine intimité. Cela arrive souvent dans les couples au sein desquels un des deux membres, pour se soulager avec ses ami.e.s, parle mal de l’autre à un moment donné.


« La chose la plus offensive que puisse vous lancer au visage votre pire ennemi n’est pas comparable avec ce que vos amis les plus intimes peuvent dire de vous dans votre dos. »

-Alfred de Musset-


todas-tus-criticas-me-han-hecho-crecer-copy

Si on tient compte de cela et qu’on ne perd pas de vue que nous sommes des êtres humains, il serait trop catégorique d’affirmer que toutes les personnes qui critiquent les autres à un moment donné sont hypocrites.

Si aucun d’entre nous ne pouvait compter sur un ami fidèle, un soutien sincère les aidant à supporter ces mauvais moments, ce serait doublement plus difficile. C’est pourquoi chacun d’entre nous peut en arriver, à un moment ou à un autre, à tenir des propos négatifs sur une autre personne de son entourage auprès de quelqu’un que l’on estime digne de notre confiance.

Raconter à une autre personne ce qui nous arrive avec d’autres, ce n’est pas de l’hypocrisie ; on pourrait dire qu’en quelques sortes, cela remplit une fonction vitale chez l’être humain. Or, évidemment, il y a certains lignes rouges à ne pas franchir si on ne veut pas commencer à vivre dans une ambiance hypocrite.

L’hypocrisie se trahit elle-même, si tant est que vous sachiez en distinguer les détails

Toute plainte à propos d’un comportement qui nous dérange chez les autres doit passer par une série de phases. Toutes peuvent ne pas être réglementaires, mais doivent en tout cas être éthiques. Si une personne fait quelque chose qui m’énerve ou qui me gêne, la meilleure chose à faire en premier lieu consiste à essayer de régler le problème directement auprès de la personne concernée.

Si au lieu d’essayer de solutionner le problème de façon directe, on commence à raconter les erreurs de la personne qui nous cause du mal-être à d’autres personnes de notre entourage commun, on commence alors à dessiner les lignes rouges de ce qu’on appelle l’hypocrisie.

Raconter à plusieurs personnes de votre entourage à quel point vous vous sentez mal avec une personne et ensuite agir comme si de rien n’était lorsqu’elle se trouve avec vous, cela n’arrange rien, bien au contraire ; en adoptant un tel comportement, vous intoxiquez les autres, mais aussi vous-même.

Cela peut arriver parfois, certes ; or, si ce comportement devient systématique, dîtes-vous que vous êtes en train d’acquérir une mauvaise habitude dans le but de freiner votre frustration. Si vous remarquez cette mauvaise habitude chez une personne de votre entourage, ce peut alors être le moment d’être alerte, de ne pas être sur la défensive.

Quand l’hypocrisie passe à un autre niveau et devient une véritable maladie

Comme nous avons eu l’occasion de le dire précédemment dans cet article, l’hypocrisie se délimite par de fines lignes rouges qu’il est parfois difficile d’assumer. Cependant, à d’autres occasions, le comportement hypocrite commence à devenir un trait de caractère si évident chez les autres qu’il ne vaut même plus la peine d’être en alerte. C’est le moment d’arrêter d’être naïf, quel qu’en soit le prix à payer, quelle que soit la souffrance qui doive en émaner.

Aussi cher cela puisse-t-il nous coûter de le croire, certaines personnes adorent mal parler des autres, et s’en amusent. Du fait de leurs déficits en véritables habilités sociales, ces personnes-là ont recours à des conversations faisant référence à la vie des autres afin d’attirer et de capter l’attention de leurs interlocuteurs.

7499999692_5629b6eb78_o-600x600

Des mensonges montés de toutes pièces, des rumeurs infondées, des détails intimes racontés à la table d’un bar sans le moindre décor. Il n’y a alors plus de lignes rouges, puisque les limites se sont estompées : on découvre qu’il ne s’agit pas seulement d’hypocrisie. Cette personne que l’on considère comme notre amie se met à parler d’autres personnes de notre entourage de façon vraiment blessante, sans montrer le moindre regret, le moindre scrupule.

Cette personne que l’on considère comme notre amie commence à montrer sa facette la plus obscure aux autres, mais pour autant, on se dit que cela pourrait tout aussi bien nous arriver à nous. Puis vient un moment où on se rend compte qu’en fait, envahie par une véritable rage et face à un public attentif, elle parle d’une personne qui entretient avec elle la même relation de confiance que celle que vous partagez avec lui/elle. C’est alors largement le moment d’être vigilant : éloignez-vous de cette personne.

Vivre et s’entourer de personnes authentiques, c’est la récompense que l’on reçoit lorsqu’on n’est pas hypocrite

Personne ne vous récompensera parce que vous essayez de faire disparaître l’hypocrisie de votre entourage, de même que personne ne vous décorera d’une médaille pour avoir réussi à ne pas entrer dans le cercle vicieux qu’une personne vous a amené sur un plateau d’argent. Bien au contraire, vous courrez le risque de perdre contact avec certaines personnes que vous connaissez, vous serez en proie au doute, et beaucoup remettront votre attitude en cause.

Mettre des limites dans les relations que l’on entretient avec des personnes totalement toxiques, qui non seulement pratiquent l’hypocrisie mais blessent également dès qu’elles le peuvent,  c’est quelque chose de difficile, d’autant plus quand cette personne a fait partie de votre intimité. Ce n’est pas un hasard si dans la maltraitance psychologique, celui qui s’éloigne n’est jamais le gagnant.

Le plus judicieux dans ce genre de cas, pour le bien de sa propre santé mentale, c’est de ne pas entrer dans un cercle encore plus vicieux : n’essayez pas de révéler aux autres l’hypocrisie de cette personne. Chacun se doit d’être suffisamment responsable pour regarder la réalité en face, dans l’autonomie et l’indépendance.

amigas-unidas-768x404

Finalement, en vivant hors de toute hypocrisie, vous recevez une récompense implicite en elle-même : celle de vivre dans un environnement tout à fait opposé, entouré de personnes saines, à qui vous pourrez accorder bien plus de place et d’espace. Avec le temps, la colère disparaîtra, et un sentiment de certaine compassion vous envahira ; vous aurez fait le deuil de votre colère pour finalement en arriver à la plus absolue des indifférences.

Vous apprendrez alors une grande leçon : il faut faire attention à ceux qui parlent et qui font du mal dans le dos des autres. Rapidement, vous pourriez vous retrouver avec ce même poignard dans le dos, sans savoir qui vous a fait saigner. Or, l’expérience est un grade, et avec elle, vous saurez prendre votre revanche à temps afin de montrer votre coeur avec courage avant que l’autre n’attaque ; peut-être seulement à ce moment-là prendrez-vous conscience de la bassesse de ses actes.

A découvrir aussi