7 signes qui prouvent que vous êtes une personne autodestructrice

18 juin 2018 dans Psychologie de la personnalité 0 Partagés

En théorie, nous sommes tous à la recherche du bonheur et nous agissons en conséquence. En pratique, beaucoup d’êtres humains ne suivent pas ce schéma. Bien au contraire. Sans savoir pour quelle raison, ils effectuent des actions qui leur font du mal. Dans ce cas, nous parlons de personnes autodestructrices.

Nous pensons qu’une personne autodestructrice n’agit pas ainsi car elle le souhaite réellement. Elles se sent généralement mal et ne parvient pas à en identifier la véritable raison. Ainsi, elle développe des comportements qui la blessent.

Nous avons tous une telle facette nous. Cependant, certains font de cette facette leur personnalité intégrale. Une personne autodestructrice se punit fréquemment par sentiments de culpabilité liés à des faits inexistants ou imaginaires. De cette manière, les sept caractéristiques les plus notables d’une personne autodestructrice sont les suivantes.

« Dans l’histoire des hommes, chaque acte de destruction trouve sa réponse, tôt ou tard, dans un acte de création. »

-Eduardo Galeano-

1. Une personne autodestructrice réagit avec tristesse ou irritabilité lorsqu’elle réussit quelque chose d’important

Bien que cela puisse paraître étrange, une personne autodestructrice ressent un vide sans fond lorsqu’elle atteint un objectif important. Même si elle a lutté avec acharnement pour cela, elle ne parvient finalement à expérimenter de la satisfaction lorsqu’elle l’obtient.

Face à ses triomphes, elle ressent une certaine tristesse et parfois même de la colère. Elle tente quasiment toujours de minimiser ses réussites. Elle affirme qu’il est idiot d’être heureux pour une absurdité de ce genre. C’est un signal clair prouvant que la personne est autodestructrice.

tristesse et irritabilité des personnes autodestructrices

2. Elle provoque les autres et se sent ensuite coupable

Une personne autodestructrice est souvent conflictuelle. Elle ne sait pas pourquoi. Elle ne peut pas éviter de générer une polémique pour tout. Dans des cas extrêmes, si les autres disent « oui », elle dira « non ». s’ils disent « blanc », elle dira « noir ».

Dans les discussions avec les autres, il n’est pas rare que cette personne emploie des agressions verbales ou expression peu considérées. Une fois que la tourmente est passée, elle se sent terriblement coupable d’avoir suscité la dispute. Elle culpabilise pour ce qu’elle a dit et la manière dont elle l’a dit.

3. Elle ne reconnaît pas qu’elle se sent bien, même lorsque c’est le cas

Pour une personne destructrice, rien n’est suffisant. Sa principale difficulté repose dans le fait de ressentir de la satisfaction, surtout pour quelque chose qui a été généré par elle en personne. Elle se concentre davantage sur le point noir que sur le parcours blanc.

Si par hasard elle se sent bien et qu’on le lui fait remarquer, elle se sentira dérangée. Elle dira que l’on se trompe à son sujet, se sentira même inquiète, cherchera en elle des raisons pour cesser de se sentir bien et confirmer sa position subjective de mal-être.

une personne autodestructrice ne reconnait pas le bonheur

4. Elle ne respecte pas les engagements qui sont décisifs pour atteindre ses objectifs

La personne autodestructrice se boycotte personnellement. Il est important d’insister sur le fait qu’elle le fait de manière inconsciente. Pour cela, elle oublie des rendez-vous cruciaux ou reste endormie lorsqu’elle a un engagement important ou encore se trompe d’heure.

C’est comme s’il était impératif de rejeter toute forme de bien-être à laquelle elle aurait accès. Lorsque de grandes opportunités sont perdues à cause de ces oublis ou distractions apparentes, elle trouve en cela une nouvelle raison pour se punir.

5. Elle est encline à se sacrifier pour les autres

C’est une personne qui n’est pas uniquement gentille, elle est surtout très constructive pour faire les choses avec les autres. Cependant, chez les personnes autodestructrices, ces actes altruistes ont un autre sens. Elles pensent qu’elles doivent régulièrement passer au-dessus de leurs propres besoins pour améliorer leur vie avec les autres.

Ces personnes renoncent relativement facilement à leur bien-être pour l’octroyer aux autres. Elles sont capables de rester sans un centime pour aider quelqu’un ou pour lui donner un objet plus précieux. Au fond, elles se sentent coupables de quelque chose, de généralement imaginaire, et cette générosité excessive est une manière de se punir et de se racheter.

6. Elle ne se lève pas devant l’abus

Une personne autodestructrice ne sait pas se défendre. En fait, elle pense qu’elle n’a pas le droit de défendre ses intérêts. L’opinion qu’elle a d’elle-même est très pauvre et pour cette raison elle pense qu’elle ne vaut pas suffisamment pour gâcher des ressources destinées à diminuer ses douleurs.

D’une manière ou d’une autre, ce type de personnes ressentent chez les autres le droit d’abuser d’elle. Les comportements destructeurs commencent souvent avec un type quelconque d’abus à des jeunes âges. Ainsi, elles estiment cela comme étant « normal ».

7. Elle boycotte les relations qui fonctionnent bien

Pour une personne autodestructrice, il est difficile d’établir des liens affectifs avec les autres. Au fond, ces personnes sont convaincues du fait qu’elles ne méritent ni amour, ni attention. Parfois, elles pensent la même chose concernant l’amitié. Elles ressentent cela car elles ne s’apprécient pas.

une personne autodestructice a du mal à entretenir des relations saines

Si exceptionnellement, elles établissent une bonne relation avec quelqu’un, elles se sentiront bizarres. En elles, une voix leur dira que « quelque chose ne va pas ». Pour cette raison, elles deviennent capricieuses, obsédées et maltraitantes. De cette manière, elles font du mal aux bonnes relations.

La personne autodestructrice souffre beaucoup et fait souffrir les autres. Parfois, elle est si intraitable qu’elle vit entourée d’une solitude immense. Ses possibilités de croissance sont toujours très limitées. Pour tout cela, c’est un cas qui demande une aide psycho-thérapeutique.

A découvrir aussi